Le Petit Français illustré … de photographies

la-mauvaisanterie

La presse pour enfants connaît un fort développement quantitatif à la fin du XIX eme siècle grâce aux éditeurs scolaires, Colin, Delagrave, Hachette notamment, mais aussi qualitativement avec  des  rubriques variées, souvent illustrées.

Certaines revues font appel abondamment à la photographie,  qui envahit à l’époque la société, la littérature populaire et la presse pour adultes. C’est le cas du « Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières », fondé par Armand Colin, en 1889.

La photographie y a le plus souvent un rôle documentaire lorsqu’ elle illustre un reportage sur le Japon ou la Corée, lorsqu’ elle atteste d’un exploit sportif, comme une course hippique ou une épreuve de sauts en longueur, ou lorsqu’ elle témoigne d’un spectacle.  De nombreux portraits d’explorateurs, d’indigènes, des clichés de monuments, d’animaux, attestent de ce qui existe dans d’autres pays.

Bien souvent, l’origine des photographies est mentionnée, qu’il s’agisse d’un explorateur, d’un photographe ou  de la Société de Géographie.

Plus rarement, la photographie supplante le texte et raconte une histoire, grâce à de petits tableaux photographiques, chers à la littérature populaire de l’époque, comme dans cette « Mauvaisanterie », parue dans le supplément du 8 octobre 1904.

Quatre photographies accompagnées d’une légende racontent la mésaventure de l’apprenti boucher Tuboeuf. L’histoire se termine sur une morale : « L’apprenti boucher Tuboeuf, honteux et confus, jura , mais un peu tard, qu’on ne le prendrait plus à s’amuser en route ». La photographie, distrayante, est aussi utilisée pour attester de ce qu’il faut éviter de faire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.