Miniphlit accueille Carole Saturno !

Parade, Charles Fréger, Carole Saturno, édition Les Grandes personnes, 23 X 30 CM / 24 PAGES EN ACCORDÉON SOUS JAQUETTE , 2017.

Charles Fréger a photographié en 2013 les éléphants de  Jaïpur, la capitale du Rajasthan, lors du festival Holi.  Les pachydermes, peinturlurés et parés, prennent la pose  sous une lumière crue en compagnie de leurs mahouts, eux aussi richement habillés. Les couples homme-animal remplissent tout l’espace de la page et attendent le verdict du spectateur. Qui sera le plus beau ? 

Un livre pour enfants, Parade, a prolongé le succès de l’exposition qui s’est tenue en 2017 du 7 octobre 2017 au 7 janvier 2018 au Centre d’art contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de Varengeville (76). » http://www.matmutpourlesarts.fr/expositions/fiches/fiche-pedagogique-fabula.pdf

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Sur le site de l’éditeur « les Grandes personnes », on peut lire :  « Les photographies de Charles Fréger possèdent toujours un doux parfum d’authenticité. Dans cet ouvrage, l’exotisme est mis à l’honneur avec la série «Painted Elephants» : parés de peinture, de tissus et de bijoux, les éléphants se prêtent au jeu de la photographie et invitent le lecteur au voyage et au rêve ».
 

Carole Saturno, co-auteure du livre, nous fait le plaisir de répondre à nos questions : 

Miniphlit : Parade est-il votre premier album pour enfants avec des photographies ?

Oui et non : c’est le premier où la photographie prend réellement toute la place des illustrations – Emma Giuliani a ajouté quelques suggestions graphiques qui n’ont pas la même vocation que l’ensemble de Charles Fréger.

Mais pour Enfants d’ici parents d’ailleurs (Gallimard Jeunesse, 2005 et 2017), qui raconte l’épopée de l’exode rural et de l’immigration en France, nous avons recouru à de nombreuses reprises à des photos, destinées à documenter l’histoire (tandis que les illustrations se référaient à la mémoire).

Comment est né ce projet ?

Ce projet est né d’abord de la rencontre entre Charles Fréger et Brigitte Morel, l’éditrice des Éditions des Grandes Personnes. De leur volonté de travailler ensemble a découlé ce projet : Charles appréciait le catalogue de cette maison d’édition, où l’on attache un grand soin à l’objet dans sa fabrication, et où l’audace visuelle n’a pas de limites.

Quelle est la finalité de l’album ? Et pour quels lecteurs le destinez-vous ?

Nous l’avons pensé ensemble d’abord comme une petite exposition portative. Le leporello (livre-accordéon) peut se déplier, s’exposer comme on exposerait des photos sur un mur de musée ou de galerie. Mais il peut aussi se lire « à la tourne », et dans les deux sens (recto verso) puisque l’on a d’un côté les grandes images pleine page de Charles, et de l’autre comme les coulisses de ce qu’elles racontent.

Après, sur le fond, c’est aussi un livre qui raconte l’Inde, les éléphants bien sûr, la place de la couleur et du costume, les rituels de fête et tout l’imaginaire qui s’en découle. C’est aussi le portrait d’un photographe, on y apprend des choses sur sa manière de travailler et son univers, ses goûts, ses inspirations.

Avez-vous conçu les textes seule ou en collaboration avec Charles Fréger ?

J’ai écrit les textes seule mais après avoir interviewé Charles et puis il y a eu quelques va-et-vient de relecture entre nous et Brigitte. Je leur avais soumis un synopsis pour chaque partie. Notamment cette idée que ce soit l’éléphant qui d’une certaine manière prenne la parole et s’exprime.

Comment avez-vous opéré un choix dans les photographies de l’exposition ?

C’est une série photographique, dans l’esprit du travail que Charles Fréger a entrepris depuis des années. C’est lui qui a choisi les images, et c’est un ensemble complet – il me semble que seule une image a été écartée. C’est d’ailleurs la seule série à ma connaissance où le protagoniste principal est un animal – c’est lui le héros costumé, même s’il est conduit par un mahout beau comme un prince.

Concevez-vous le rapport texte-image-graphisme comme un dialogue dans cet album ?

Oui, et ça n’est pas tant moi qui le conçois comme tel que ce qui guide le travail éditorial des Grandes Personnes depuis toujours. C’est ce qui permet à ce livre de tenir debout (au sens propre et au figuré !). C’est Emma Giuliani qui a été la graphiste du livre, on se connaît, on a travaillé ensemble (EGYPTOMANIA, GRECOMANIA), on dialogue… et elle sait aussi ce que Brigitte attend comme objet final. Charles nous a fait confiance parce qu’il avait confiance aussi dans ce catalogue là.

 Pourquoi avoir choisi ce format ?

« Dream bigger » ! Parce que ces images, si nous les souhaitions comme une exposition portative, ne pouvaient pas être petites. Que l’effet de surprise, de beauté brillante que ces éléphants dégagent, devaient en mettre plein les yeux des jeunes lecteurs. Parce qu’un éléphant, c’est gros, massif, et que paré comme un maharadja, il est encore plus éblouissant. La jaquette qui entoure le leporello comporte à l’intérieur une silhouette d’éléphant « nu », prêt à être habillé, gommettes ou crayon, ou décalqué pour que les enfants s’en inspirent et les reproduisent pour organiser à leur tour une parade…

Qu’est ce qui a été le plus difficile dans la réalisation de l’album ?

Rien ! C’est facile de travailler sur un sujet passionnant, avec des personnes engagées dans leur passion et leur métier. Je dirais que le seul écueil que je redoutais, c’est la question de l’animal exploité par l’homme – qui est une vraie question car il y a eu des éléphants maltraités pour ces fêtes. Ça n’était pas le sujet du livre mais je tenais à l’affronter néanmoins.

 Vous travaillez beaucoup sur les portraits de pays, ces ouvrages qui familiarisent les lecteurs avec la vie des enfants d’ailleurs. Pensez-vous que Parade en soit un ?

Oui bien sûr… même si dans ce cas il ne s’agit pas de découvrir la vie des jeunes Indiens. C’est plutôt un voyage en soi, une rêverie indienne, une rencontre avec la culture, l’histoire, l’imaginaire de l’Inde du Nord. C’est aussi une rencontre avec le travail acharné d’un acharné de travail : Charles Fréger mène depuis des années une description minutieuse, quasi obsessionnelle, des rituels qui amènent des êtres humains, dans le monde entier, à faire groupe ensemble, à se reconnaître mutuellement. M’est d’avis que les enfants sont particulièrement sensibles à cette façon de faire, qui leur est d’ailleurs encore tout à fait naturelle – à tous âges d’ailleurs, petits ou adolescents. Et il me semble que l’esthétique de son travail a quelque chose d’éternel, qui touche tous les lecteurs, les visiteurs, les rêveurs.

Allez voir son site, regardez ses livres !https://www.charlesfreger.com/

 

Merci Carole !

http://repertoire.la-charte.fr/repertoire/i669-carole-saturno

 

 
http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/portfolio_page/parade-les-elephants-peints-de-jaipurcharles-freger-carole-saturnooctobre-2017/

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.