Jouer est un métier. Rencontre avec Martine Camillieri

Miniphlit poursuit ses rencontres avec les artistes qui font la photolittérature de jeunesse d’aujourd’hui. 

C’est à pas de loup que s’est faite la rencontre avec Martine Camillieri. L’une a frappé à la fenêtre de l’autre et la discussion qui s’est engagée autour de la poétisation du banal a débouché sur la découverte de nos univers respectifs. Une belle rencontre et l’occasion de prouver  que « jouer » peut devenir un métier.

Bonjour Martine Camillieri, et merci d’accueillir Miniphlit !

Merci Laurence et Miniphlit de vous pencher sur mon travail.
Le jour de ma communion privée j’ai reçu un appareil de photo, un Brownie-flash, j’ai photographié les gens  autour de moi… tous ont été flous. Alors je me suis mise à photographier mes jouets préférés au grand
désespoir de mes parents, pour eux c’était sans intérêt et de l’argent gâché. Là s’est arrêtée net ma jeune carrière de photographe et je suis retournée au dessin que j’affectionnais tant.

Quel est votre métier ?

Je suis auteure-plasticienne et scénographe. J’ai quitté le monde de la publicité en 2000 pour une deuxième vie avec moins de consommation et je suis devenue (par repentir ?) auteure-plasticienne, une artiste engagée ne produisant pas d’œuvre. Depuis 2004, j’expose dans des galeries et des centres d’art des Temples ou Autels, des installations, monumentales jusqu’à l’écœurement, devant lesquels j’invite le public à réfléchir sur l’écologie, la biodiversité, le comestible… Mes œuvres sont éphémères, réalisées à partir d’objets de consommation courante empilés, rien n’est troué, vissé ou altéré, tout peut revenir à sa fonction initiale, c’est ce que j’ai appelé le nomadisme des utilités. Partant de ce principe que de multiplier les fonctions des objets permettait de réduire leur nombre, je me suis donné cette petite mission qui est de militer pour limiter l’objet sur terre. J’ai alors travaillé à mes manuels d’écologie ludique, de création éphémère, biodégradable ou recyclable sans souci de l’esthétiquement correct.

J’ai d’abord commencé à publier pour les grands enfants, des jeunes trentenaires ayant du mal à se séparer de leurs jouets iconiques préférés. Dans Jouets détournés : Sophie la girafe devient momentanément un klaxon de bicyclette, Ken planté dans un vase est un soliflore, une dînette habille un abat-jour… Tout est temporaire et
aura évité certains achats fonctionnels ou décoratifs, tout peut revenir à l’état de jouet pour être transmis à de vrais enfants ! Dans Tables éphémères des verres retournés sont des bougeoirs chics, des saladiers même moches peuvent s’empiler en fontaine à dragées un jour de mariage ! Ces livres, à l’opposé de ceux du rayon des loisirs créatifs, étaient, sont toujours, des petits manifestes de déconsommation bienheureuse. La suite de mon travail artistique en petit format.

https://www.martinecamillieri.com/edition/jouets.php

Comment est née votre collaboration avec les éditions De l’Epure ? et celle avec le Seuil ? Sur votre site, je découvre des livres pour enfants très variés. Pourriez-vous nous les présenter ?

Sabine Bucquet-Grenet des éditions de l’Épure aimait beaucoup mon travail artistique mais n’était pas un éditeur jeunesse, j’ai imaginé pour elle : Je sais cuisiner pour mes doudous, adressé aux enfants par un système de double lecture, un gros livre familial ( 312 pages) sur l’apprentissage du goût par la présentation de micro-quantités.

Les adultes racontent le calendrier de la vie, les fêtes, les saisons et leurs aliments, les petits (accompagné par les grands) cuisinent des micro-nourritures pour leurs doudous. Et si c’est bon pour leur doudou… c’est donc bon pour eux ! C’est là que j’ai commencé à personnifier les jouets, ils prennent la parole, commentent les textes, cuisinent et sont attablés devant de vraies nourritures à leur échelle ce qui les rends réels. Mes Minus sont apparus.

Je suis devenue auteure jeunesse après une belle rencontre avec Le Seuil, sensible à ces Minus en plastique qui avaient l’air si vivant, qui travaillaient ou boulottaient avec gourmandise et pouvaient vivre indépendamment du texte avec leurs dialogues personnels pour des très jeunes enfants. Et la publication des contes a commencé : des détournements d’histoire (plutôt des angles de vue différents), réalisés aves des objets détournés. D’abord Les très petits cochons, parce que cela a été ma première émotion littéraire, ensuite La princesse au si petit pois, un prince errant en montgolfière bricolée avec des tasses de dînettes, qui part à la rencontre de toutes sortes de princesses, harpies, géantes, absentes ou sorcières… Puis Le vraiment trop petit Poucet qui dort dans un pauvre frigo vide, subtilise les Crocs de l’ogre (parfaites chaussures monstrueuses d’un croqueur d’enfants) afin de les transformer en barques pour sauver sa fratrie.

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-cochons.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/princesse-petit-pois.php

https://www.martinecamillieri.com/edition/petits-bricolages.php

Les instituteurs-trices avaient déjà souvent travaillé à partir de mes livres dans lesquels on créait à partir de rien, avec mes albums jeunesse les écoles ont réalisé des installations, leur ville parfois… ou des films en stopmotion. Alors j’ai décidé de faire Le gros livre des petits bricolages (224 pages), un catalogue de petites choses essentielles à fabriquer (sans scie, perceuse ou clou pointus) pour servir de décors à des histoires.

Beaucoup de ces installations de mondes minuscules ont donné lieu à des expositions : Musée en Herbe, Bonton, Design week de Milan, Artazart, Le lieu Unique à Nantes, Centre Pompidou, Maison des arts, Musée de la mode et du Design, dans des librairies et médiathèques. « Tu vois, jouer ça peut devenir un métier !  » a dit un petit garçon à son père lors d’une de mes expositions.

Sous quelle grande rubrique de la littérature jeunesse je peux les classer ? Livre pour faire, contes, romans, livre de recettes…

Mes livres sont pour faire et destinés à faire de futurs adultes heureux.
Ils sont tous des livres d’apprentissage de la vie qui racontent les saisons, la cuisine et la nature comme un roman, et livrent des minuscules recettes pour se fabriquer un quotidien amusant. Je ne prends pas la parole dans mes livres, ce sont des jouets qui expliquent tout aux enfants, qui fabriquent, cuisinent ou jardinent. Aux enfants de choisir : lire l’histoire des ces petits personnages ou travailler avec eux.
Je montre ces minuscules mises en scènes faciles à faire à partir d’objets du quotidien des enfants, pour leur donner envie, plutôt que d’acheter de nouveaux jouets, de bricoler leurs propres histoires.

D’où viennent les idées ?

Tout tourne toujours autour de la nature, la cuisine, l’écologie…
En mai 2021 il y aura Le gros livre des petits jardinages. Jardins des villes et jardins des champs pour être accessible à tout le monde ! Ce livre racontera aussi les ânes, les oiseaux, les insectes…
En mars 2021 sortira Mais où sont mes doudous ? Un imagier pour Nathan, un réel très réaliste pour apprendre les choses de la vraie vie mais à l’échelle des jouets.
En ce moment je travaille sur l’album de La toute petite sirène dont le château est un vrai dépotoir, elle va inviter son prince, pas encore très écolo, à ratisser avec elle le fond des mers !
Je suis aussi à la recherche un éditeur qui voudrait publier un livre sur 12 jardins d’artistes en herbes. Des petites scénographies végétales à partir d’épluchures ou de patates germées ! Pour toujours manipuler les
déchets, voir ce qu’on peut en faire avant de les jeter. D’après une exposition-expérimentale pour les enfants que j’ai réalisée dans un centre d’art contemporain, La Maison des Arts à Malakoff.

Comment travaillez-vous à l’élaboration de vos ouvrages ? D’abord les mots ? Ensuite la recherche des personnages ? Puis le choix des mises en scène ? Les repérages de décor ? Ou bien est-ce la trouvaille d’une
figurine qui enclenche les histoires ?

Un peu tout en même temps, je suis très brouillon. Je fais des grands paniers avec des objets qui pourraient correspondre a des familles d’histoire, j’écris des notes, je fais bouts de story-boards. Puis je fais un casting pour mes héros. Je choisis une saison pour donner une direction de lumière à mon histoire. Ensuite je commence les photos et en fonction des objets que j’ai ou je n’ai pas, l’histoire se crée…
Mais parfois tout part d’un jouet, mes très petits cochons aux yeux bridés sont nés d’une trouvaille dans le quartier chinois, l’année du cochon !

Travaillez-vous seule ?

Oui et heureusement parce que je mets parfois deux ans pour fabriquer mes livres ! Chacun de mes contes est photographié avec sa lumière naturelle de saison, celle d’été pour l’histoire joyeuse des cochons, d’automne pour le trop petit poucet, de printemps pour le petit pois… Je voulais que ma princesse habite dans un cerisier dont les fleurs commençaient juste à sortir, pendant deux jours il y a eu de violents orages et j’ai n’ai eu plus qu’une bouillie marronnasse !… Il a fallu décaler la sortie à l’année suivante, heureusement mes éditeurs attendent que je sois prête pour décider d’une date de publication.

Où travaillez-vous ?

C’est la maison d’un enfant ? a demandé une petite fille, visitant mon atelier. À la campagne, j’ai un mini atelier qui ne me sert qu’a ce travail d’édition, il est bourré de jouets classés dans des caisses ou en installations sur des étagères. Je fais mes prises de vue sur une simple table : un fond blanc à coté d’une fenêtre, ou en extérieur, dans le jardin, près de la rivière, dans le sous-bois… mais jamais très loin ni dans des endroits trop particuliers qui pourraient sortir de cette banalité que je maintiens à tous les niveaux de mon travail…

Comment imaginez-vous vos lecteurs enfants devant vos livres ?

Mes livres s’adressent aux tout petits, ceux qui aiment encore observer les grands troupeaux de fourmis !
J’adore voir leurs petits doigts pointés sur mes images quand ils ont repéré un emballage de petits suisses détourné en vaisselier, un canapé-éponge, un bouchon de lait-lavabo… une petite chose que ne voient pas les adultes. Le petit bout de la pâquerette !

 

Vous ouvrages pour enfants appartiennent à ce qui s’appelle désormais la photolittérature pour la jeunesse. Aviez-vous en tête des modèles dans ce domaine ?

Pour moi William Wegman et Man Ray… son premier chien ! Le sens de l’humour allié à celui de l’esthétisme.
Jean Lecointre pour sa pharamineuse et insolente imagination. Sinon peu, j’ai découvert sur votre site Miniphlit cet album de Tomi Ungerer que je vais essayer de consulter.


Quel est votre souvenir de lecture d’enfance ?

Un album du Père Castor magnifiquement illustré par Gerda Muller (je l’ai su après). Ces trois petits cochons bâtisseurs me fascinaient, les images étaient des sortes de focus et le procédé de fabrication des deux premières maisons à partir d’une armature en branchages me paraissait lumineux. Par contre je ne trouvais pas ça idiot de construire une maison en paille. Des paillottes j’en avais plein autour de moi. J’habitais au Viet Nam… et des loups, il n’y en avait pas !

Pour découvrir le site de Martine Camillieri : https://www.martinecamillieri.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.