Jouer avec la réalité, entretien avec Jean Lecointre

Jean Lecointre scanne des photographies, pas uniquement publicitaires (vieux magazines, livres, catalogues etc), et réalise ensuite ses photomontages (découpage et assemblage, puis colorisation) numériquement avec un logiciel de retouche d’images. Ses images finales existent uniquement en numérique. Il n’a pas d’original.

Deux images collées assemblées créent une nouvelle histoire, des êtres hybrides qui questionnent, intriguent attisent la curiosité du jeune lecteur, qui sourit à la vue de cette poule gonflée à l’hélium dans Bazar Bizarre (Thierry Magnier), s’étonne face à cette transposition des  aventures d’un des personnages les plus célèbres de la mythologie grecque dans L’Odyssée d’Outis (Thierry Magnier), s’interroge lorsque l’artiste se penche sur la naissance de la première encyclopédie destinée à répertorier toutes les choses du monde dans l’Invention du dictionnaire (Les Fourmis rouges)… Les êtres hybrides nés de la rencontre entre deux citations de la réalité créent l’hilarité… ou le cauchemar…et illustrent notre petit théâtre intérieur.

Quelle est la part de hasard ? ou de contrôle ? Rencontre :

Cher Jean Lecointre, merci d’accueillir Miniphlit, d’abord ! 

Merci à Miniphlit de s’intéresser à mon travail !


Quelle place tient la photographie dans votre vie ? Et particulièrement dans votre univers créatif ? 

J’ai assisté, enfant, aux développements et tirages de photographies argentiques dans la salle de bain familiale transformée en laboratoire. La lumière rouge et les bains tièdes,  les yeux blancs et les dents noires des gens sur les négatifs, l’image qui apparaît, ce fut une véritable et authentique révélation !

Dans mon travail de photomontage, je joue sur le rapport qu’entretient la photographie avec la réalité. 
La photographie m’impressionne, elle m’impose une distance qui me permet de pouvoir rester spectateur, d’être surpris par les images que je compose. Mes références viennent plus du cinéma que de la photographie. Certaines de mes images pourraient être extraites de films. 

C’est la forme photographique qui me semble la plus proche d’une représentation des rêves. Par rapport aux représentations qu’ont pu faire les surréalistes ( et mis à part le cinéma), je trouve que c’est le réalisme photographique qui est le plus proche de l’apparence de réalité que peut revêtir un rêve.

Est-ce que vous vous inscrivez dans la filiation des artistes des années 30 qui recomposent le monde et le donnent à voir autrement ? je pense à Hannah Höch et son « Bildebuch ». 

J’ai découvert assez tard le travail de Hannah Höch, et je ne me sens pas vraiment dans cette filiation. 
J’ai plus l’impression de tordre la réalité du monde que de le recomposer. J’ai besoin de garder une base de vraisemblance et de familiarité dans mes représentations pour pouvoir provoquer un étonnement. J’ai été très impressionné par la découverte de surréalistes comme Dali, Magritte et Bunuel. 

Est-ce que vos livres pour enfants sont une invitation tendue à jouer avec la réalité ?
 

Oui, j’ai envie de jouer avec certaines conventions qui entourent la notion de réalité. J’essaie de créer une confusion, un jeu de ping-pong entre l’œil et la logique. Dans les histoires aussi, je pars de certains clichés qu’on croit vrai pour déraper vers des situations absurdes.


Voyez-vous le livre comme un espace de jeu ? un théâtre pour développer votre imaginaire et celui de vos plus jeunes lecteurs ?

Je travaille un peu comme un marionnettiste. La technique de photomontage que j’utilise n’offre aucune souplesse aux personnages. Ils sont figés dans quelques pauses élémentaires, comme des marionnettes. 

Pour commencer la narration,  j’ai besoin de leur créer un décor et de les disposer ensemble à l’intérieur. L’histoire progresse alors un peu comme on a pu, enfant, imaginer des aventures avec des figurines dans des châteaux de sable.

Quelle place a le mot dans vos livres ? 

J’aime la sensation d’avoir mis le bon mot sur la bonne image, c’est encore une forme de collage. Mais généralement,  quand j’écris une histoire, le mot prend trop de place, je voudrais pouvoir m’exprimer au maximum par l’image. 

Vous est-il arrivé de créer à partir des mots des autres et quelle est votre espace de liberté ? 

J’ai illustré un texte de Frédéric Marais : « L’invention du dictionnaire » paru aux éditions « Les fourmis Rouges ». 
Il avait écrit cette histoire en pensant me la proposer, il m’y offrait tout l’espace de liberté dont j’avais besoin. 
Travailler sur les mots d’un autres m’apaise énormément car je doute beaucoup des miens.

Comment imaginez-vous vos lecteurs en train de lire vos livres ? Les lisent-ils d’ailleurs ou sont-ils spectateurs ? 

Je les imagine d’abord spectateurs, la lecture vient dans un deuxième temps. Je veux créer chez eux un étonnement, qu’il soient intrigués et aient envie d’en savoir plus. C’est comme ça que j’ai découvert les livres illustrés et j’ai un très bon souvenir de la part d’énigme à résoudre, quand on est intrigué par une situation mais qu’on ne sait pas lire.

Quel est votre souvenir de lecture enfantine ? 


Les Malices de Plick et Plock, un très vieux livre illustré par Christophe, l’auteur du Sapeur Camembert et de La Famille Fenouillard. 
Plick et Plock sont deux lutins à l’apparence de vieillards espiègles. Ils ne sont pas très disciplinés, il leur arrive donc les pires mésaventures. 
Ils se font écraser, empaler, découper, tuméfier, exploser, mais s’en sortent toujours car ils sont immortels. 
Le dessin en noir et blanc est assez réaliste,  certaines scènes sont encore extrêmement éprouvantes, un peu comme dans le film « Un Chien Andalou ». Le mélange de sensations que j’éprouvais à le contempler (je ne savais pas lire) reste tout de même un bon souvenir.

Mille mercis !

Pour retrouver le travail de Jean Lecointre c’est ici https://jeanlecointre.com

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.