C’est Zaa le petit chameau blanc, entre novellisation et portrait de pays

…C’est Zaa le petit chameau blanc, Claude Roy, photographies de Denise Bellon , d’après le film de Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy, Yannick Bellon et Jean Salvy, Paris, Hachette, 1962, 46 pages

Le film Zaa le petit chameau est réalisé dans cette période des années 50-60 où se développe le cinéma français pour enfants, et l’on a déjà présenté ici les films Albert Lamorisse, Bim le petit âne, Crin Blanc et Le Ballon Rouge[1]Ces films mettent à chaque fois en scène un personnage-enfant et son compagnon (objet ou animal), que des forces extérieures s’évertuent à séparer. Dans Zaa le petit chameau, le duo est composé cette fois d’un jeune garçon et de son animal, un dromadaire. Leurs aventures sont cette fois l’occasion d’arpenter la Tunisie, comme Pascal et son ballon nous faisaient découvrir Paris et Folco et Crin Blanc, la Camargue.

Sur le site du CNC on peut lire :  « Dans le Sud tunisien, Brahim a pour ami inséparable Zaa, un chamelon blanc, qui passe le chercher chaque jour à l’école. Mansour, un marchand, l’achète un jour pour la revente. A Djerba, où ses congénères sont condamnés à l’irrigation et au battage, l’air de « La Clé des champs » fait naître en lui la nostalgie de l’école d’Aïdi. Il s’enfuit. Ali, un potier d’art, l’utilise pour écouler sa production sur le continent. Il lui fausse compagnie. D’El-Djem, il va à Monastir, y rencontre un photographe, qu’il quitte à Sidi-bou-Saïd. Il croise alors Bechir, jeune guide des vestiges de Dougga, qui le met dans le train de Tozeur. Il se retrouve à Kairouan, la ville sainte. Asna, une petite tisserande, s’y attache à lui. Mis à une roue de noria par son père, elle le délivre, invoque longuement les djinns dans la Grande Mosquée et exauce son voeu de retour. »

On peut visionner ici un extrait du film.

https://www.filmsdocumentaires.com/films/1202-zaa-le-petit-chameau-blanc?fbclid=IwAR1P9fEwp4VGK3DHG1FkQF-_wNLifpuXu3aqqNBJ-lGK_EFsYJ2BDybipqs

Il est réalisé par Yannick Bellon sur un scénario de Claude Roy  et Jean Salvy. La photographe Denise Bellon réalise les photographies de plateau en vue de la novellisation qui sort chez Hachette en 1962.

Le livre s’ouvre sur la comptine « Qui est-ce qui a ? »entendue dans le court-métrage.  La réponse « C’est Zaa le petit chameau blanc » devient  le titre de l’ouvrage.

Les photographies de Denise Bellon occupent l’essentiel  de l’espace du livre.  En noir et blanc ou en couleur, elles sont présentes sur les seuils de l’ouvrage puis sur chaque page, en abondance. En pleine page, débordant sur la seconde, reproduite sur toute la double page,  en vignettes ordonnées en séries,  collées sur d’autres photographies plus grandes, en détourage de personnages… Si le tout manque d’uniformité ou de réel travail sur la mise en page, le lien avec le grand écran cinématographique est bien maintenu ! 

Si les photographies permettent bien évidemment de retrouver le personnage principal, Zaa le chamelon blanc, elles donnent aussi à voir un potier au travail, une tisserande de tapis, les marchands du souk, une oasis, les toits d’une médina, des maisons anciennes, un oued, les ruelles de Sidi Ben Saïd et Hammamet et même  des ruines romaines ! Le  visionnage du film est d’ailleurs  recommandé  par la revue pédagogique L’ Educateur en 1968, pour accompagner des activités de géographie visant à faire découvrir la Tunisie. Il reçoit également le soutien du ministère du tourisme tunisien. 

Cet aspect de doit pas faire oublier la poésie du texte de Claude Roy.  On y  croise jeux de mots et  reprises de formules de contes ou de comptines traditionnelles adaptées aux aventures de Zaa le chameau. La magie de l’ouvrage est le fruit de la collaboration entre les mots et les images dépaysantes.

[1] Publication imminente de l’article que je signe : « Du poème filmique au livre illustré de photographies, les films d’Albert Lamorisse », collection « Texte-Image », Académia, Louvain-la-Neuve

Licence creative commons

Ces billets sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons: reprise autorisée avec attribution du texte à son auteur; pas d’utilisation commerciale; pas de modification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.