Les natures mortes bavardes de Maria Jalibert

Miniphlit poursuit ses entretiens avec celles et ceux qui font la photolittérature pour la jeunesse. Aujourd’hui nous recevons Maria Jalibert, l’occasion de l’interroger sur la conception de ses mises en scène joyeuses et colorées qui invitent le lecteur à s’attarder, à chercher et à identifier  de petits détails à chaque nouvelle page.

Bonjour Maria Jalibert, merci d’accueillir Miniphlit !

Bonjour Miniphlit, je suis ravie de faire votre connaissance !

Illustratrice ? autrice ? illustratrice-autrice ? Qu’inscrivez-vous en tête de votre CV ?

Pour moi les deux sont indissociables alors j’inscris autrice-illustratrice de livres pour enfants car j’aime envisager mes projets dans leur globalité. Je fais des aller-retours constants entre texte et image, l’un me fait rebondir sur l’autre et inversement. Mais cela ne m’empêche pas de proposer mes « mots » à d’autres illustrateurs, comme pour mon dernier album PETIT, publié chez Didier Jeunesse, dont Cécile Bonbon a réalisé les illustrations.

Quel rôle joue donc la photographie dans vos créations ?

Un rôle indispensable dans ma pratique artistique en volume, que ce soit avec des jouets, des objets ou d’autres matériaux. La photographie fixe mes installations et petites scènes qui ne sont fabriquées que pour le temps de la photo. Une fois la photo prise, je les démonte et récupère les objets pour les réutiliser dans d’autres projets.

Dîtes-moi, qui sont vos lecteurs et comment les imaginez-vous en train de lire vos livres ?

J’aime bien imaginer mes lecteurs en train de rire ou de sourire lorsqu’ils lisent mes albums.

Petits et grands, mes lecteurs sont de tous âges. Des enfants bien sûr, en grande majorité, mais pas que. Lors des salons du livres, qui sont de formidables lieux de rencontres avec les lecteurs,  je vois passer des amateurs d’art, des collectionneurs de jouets, des collectionneurs d’albums (abécédaire ou cherche et trouve), des professionnels de la petite enfance, enseignants, orthophonistes pour qui mes albums sont des outils…

Comment qualifieriez-vous vos créations : natures mortes, tableaux photographiques ?

Je dirais : natures mortes qui racontent des histoires.

Où réalisez-vous vos prises de vue ? en plein air ? dans un atelier ?

La plupart du temps cela passe dans mon atelier, un ancien transformateur électrique dont j’occupe le rez-de-chaussée mais qui est, hélas, bien trop petit. Une grande partie de mon mobilier est sur roulettes et je module mon espace en fonction de la taille de la scènette que je photographie. Dernièrement, le confinement, qui nous a tous arrêté en plein vol, m’a amené à sortir de mon atelier et à photographier à l’extérieur, dans mon jardin, ce que je ne faisais pas jusqu’alors. Je me suis attachée à l’explorer comme je ne l’avais jamais fait. Il est devenu le théâtre et le décor de petites installations et de photographie. Cela m’a ouvert de nouvelles perspectives de narration qui donneront naissance, je l’espère, à de futurs albums.

Combien de temps passez-vous à réaliser ces « assemblages » ?

C’est très variable. Cela peut aller d’une heure, à un jour, à une semaine, parfois un mois. Notamment pour mon dernier album Cherche-et-trouve qui vient de sortir aux éditions A Pas de Loups et dans lequel chaque illustration de double-page mesure 1m. Il y a eu plusieurs phases d’essais, de recherches, de premières compositions, de montage, de démontage des jouets et enfin de collage lorsque les illustrations étaient définitives. Avec bien sûr, un travail photographique à chacune de ces étapes.

Mais où trouvez-vous donc ces objets ?

J’ai commencé à travailler en récupérant les jouets de mes enfants qui, ayant grandi, ne les utilisaient plus, puis j’ai acheté quelques lots sur internet. Depuis plusieurs années je visite régulièrement Emmaüs où je déniche l’essentiel des objets qui servent à mon travail artistique. La « quête » des jouets est une partie importante de mon travail, ce sont comme des petites chasses au trésor qui nourrissent mon inspiration. J’en ramène le terreau dans lequel vont pousser mes futurs projets.

Quelle technique artistique préférez-vous pour vos créations ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Que ce soit le travail photographique avec les jouets, le découpage-collage ou le dessin j’aime passer de l’une à l’autre de ces techniques en fonction de ce que je veux raconter. Souvent l’une « me repose » de l’autre. Je l’oublie pour y revenir avec encore plus de plaisir.

Quel est votre meilleur souvenir de lecture en tant qu’enfant ?

J’en ai tellement…

Les Belles Histoires de Pomme d’Api avec lesquelles j’ai appris à lire. Les J’aime Lire ensuite que j’ai dévoré et qu’on se disputait avec mes frères et soeurs. Les livres de Roald Dahl, de Maurice Sendak, ceux dArnold Lobel (formidable Porculus…), de Philippe Dumas, Tomi Ungerer.

Beaucoup de livres ont accompagnés mon enfance, c’est une chance, il y avait une belle bibliothèque à la maison. C’est là que j’ai puisé l’envie de faire des livres à mon tour.

Comment travaillez-vous avec les mots des autres ? 

De mieux en mieux. Le jouet est un matériau fascinant et inépuisable mais parfois difficile à dompter en matière de narration. Je n’ai pas la liberté d’expression ni la souplesse que l’on peut avoir en dessinant. Mais, au fond, c’est ce qui m’intéresse. Chaque illustration que l’on me commande est un petit défi que je me plait à relever en utilisant et détournant des objets ou matériaux, en trouvant des solutions pour arriver à représenter le plus finement possible ce que je veux dire.

Je vous embête un peu : est-ce que tout ce plastique est encore « tendance » ?

Mais oui, plus que jamais. Je récupère, je transforme, je recycle et je donne une deuxième vie à tous ces petits objets oubliés qui servent plusieurs fois puisque je ne garde que très peu de mes installations.

Et pour découvrir le site de Maria Jalibert, c’est ici : http://mariajalibert.com/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.