Francois Delebecque, bâtisseur d’images

Editions Thierry Magnier-2005-42pages-20,5/20,5cm

Au moment où la maison d’édition Les Grandes Personnes fête ses dix ans à la galerie Gallimard (interview à venir),  un de ses auteurs phares,  le photographe, plasticien et sculpteur  François Delebecque, auteur de nombreux ouvrages photolittéraires pour la jeunesse, nous a accordé une interview. 

Des imagiers-devinettes  reconnaissables à leur silhouette en noir et blanc en couverture, aux mises en scènes photographiées qui plongent le lecteur dans un monde de souvenirs et de songes, en passant par le roman photo policier pour adolescents, rencontre avec un artiste de la lumière.

Cher François Delebecque, merci d’accueillir notre site dédié à la photolittérature jeunesse. En quelques mots, quel est votre parcours ?

Initié à tous les arts par ma mère, j’ai choisi la photographie pour son impact sur le réel (et sa transformation…). Il y avait un labo NB à la maison.

Après un bac D (sciences naturelles) j’ai fait 2ans d’études de biologie. Après deux stages à Arles, j’ai été assistant d’artistes et de photographes professionnels pour apprendre le métier et la lumière. Dans les années 80 la Photographie n’était pas un Art. Depuis j’ai toujours alterné simultanément mes travaux artistiques, qui procèdent de la nécessité absolue (Photos, sculptures, courts métrages), et les travaux alimentaires  dans l’illustration, la nature morte de studio, l’enseignement et les livres pour enfants.

Comment la littérature de jeunesse a-t-elle pris place dans votre carrière ?

J’ai travaillé très tôt pour Gallimard (couvertures de Séries Noires, Campagne d’architecture Gothique pour l’Univers des Formes…) et pour Gallimard Jeunesse que Pierre Marchand venait de créer. J’ai réalisé avec le romancier Michel Chaillou un roman photo à épisodes pour adolescents (Les Habits du Fantôme) dans la revue Piranha (coédition Gallimard/Télérama) en 1985-86 qui a paru 13 ans plus tard au Seuil Jeunesse sous forme de texte illustré.

L’éditrice/directrice artistique du Seuil Jeunesse Brigitte Morel, constatant le peu de livres pour enfants en photo et au regard de mon écriture visuelle poétique, m’a proposé de travailler sur un projet de livre photo, au départ avec un sujet que j’avais déjà traité en NB : la plage. J’ai réalisé les photos en 10 jours et le texte en une semaine.  La Plage d’où les bateaux s’envolent a paru en 2001. Et depuis, à part Les Songes de l’Ours publié chez Thierry Magnier, tous mes livres pour les enfants sont réalisés en collaboration avec Brigitte Morel.

C’est une part de mes activités, que je revendique, complémentaire de mes autres travaux.

Seuil Jeunesse -2001-16/16cm-56 pages

Vous inscrivez-vous dans une filiation photographique ? ou cinématographique ? J’ai cru déceler quelques références filmiques dans vos images.

Initialement je suis franchement d’inspiration photographique, mais de ceux qui « utilisent » la photographie comme moyen d’expression (le reportage est un autre métier par exemple).

Je ne prends pas des photos, je construis des images.

Mes inspirations de structuration photographique son plutôt Duane Michals, Christian Vogt, Guy Bourdin, Robert Mapplethorpe, Paul de Nooijer, Diane Arbus, Mona Kuhn… et plus tard les plasticiens comme Rebecca Horn, Iannis Kounellis ou des classiques comme Giacometti, Cartier Bresson…

Par contre comme j’ai un style narratif où le contenu de l’image importe tout autant que la forme, et vu que je fais des films courts (je n’aime pas le terme vidéos car mes films sont narratifs) on peut déceler une filiation cinématographique sans être plus appuyée qu’une culture générale.

La photographie est-elle selon vous le medium par excellence pour révéler ce qui se passe dans la tête des enfants lorsqu’ils font des cauchemars ou lorsqu’ils sont en train de jouer ?

Je ne suis pas sûr d’adhérer à cette assertion, ou je ne comprends pas la question… Si le dessin peut faire rêver ou faire décoller l’imaginaire, voire révéler les peurs ou troubles des enfants (chez un psychologue par exemple), ce serait une photographie mise en scène qui mettrait en évidence les cauchemars des enfants ?

Mais surtout comment rentrer dans la tête de tous les enfants, chacun ayant sa perception du réel et de son imaginaire, que ce soit en jouant ou en faisant des rêves ou des cauchemars…

Seuil-1999-130 pages-14,5/22cm

Comment se fait le choix entre le noir et blanc (Les Songes de l’Ours, Les habits du fantôme) et la couleur (Rêve de plage) ?

Les Songes de l’Ours était au départ un projet pour adulte que le collectionneur d’Ours (et aussi créateur du salon du livre de Villeurbanne) m’a suggéré de réaliser entre autres pour le centenaire de l’ours en peluche (en 2003). J’ai promené avec moi pendant 3 ans une sélection d’ours de sa collection. Ils avaient un  tel vécu (dépenaillés, recousus, chargés d’affect) que d’évidence  j’allais travailler en NB (et à l’époque en argentique, 6/6cm négatif NB) pour voguer sur la nostalgie émanant de ces ours. Après différentes péripéties éditoriales, j’ai finalement décidé de faire le livre de mon côté (chez Thierry Magnier qui voulait travailler avec moi, et aussi car Brigitte Morel trouvait le projet trop porté sur la nostalgie justement), en suivant au niveau du texte la manière dont j’avais  intuitivement fait les photos : les Ours qui regardent le Monde des Hommes…

Pour Les habits du fantôme, initialement paru dans la revue Piranha sous la forme d’un roman-photo, il était d’évidence qu’il soit NB (comme les romans photos Cino del Duca… pas encore en couleur),  avec une maquette spécifique comportant trois niveaux de lecture : le texte, les photos et des légendes sous les photos.

Ensuite tous les autres livres sont en couleur… pour rester dans un réel bien réel même s’il est poétisé.

Les mots viennent-ils avant ou après la réalisation et la sélection des images ? Qui en sont les auteurs ?

Je suis l’auteur des textes.

Les mots viennent juste après les images pour La Plage d’où les bateaux s’envolent, écrits dans le train du retour de Belle Ile, puis en affinage la semaine suivante.

Pour Les Songes de l’Ours, les textes sont venus quand j’ai décidé de faire le livre de mon côté, 2 ans après les images, et en retrouvant le sens profond et intuitif des photos ; et en décidant de phrases courtes, avec des termes parfois un peu compliqués pour les enfants (qui adorent le vocabulaire). C’est un livre à plusieurs niveaux de lecture qui pour moi est pour tous les âges jusqu’à 87 ans ou plus.
C’est le seul ouvrage que je montre sur mes deux sites, il fait la passerelle entre la photo « fine art » et la photo de création pour livres pour enfants.

Pour tous les imagiers, les textes sont uniquement les noms des animaux, fruits, engins représentés…

format 13/13cm, 9 doubles pages, cartonné, silhouettes N&B avec vernis sélectif, photos couleur sous les volets, coins arrondis.
Editions de Grandes Personnes

Qu’est-ce qui fait l’originalité de vos imagiers dans la production actuelle ?

Je reçois nombre de messages d’écoles Montessori (ou équivalentes) qui utilisent beaucoup mes livres. Nous n’avons rien inventé d’autre avec Brigitte Morel que les volets que l’on soulève et qui ajoute un côté ludique et éducatif : Tana Hoban avait déjà travaillé sur les silhouettes Noir/Blanc ou Blanc/noir et en couleurs. Par contre nous travaillons énormément sur  la qualité des images, leur contenu, leur sélection dans la masse produite, la maquette, la typo et la qualité d’impression avec un vernis sélectif etc…

J’ai mis plus d’un an à faire le petit imagier sur la montagne (18 photos dans le livre (plus les silhouettes) mais des milliers de photos réalisées) en faisant quatre voyages dans différents massifs montagneux  à différentes saisons, et par exemple, je tenais absolument à prendre en photo le Cervin et un glacier (3 ascensions du coté de Chamonix et une en Suisse). Je pense que les autres photographes me traiteraient de fou…mais c’est aussi parce que mes livres marchent et je m’y retrouve sur le long terme.

Cela dit je suis militant des auteurs et il y a beaucoup à dire et à faire évoluer sur les statuts et les revenus des auteurs…

Photographies François Delebecque
Textes Jean Teulé et Zazou Gagarine
Editions FIRST 1991

Qui sont les lecteurs des Boutiques de notre enfance ?

Disons que c’est le lectorat type des adeptes de Robert Doisneau… à l’époque, les Editions Hoebeke sortaient chaque année un album Doisneau…

Ce livre a été demandé par une éditrice des premières Editions First à Jean Teulé (qui n’avait pas encore écrit ses best sellers mais été connu pour ses BD et ses passages TV (« l’assiette anglaise » A2 et Canal +(« le Journal du Art » auquel je participais) et qui a réuni sa fine équipe : son ex-épouse Zazou Gagarine et moi.

Juste après la sortie du livre la maison a fait faillite et donc la diffusion du livre a été très réduite, avant que les « Nouvelles Editions First » renaissent 3 mois après, mais notre livre est passé inaperçu et quasi à la trappe.

Le format carré de vos ouvrages est-il lié à votre technique photographique ou est-il imposé par les éditeurs ?

Les deux mon général, mais il est vrai que j’adore la composition en carré et que j’ai très longtemps travaillé au moyen format (6/6cm Hasselblad), et nous discutons de tout avec Brigitte, y compris du format, de la pagination, du grammage…

On peut retrouver vos ouvrages sous forme d’exposition. Est-ce qu’il s’agit encore d’exposer des livres ou désormais d’exposer uniquement les photographies ? Comment le lien est-il maintenu entre les pages et les murs ?

D’un coté mes travaux personnels sont forcément destinés aux expositions pour être vus. Pour les photos issues des livres c’est un complément.

Vous devez connaître les multiples salons du livre auxquels nous –les auteurs- sommes invités tout au long de l’année. Ils complètent nos revenus.  Dans les deux jours qui les précédent, nous intervenons dans les classes et nous sommes rémunérés selon des barèmes établis par La Charte. Le jour suivant ou les deux jours suivants, nous dédicaçons à tour de bras (pas rémunérés ou très très très rarement). Je propose également de louer mon exposition qui réunît en 30 cadres 50/50cm une vue d’ensemble d’une sélection de photographies issues de mes livres.

Quel lecteur étiez-vous enfant ?

Ma mère, artiste, nous (j’ai une sœur et un frère) a habitués à fréquenter des livres de qualité très tôt. Je me souviens d’Eloïse (à New York, à Paris), des albums du Père Castor (La petite poule rousse), les magnifiques albums en photo et maquette sublime de Dominique Darbois chez Nathan (« Enfants du monde »), et Babar évidemment.
Un peu plus tard l’imaginaire aventurier des « Tintin », mais pas plus que cela en BD, sauf Astérix.

Plus tard, adolescent, malgré les « obligations » constructives du lycée (Balzac, Victor Hugo etc…)j’ai adoré lire des romans, voire un peu de SF ((Fondation, Fondation et Empire seconde Fondation…) ou Edgar Poe par ex, pour le développement mental de l’imaginaire …

 

Pour visiter les sites de François Delebecque, c’est ici : http://www.francoisdelebecque.com ou encore ici http://www.delebecque-livres.net

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.