Les Bêtes de Jacques Prévert et Ylla

« L’ œuvre de Jacques Prévert est traversée d’animaux, dont il fait régulièrement les héros de ses poèmes, films, ouvrages pour enfants ou encore de ses collages. On y croise de nombreux chevaux, antilopes, ânes, singes, oiseaux, animaux dont il met en lumière les conditions de vie, l’abandon, la domesticité, la captivité, l’abattage ou qu’il mobilise pour dénoncer la cruauté et l’injustice de la société humaine.   

Lorsqu’il rencontre avant la guerre la photographe Camilla Koffler, dite Ylla, dans le Montparnasse des artistes émigrés ou dans les premières expositions de photographies organisées dans les galeries parisiennes, Jacques Prévert ne peut sans doute pas rester insensible à l’expressivité et à la beauté de ses photographies d’animaux, dont elle s’est fait une spécialité et avec lesquelles elle connaît la notoriété en Europe d’abord, puis aux États-Unis. La collaboration professionnelle entre eux débouchera sur une relation amicale, entretenue par une correspondance abondante entre le poète et la photographe, qui vit à New York mais qui ne manque pas de rendre visite au poète à St Paul de Vence, où elle le photographie avec sa femme Janine et leur fille Michèle lors de ses séjours français. »

La suite, accompagnée de documents inédits, est à lire dans l’article que je signe dans le  numéro 83 de la revue Histoires Littéraires.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.