Tu seras les yeux de la mer

Tu seras les yeux de la mer, Alain serres, Zau, collectif, Rue du Monde, 2019, 91 pages.

On retrouve dans cet ouvrage le mode de fonctionnement de L’Abécédire, paru en 2010 chez Rue du Monde et déjà analysé ici.  Alain Serres est une nouvelle fois à la conception de cet ouvrage hybride.

La couverture de l’ouvrage annonce le dispositif mis en place dans le livre : Trois écritures, trois arts vont s’interpeller, dialoguer, se répondre, se contrarier, communier pour dresser un tableau des océans aujourd’hui et inviter les jeunes à s’engager dans la combat de l’écologie.. 

La photographie, à l’origine documentaire, est recadrée autour d’un poisson, qui, gueule ouverte, s’apprête à gober un morceau de plastique, semble-t-il. Son œil rond  évoque l’étonnement, voire l’effroi. Il nage sous ce qui semble être un continent de déchets, parmi lesquels le lecteur/ spectateur reconnaît pots de yaourt, canettes, sacs plastiques et objets de son quotidien. La photographie a été retravaillée, des graphismes ajoutés pour figurer le plastique, et seul le poisson semble réel. 

Sur le côté de la couverture, en noir et blanc, un manchot dessiné à l’encre de Chine, semble posé sur une banquise un peu grise et le trait oblique qui sépare les deux images parait symboliser la frontière entre le dessus et le dessous. 

Le titre « Tu seras les yeux de la mer » fonctionne comme une interjection au lecteur-spectateur, invité à regarder ce qui se passe dans et autour des mers, en plongeant au cœur de ces grandes images. 

Dans le corps de l’ouvrage, la photographie et l’illustration graphique sont installées en pleine page, rejoignent ses bords, alternent en page de droite ou de gauche, sont séparées par la pliure centrale. Systématiquement, l’illustration graphique accueille le texte. 

La photographie documentaire n’est pas réalisée spécifiquement pour le livre mais issue d’un collectif. Chaque image fourmille de détails et peut raconter seule. Elle montre les malheurs des ours blancs dont le territoire est pollué par les hommes ou qui sont contraints de s’approcher des villes pour trouver une nourriture devenue rare. Elle montre aussi la pollution des mers et des littoraux, la pauvreté des hommes dans certains parties du globe et la richesse d’autres en arrière-plan. Le lecteur-spectateur reconnait ces images. Il les a déjà vues ailleurs, prises dans d’autres dispositifs. 

 Zau a réalisé une image graphique minimaliste pour répondre à cette image photographique. Il y a prélevé un seul élément. Ce n’est pas une citation, pas un cadrage resserré.  L’ours n’a pas la même position que celui de la photo. Il s’agit de deux ours  enlacés. Le lecteur-spectateur imagine que l’ours de la photographie a une famille.  Le dessin du seau n’imite pas la photographie. On voit ce qu’il contient. Il s’agit  peut-être des morceaux ramassés sur la plage. Ainsi, l’image graphique dit ce que l’image photographique ne dit pas. Elle propose de s’approcher de près, de dire l’avant ou l’après de la photographie,  de compléter son langage. Elle offre un supplément de narrativité. 

Notons que le dessinateur conserve  les codes de l’univers enfantin : Les deux ours enlacés seront peut-être pour le jeune lecteur un frère et une sœur, ou une mère et son enfant. Est-ce un clin d’œil à toutes ces histoires dont les plantigrades sont les héros ?  Le lecteur-spectateur interprétera et imaginera une histoire en fonction de ce qu’il a déjà rencontré dans d’autres ouvrages.  L’image graphique portant le seau l’interroge davantage. S’il croit reconnaître des légos, il est interpellé par leur ressemblance avec des immeubles, si grands sur la photographie, si petits une fois emprisonnés dans le seau. 

Le texte fonctionne comme une légende qui fixe le sens de l’image. Pour ceux qui savent lire, elle dit comment lire l’image photographique : un ours en Russie, une plage à Manille. Une phrase, imprimée dans une typographie de couleur différente, retient l’attention : « Affamé, égaré, dérouté par ce que les hommes imposent à son blanc pays » peut-on lire entre les deux images en regard ; « Et toujours le rêve d’y trouver un trésor » lit-on en rouge entre la photographie de la plage de Manille et  le dessin du seau. Les mots proposent donc deux récits, l’ un documentaire, l’ autre fictionnel.

Mais surtout, les mots proposent  des ponts, des échos entre les deux images et permettent de franchir la marge qui les sépare. 

Dans certaines double-pages, il semble que la marge soit ignorée. L’image de gauche trouve son prolongement dans celle de droite, le banc de poisson s’étend jusque sur l’autre page, lorsque la multitude s’assemble pour former un poisson géant face à un tout petit plongeur. Ce « colosse » a un air bien innocent et fait écho à l’adjectif « fragile ». 

 

Que fait le lecteur ? La conjonction des trois modes d’expression dans la double-page invite  le lecteur-spectateur à les mettre en relation. Son regard s’accroche à une image,  cherche dans sa mémoire, reconnaît, interprète, se déplace sur l’autre, fronce les sourcils, fait des liens, vérifie dans le texte, retourne sur les images, saisit ce que sa première lecture avait ignoré. C’est un lecteur pleinement actif et mobilisé qui tourne les pages, démêle les liens, recompose les ponts conçus pour lui. Une fois le livre fermé, il lui reste mille histoires, des moments de poésie, et peut-être un tableau des océans composé de mille images.

Le regard de Christophe Meunier ici https://clio-cr.clionautes.org/tu-seras-les-yeux-de-la-mer.html

Mon analyse de L’ Abécédire est à lire ici : 

https://miniphlit.hypotheses.org/974


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.