Jill Hartley, photographe- poète ?

Ses petits livres carrés avec leurs couleurs et images du Mexique étaient à l’origine destinés aux plus jeunes habitants du pays, mais finalement ce sont les enfants du monde qui les ont adoptés.

Il n’y a pas besoin de connaître le nom des choses pour pénétrer dans ses ouvrages. Il faut juste se laisser guider par les couleurs, les formes, les textures et les sourires malicieux de ces enfants sur les couvertures, photographiés dans les écoles de son quartier ou chez ses amis et voisins et qui fixent le lecteur par le petit carré du viseur… Elle n’enregistre pas le réel, elle en cueille des fragments, en offre d’autres points de vue, et tend à ses lecteurs-spectateurs des invitations à s’exprimer et à jouer.

Pour bien finir l’année, Jill Hartley nous fait l’honneur de nous accueillir, avec sept heures de décalage horaire. Elle nous parle des « petits carrés » et de ses autres ouvrages.

Zapopan, Jalisco Petra Ed. 2006

Bonjour Jill Hartley, merci de nous avoir accordé un peu de votre temps.

Vous vivez au Mexique. Pourriez-vous travailler ailleurs ?

Sauf maintenant avec la pandémie, je suis privée de bouger comme tout le monde, mais autrement je ne cesse pas à voyager et à explorer d’autres pays. Depuis une vingtaine d’années je vis au Mexique, mais j’ai aussi vécu en France une quinzaine d’années et à Los Angeles, Chicago, New York et München. Mon premier livre, Poland, sorti en France aux Éditions Créaphis, recueille dix ans de voyages en Pologne aux temps de Solidarnosc. J’ai d’autres projets de livres sur Cuba, Brazzaville, Naples, les plages en Inde, etc. Ce qui m’intéresse le plus c’est de découvrir et décrire visuellement un autre univers. On pourrait dire que je suis une sorte de photo-ethnographe et donc, pas principalement une auteure de livres pour enfants. Cela est venu un peu par hasard grâce à ma relation avec Petra Ediciones, la maison éditorial mexicaine qui fait des très beaux livres d’art pour enfants ou bien pour tous les âges. Petra a publié Lotería fotográfica mexicana, en 1995, un livre/jeu destiné à tout public, mais considéré approprié pour enfants, je suppose, puisque il contient un jeu.

(Pour découvrir ce livre, c’est ici : http://www.loteria.jillhartley.net/ et lire également l’article de Ana Garralón, traduit de l’espagnol, paru dans la revue Hors Cadres en mars 2014.)

Qui sont vos maîtres en photographie ? Vous inscrivez-vous dans une filiation ? Je pense notamment aux photographes des années 30 qui avaient pour projet de nous montrer la beauté du monde qui nous entoure, et bien sûr à Tana Hoban !

La série de petits albums en carton a été inspirée par mon amie Tana Hoban qui je connaissais à Paris et qui a travaillé chez moi dans ma chambre noire à Ivry-sur-Seine avec Gail, son assistante. Quand j’ai su qu’elle est décédée fin janvier 2006, j’ai eu envie de lui faire un hommage, et donc j’ai proposé Cercle ou carré? à Peggy Espinosa, la directrice de Petra. Au départ, l’idée c’était de faire un livre pour les petits mexicains qui montre les objets de leur monde, car on voit beaucoup de livres venus d’ailleurs avec des objets méconnaissables pour les mexicains. Curieusement, ce premier livre a eu du succès en dehors du Mexique malgré le fait qu’on ne connait même pas tous les objets représentés. L’éditrice canadienne de Groundwood Books a voulu acheter les droits d’une série de quatre, et donc en 2007 j’en ai fait encore trois : Rayures+flèches, Rouge+vert, Couleurs+saveurs. Alors ce n’était plus très important que les photos montrent l’univers mexicain, seulement Rouge+vert le fait car ce sont les couleurs du drapeau. Rayures+Flèches contient des photos prises à Paris, Londres, Afrique… L’inspiration de Couleurs+saveurs était une affiche didactique Indienne. Quatre titres ont paru en France chez Didier Jeunesse, deux en Inde et il y en a six au Mexique (Pica, no pica et Trazando X). Deux nouveaux sont en préparation pour cette année, j’espère.

ça pique c’est doux, Didier jeunesse, 2013

Qui sont vos lecteurs ? Comment les imaginez-vous en train de s’approprier vos livres ? Est-ce qu’on peut les lire plusieurs fois ?

Les livres en carton sont des albums pour parler entre l’enfant et l’adulte, à poser des questions, à regarder et à chercher. Les titres donnent l’indice pour le jeu, par exemple, de chercher les cercles et les carrés dans chaque photo. Parfois une photo contient les deux choses, et puis les pages sont mélangées. Ça sera trop simple d’avoir tous les cercles sur la droite et les carrés à gauche, les bébés ne sont pas bêtes. J’invite le lecteur de me suivre dans mon jeu en cherchant dans son environnement les éléments graphiques du livre, de reconnaître ces formes et de bien regarder tout autour. J’aspire à faire des belles images plutôt complexes, que les doubles pages soient les diptyques, du fait de ma formation en dessin et peinture.

Comment naissent vos projets ? Les concevez-vous avec votre éditeur mexicain ? Avez-vous de nouveaux projets à destination de l’enfance ?

Le premier livre est fait en deux semaines mais les suivants me prennent beaucoup plus de temps car j’ai envie que chaque nouveau titre soit encore mieux et encore plus surprenant. Il faut dire aussi que je fais moi même la mise en page et les séquences de manière intuitive. L’éditrice me guide dans la sélection d’images et j’ai confiance dans son bon sens éditorial et graphique. Une fois elle m’a expliqué pourquoi j’avais mis deux images ensemble : c’était deux choses qui tournent, des toupies et des hommes attachés avec des cordes qui tournent autour d’un poteau en tombant. Je ne me suis même pas rendu compte. Tandis que le premier livre a été dédié à Tana, je crois que j’ai trouvé un langage à moi et que mes livres sont bien différents surtout dans la juxtaposition d’images en double page.

En dehors de la série préscolaire, j’ai fait des photo-illustrations pour les livres de texte magnifiques qui m’a proposé Peggy Espinosa : Italo Calvino en México, El guardagujas (prix du foire du livre à Boulogne, Italie), Sueño (prix Caniem du meilleur livre d’art mexicain de 2010), Ciruelo Amarillo (à paraître). Malheureusement aucun n’est paru en France. C’est dommage aussi qu’il n’existe toujours pas une édition bilingue de Lotería fotográfica mexicana. J’ai un autre titre en auto-édition limité : fotoTaroc – un jeu de l’image subjective, qui a été vendu aux Trois Ourses à Paris. Je prépare une seconde version avec l’addition d’un livre : un livre/jeu.

Zapopan, Jalisco : Petra Ediciones, 2006.
Foto taroc : The box set includes a book plus the playing cards with 88 photographs, some the same and many new ones..The book contains instructions in 4 languages for 4 games:
fotoTaroc, fotoNovela, fotoDomino and fotoEvoca.

Quel était votre livre préféré quand vous étiez enfant ?

Je ne me rappelle pas mes livres préférés quand j’étais enfant, mais je me rappelle que j’ai fait des vrais livres pour mes devoirs en école primaire avec des chapitres, des illustrations et un collage en couverture. Enfant, j’ai aussi inventé des jeux.

Et comment appelez-vous votre métier ? Que pensez-vous de « photographe-poète » ?

Je n’oserais pas m’appeler « photographe-poète » mais j’aime bien l’étiquette. On m’avait dit que mes photographies pourront se classifier dans le domaine de la photographie poétique et ça me fait plaisir. J’ai toujours trouvé un lien entre la photo et la poésie, aussi la musique.

Merci mille fois Jill ! »

 

Pour découvrir tous les titres de Jill Hartley : 

http://jillhartley.net/Books/Petra/Preescolar/preescolar.html

https://didier-jeunesse.com/auteurs/jill-hartley

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.