Dans l’objectif de Séverine thevenet : Litli soliquiétude

Litli, septembre 2019, Beurre Salé

Qui est Litli ? un lutin islandais ?  un voyageur ? un double de l’autrice partie en 2001 à la rencontre des paysages d’Islande ?

Litli,  haut comme trois pommes,  arpente les quais d’une grande ville en noir et blanc, les yeux rivés au sol et semble ployer sous le poids de son sac ou de l’ennui. Un matin, il se lève et redresse enfin la tête. Dehors, le monde est celui qu’il affichait en carte postale au mur de sa chambre. Loin des pavés gris, rectilignes et monotones, le voilà à crapahuter plein d’entrain au creux d’une nature en couleurs dont les formes étranges réveillent ses sens et font naître mille histoires dans son esprit. 

Séverine Thevenet, sa photographe, nous a accordé un entretien, l’occasion de revenir sur cette réédition de Litli Soliquiétude en 2019 et sur ses autres ouvrages mais aussi d’évoquer la difficulté pour faire accepter les livres photographiques. 

Tu indiques dans le dossier de presse de Litli :  « Il y eut la rencontre et les commentaires de quelques éditeurs, jusqu’à « Où sont les enfants ? » qui ont ouvert les bras à Litli et l’ont adopté tel qu’il était ». J’ai le souvenir moi-même d’avoir interrogé pendant mes recherches des éditeurs réfractaires à la photographie. Est-ce ce que c’est ton expérience ?

Litli, c’est ma toute première experience  d’auteure. Je suis partie avec Litli sous le bras à Montreuil et j’ai démarché des éditeurs qui me plaisaient. J’ai rencontre pas mal d’ éditeurs. Thierry Magnier a trouvé Litli très beau mais il venait d’éditer un livre avec un ourson et trouvait que c’était doublon. Ensuite, j’en ai vu beaucoup d autres. Ce qui m a surprise, c’est que, soit cela ne les intéressait pas parce que c’était de la photo, soit cela les intéressait, mais comme Litli n’est pas très réaliste, ils voulaient changer tout et ne comprenaient pas mon livre. J’étais tellement sûre de mon livre que j’ai continué et je suis arrivée chez  « Où sont les enfants ? Lui (Tieri Briet) était un vrai artiste qui défendait les photos et avait des coups de cœur. Il a dit « oui » tout de suite. C’était un beau cadeau !

Pourquoi avoir fait disparaître le texte dans cette nouvelle édition ? 

Le premier éditeur (Litli a été réédité en 2019) m’avait recommandé fortement de travailler avec un auteur parce que je n’étais pas connue et que les livres sans texte cela faisait peur aux mamans. J’ai donc accepté . Il m a présenté Catherine Leblanc. On a beaucoup retravaillé ensemble. Dans les écoles, je le présente souvent sans le texte car les photographies peuvent exister sans les mots. Les photos sont une porte ouverte pour que l’enfant raconte seul. Il n’a pas besoin d’un texte. Pour autant, certaines phrases de la première édition emmènent ailleurs et c’est chouette.  Mais quand j’ai pu le rééditer, j’ai préféré qu il n’ait pas de texte.

 


avril 2008, Litli, éditions Où sont les enfants ? avec Catherine Leblanc

Pour cette nouvelle édition de Litli Soliquiétude, nous sommes plongés dès la couverture, entièrement photographique, aux côtés de ton personnage et dans le monde qu’il découvre. Pourquoi ce changement par rapport à la première édition ? Est-ce un souhait de plonger le lecteur, dès le seuil de l’ouvrage, dans l’image et juste l’image ?

Les couvertures c’est le choix des éditeurs, souvent. C’est un écrin. L ‘editrice de « Beurre Salé » m’a dit : « On fait pleine page ! ». J’étais surprise parce que j’étais habituée à la premiere version, mais maintenant l’image saute aux yeux et c’est très bien comme ça.

Dans la première édition, qui était donc le narrateur ? Était-ce Litli, qui s’adressait au lecteur ? Souvent il semble nous fixer de ses deux petits yeux noirs d’ailleurs.

L’autrice ne m a pas dit qui parle. Pour moi c’est Litli qui parle, mais à vrai dire, je ne me suis jamais posée la question. Le texte ne m’appartient pas trop en fait et c’est assez drôle, mais je ne me suis jamais interrogée sur l’origine de la voix. Le texte fait comme une petite voix intérieure quand je le lis, mais je ne sais pas qui parle. Donc finalement, et c’est étrange, mais je ne sais pas quoi te répondre. 

Comment imagines-tu l’attitude de ton lecteur tournant les pages de Litli Soliquiétude ? Que se passe-t-il dans sa tête, selon toi ?

Ce que j’ ai remarqué, c est que les enfants, et particulièrement ceux d’IME, sont beaucoup plus attentifs que les adultes et voient des choses que les adultes ne voient pas. Dans le livre, au début, tout est en noir et blanc sauf le cadre accroché dans la chambre, et à la fin du livre, c’est l’inverse. Cela, les enfants le captent tout de suite et pas les adultes. En fait, les enfants voyagent dans l’image. Ils cherchent plus que l’adulte qui prend le livre dans la globalité. Les enfants se posent des questions et rentrent vraiment dedans.  

Te souviens-tu de ce jeu sur la forme des nuages ? Je pense à cela quand je contemple la nature dans les pages de Litli.

En fait au depart, j ai eu une bourse pour aller faire des photographies en Islande, sur les traces de lumière. Suite à ces images en couleur, je suis retournée plusieurs fois et avec ma marionnette. J’ai fait des photos en la mettant en scène dans la nature, sans me raconter d’histoires, intuitivement. Quand moi je voyais des formes, je prenais des photos . Quand j ai composé le livre, j’ai choisi des images où on voyait des formes. Quand je le présente aux enfants, je les invite à regarder et à s’exprimer. On travaille aussi sur le regard : certains voient un dragon, ou un loup, un dinosaure. Pourtant, on a tous les mêmes yeux, mais on ne voit pas tous la même chose. On  n ‘a pas tous  la même imagination.

Est ce que Litli va avoir de nouvelles aventures ?

Je voulais, mais j’ai fini par découvrir d’où venait ce personnage que j’avais trouvé en brocante. C’est le personnage allemand du marchand de sable et c’est un personnage connu. Il lui ressemble moins  puisque je l’ai remanié, mais encore trop ! Alors, soit je travaille avec la télévision allemande, soit j’arrête !  Finalement, j’ai choisi de ne pas continuer avec lui.

Tu as d autres projets de livre avec des mises en scène de personnages  ? 

J’en ai pas mal d autres, mais ça coince au niveau des éditeurs. En règle générale, ils disent que la photo n’est pas pour les enfants. Même les textes, il faut toujours qu’ils soit écrits d une certaine manière. Il faut que ce soit très simple. Dès que c’est trop imagé , on pense que le parent ne peut plus accompagner l’enfant. C’ est bizarre. J’ai un livre qui sort chez Beurre Salé mais c’est un livre sans photo. J’ai besoin que mes livres sortent et du coup je dois faire autre chose. J’aime aussi ces nouveaux projets et partager avec les illustrateurs.

Je reste optimiste mais ce n’est pas simple.


Janvier 2015, éditions de  L’âne bâté , Des signes et moi…, imagier en langue des signes avec Cendrine Genin, Janvier 2017, ENTRE NOUS, imagier en langue des signes pour les 0 A 3 ans édition de L’ âne bâté.

Dans Des signes et moi et Entre nous, réalisés avec la photographe Cendrine Génin, quel est ton rôle ? 

On m avait proposé de faire des ateliers avec les sourds et muets et Cenrine m’avait aussi parlé de son envie à elle. On a décidé de travailler ensemble sur ce projet. On a commencé a faire des ateliers, sur les traces de lumière pour moi et les portraits pour elle. Au bout de deux trois ateliers, Cendrine m a proposé d’en faire un livre. Les enfants étaient très photogéniques et très forts dans leurs expressions. Ce livre, c’est un vrai livre à quatre mains. Il n y a pas d’ ego entre nous. On choisit la meilleure photo et c’est tout. Quand on n’est pas d accord, c’est qu il faut recommencer la photo et travailler autre chose. Les illustrations, c’est souvent les miennes et les portraits, c’est elle, mais en fait on s’en fout car c’est un vrai travail à quatre mains ! 

Dans Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, tu travailles avec le photographe Serge Gutwirth.


Octobre 2009 , Ma grand mère ou l’enfance dans un corps sage, éditions La cabane sur le chien photographe Serge Gutwirth , réédité aux éditions du Jasmin

Apres Litli, je suis rentrée dans l’univers de la littérature jeunesse et j’ai adoré cet univers. J’ai rencontré beaucoup de gens. A ce moment, je circulais aussi avec ma marionnette dans les rues et j’ai imaginé en faire un livre.  J’ai rencontré ce photographe, qui faisait surtout des portraits de gens, et je lui ai demandé de me photographier. Au départ, je voulais  être  juste la marionnettiste et l’auteure des textes, mais j’ai fini par faire les mises en scène moi-même, les montages, les traces de lumière. Tout est de moi, sauf la photo. La photo, c’est son regard de photographe, de beau photographe. Les cadrages sont de lui. Toute la douceur de ce livre vient de  son regard.

Moi j ai perdu ma grand-mere qui était très importante pour moi. J’ai souffert de ce manque. En arrivant à Paris, j’ai vu des vieux tout seuls, derriere leurs fenêtres. J’étais en colère. J’avais envie de créer un gang de vieux, tu vois, et de les mettre dans la rue ! J’ai déambulé avec ma marionnette de mamie Violette et la rencontre se faisait avec les gens. Ils étaient touchés par mamie violette qui leur rappelait leur propre grand-mère. Ce livre, c’est tout ce que j’ai vécu dans la rue, plus des petits mots tirés de ce que j’ ai vécu avec ma grand-mère. 

Il y a des moments très drôles dans ton livre.

Oui, il  était intéressant de montrer des décalages. Il a bien marché ce livre, surtout  sur les salons. Ce sont surtout des adultes qui l’achètent. C’est un livre transgénérationnel. C’est un cadeau qui se partage.

La mise en page ne me  convenait pas plus que ça. Je l’avais conçu plus comme un carnet de voyages, avec des objets.  Il aurait mérité plus de matières, plus de chaleur. Il aurait peut-être fallu mettre un autre papier…

Comment as-tu travaillé sur l’imagier J’aime-J’aime pas  ? Je m’interroge : as-tu conçu les images ou les petites phrases d’abord ?

C est Thierry Magnier qui m’a fait rencontrer Le Rouergue. C’est grâce à cette rencontre que je l’ai fait. Il lançait la nouvelle collection « Yapasphoto ». J’ai cherche moi-même le concept et j’ai amené clefs en mains le livre j’aime-j’aime pas et la responsable de la collection a adoré. Elle m a vraiment bien accompagnée. 

Je suis plutôt une travailleuse intuitive. Des fois, je travaillais avec ma fille, je faisais une image. Je me nourrissais de ce que je vivais avec elle. A l’époque, elle alignait beaucoup de choses. Je lui ai refait faire des alignements. Des fois, j’ai créé des mises en scènes, des fois non, c’était juste ce qui se passait devant mes yeux. Ensuite, je créais des textes.

As tu une préférence pour un de tes livres ?

Litli est un de mes préférés avec Ma grand-mère. Les deux, c’est vraiment ce que j’aurais aimé faire en tant qu illustratrice. Par la suite, je n’ai fait que des imagiers. Ce sont des beaux projets, mais ça reste de l alphabet, des mots, du sens… 

La fiction et la photo… L’imagier, c’est rassurant !

Et pourtant, avec une couverture photo, les gens se précipitent ! La photo, c’est un outil comme un autre. Je travaille  la photo comme un stylo. Il y  a autant de poésie et d’imaginaire qu’ avec un dessin. J’aimerais vraiment qu un jour des éditeurs y croient ! 

Est-ce que tu as un livre qui t’a marquée dans ton enfance, photo ou pas ? 

Celui qui m a beaucoup marqué, ce sont les Contes de la rue Broca et plus petite, les classiques avec la clochette pour tourner les pages. J’aimais les livres audio qui permettent de lire seul. Et puis à 12 ans, c’est L’ Écume des Jours ! En fait, je comprends, car c’est une écriture en images. Et donc pour moi, soit on écrit en images, soit on fait des images qui racontent des histoires. Et c’est chouette d’avoir les deux dans un livre, mais il ne faut pas que l’un étouffe l’ autre ! 

Merci Séverine ! 

Le blog de Severine Thevenet :http://soliquietude.canalblog.com/


Mai 2010, J’aime/ j’aime pas, éditions du Rouergue,  collection Yapasphotos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture_CC-300x159.jpg.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.