JE « Portraits de pays », épisode 1, extraits…

Christophe Meunier, docteur en géographie, formateur à l’Iespe Orléans  : Construire un capital géographique, L’exemple de la collection « This is the…World » de Miroslav Sasek

            « Chez Miroslav Sasek, les lieux identificatoires d’une ville ou d’un pays donné sont les « personnages » des albums qu’il réalise entre 1959 et 1974 dans la collection « This is…the World ». À travers les portraits de grandes villes mondiales, il entend faire voyager ses jeunes lecteurs par le monde. L’artiste tchèque est lui-même un grand voyageur. Fuyant le régime communiste qui a pris le pouvoir à Prague en 1949, il se réfugie d’abord à Paris puis à New-York en 1959. C’est là qu’il décide de faire publier ses trois premiers travel picturebooks. Il s’agit pour l’artiste de rendre compte des voyages qu’il a lui-même réalisés.

            En 1996, le géographe Marc Brosseau se proposait d’étudier une série de romans qu’il avait décidé de qualifier de « géographes » sans délivrer une réelle définition de ce type de romans. Cette communication sera l’occasion pour moi de voir en quoi la collection « This is… the World » de Miroslav Sasek peut être considérée comme un ensemble « d’albums-géographes », tentant d’approcher de plus près les contours d’un tel genre d’ouvrage. Entre autres éléments caractéristiques, il s’agira de montrer que cette collection a pu contribuer à construire un capital géographique pour plusieurs générations de lecteurs. »

Christine Rivalan-Guégo, professeure en langue et littérature de l’Espagne et  V.P. de l’université Rennes 2, Un pays peut en cacher un autre. Les petits Espagnols, Série Le Monde, Éditions Piccoli

« Reflet des intérêts culturels, géographiques, voire touristiques, exprimés dans les années 1950, la Série Le Monde publiée en France par les Éditions Piccoli de Milan s’inscrit dans un mouvement éditorial de littérature jeunes publics qui a vu apparaître dès 1948 la collection Enfants de la terre aux Albums du Père Castor, Enfants du Monde chez Nathan (1952), Connais-tu mon pays chez Hatier (1963) mais aussi la série des Caroline de Pierre Probst (Caroline aux Indes (1955) ; Caroline en Europe (1960) ; Caroline au ranch (1961) ; Caroline au Pôle Nord (1962) ; Caroline au Canada (1967))

À partir de l’étude d’un des volumes de la série, Les petits Espagnols, l’analyse s’attachera à déterminer le positionnement, à la fois littéraire et éditorial des portraits de pays offerts par la série à ses jeunes lecteurs et lectrices et ce, dans le sillage des conclusions de l’article de synthèse de David Martens sur la notion (Martens David, « Portraits phototextuels de pays. Jalons pour l’identification d’un genre méconnu », PUF, Communication et Langage, n°202, 2019, pp. 3-24.). »

Denis  Rodrigues  (université  Rennes2).   Portrait d’Espagne et d’Amérique latine : quand le miroir déformant de l’idéologie s’en mêle.

Quelles représentations de l’Espagne et de l’Amérique du sud donnait-on aux collégiens et lycéens français des années 70 à 80 ? L’analyse des textes et de l’iconographie de quatre collections de manuels scolaires publiées à cette période mettra en évidence bien des représentations stéréotypées, entre enthousiasme naïf et critiques virulentes.

Simon Roguet, librairie M’Lire à Laval (53) 

Que trouve-t-on en matière de portraits de pays chez les éditeurs et les libraires aujourd’hui ? Quels pays présentent-ils ? Quelles sont leurs formes ? Qui sont les clients ? Tour d’horizon de la production contemporaine.

 

Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti, maîtresses de conférences U. d’Artois Portrait de pays en collection jeunesse dans le fonds du CRILJ (1980-2010).

« Le Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse est une association qui, depuis sa création en 1965, regroupe écrivains, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants, animateurs et parents soucieux d’une meilleure connaissance et d’une promotion élargie des livres destinés aux enfants et aux jeunes.  L’association a ouvert à Arras, pour les enseignants-chercheurs, les étudiants et tout utilisateur extérieur, un Centre Robinson dédié à la littérature pour la jeunesse.  On y trouve de multiples collections d’ouvrages pour enfants, parmi lesquels de nombreux portraits de pays qui empruntent des formes très différentes, traitent de régions du monde variées et visent des finalités diverses. » Sur le site du CRILJ

« Nous avons été finalement surprises de l’ampleur de notre corpus dans ces années 80-2000 sur les portraits de pays. Il correspond néanmoins à l’explosion du genre documentaire en littérature de jeunesse remarquée par Claudine Hervouet ou Michel Defourny. Il est assez notable de voir que les éditeurs historiques de la littérature de jeunesse font des propositions, tout comme des éditeurs plus confidentiels ou inattendus.

Les premières propositions de notre corpus tendent vers une forme d’exotisme dans le choix des territoires avant qu’une diversification et une exhaustivité des lieux se fasse jour. Dès lors, l’ambition est davantage celle d’un savoir objectivité prenant en charge des dimensions sociales, culturelles et parfois politiques : le pays doit être approché dans sa complexité et dans son altérité avec des portraits croisés et multiples au service d’un même territoire.

La spécificité du « portrait de pays » en littérature de jeunesse tient aussi à la figure de l’enfant toujours présente à une exception près. Les enfants sont bien réels, les photos l’attestent et deviennent familiers au lecteur, ou fictifs : cette donnée n’influe finalement que peu dans l’approche : l’enfant s’avère un prétexte, sans doute une manière de permettre l’identification du lecteur cible. L’enfant n’est pas le guide attendu de son pays mais reste un artifice et bien souvent il manque un fil conducteur pour qu’on s’approprie pleinement son quotidien.

S’il programme un lecteur, quel est-il ? Un lecteur curieux d’ailleurs, un lecteur avide de connaissances mais depuis peu aussi un lecteur voyageur en mesure de venir à son tour habiter ces lieux et cet espace, d’où un autre sous-genre peut-être ou forme éditoriale que nous envisageons d’explorer lors d’une future journée d’études : les guides de voyage pour enfants et leurs nouvelles formes. »

Catherine Sablonnières, maîtresse de conférences en langue et littérature espagnole,  U. Rennes 2 : De l’exploration d’horizons lointains à la découverte des sociétés contemporaines dans les bibliothèques « de instrucción y de recreo » en Espagne (1867-1930), entre collections populaires et collections jeune public.

A venir

Laurence Le Guen, docteure en littérature française, chercheuse associée au Cellam-U. Rennes 2, De la collection « Children of all lands stories » aux « Enfants du Monde » : peindre le portrait de l’ailleurs en photographies et en mots »

« Si l’appellation de « Portraits de pays », que nous devons à David Martens, est encore ignorée des éditeurs pour la jeunesse et reste l’apanage des chercheurs, elle désigne pourtant une importante catégorie de la production de livres  pour enfants et  constitue même un « continent éditorial » mal connu qu’il est temps d’explorer, celui des « pays de papier », et j’emprunte là le nom de l’exposition qui s’est tenue à Charleroi l’été dernier et qui explorait la production pour adultes.

Parmi eux, les portraits de pays photoillustrés, qui « disent l’ailleurs en photographies et en mots », tiennent une large place. Ma communication va tenter non seulement de les définir mais également de comprendre en quoi la présence de la photographie change la rencontre avec le pays qu’il s’agit de faire découvrir.

Plusieurs collections d’ouvrages se distinguent comme notamment celle des « Children of All Lands Stories » publiée dans les années 20-30 aux Etats-Unis ou encore la série « Enfants du Monde » publiée en France à partir des années 50 et qui fait figure de veritable pépite au sein de cette production avec ses montages innovants. Dans la suite de mon intervention lors du colloque de Cerisy de juillet dernier consacré au genre du portrait de pays, je m’appuierai largement sur ces deux collections, mais également  sur les innombrables séries  que je m’efforce de collecter et présenter sur le site consacré aux ouvrages photolittéraires pour enfants,  Miniphlit. 

Associés aux apprentissages de la géographie du monde, d’une qualité souvent inégale, ces « portraits de papier » ont souvent permis de multiples voyages dans une période où le tourisme n’était pas possible et permis des rencontres sans quitter sa chambre d’enfant. S’il faut désormais aller les dénicher au fond de nos greniers, nombre de lecteurs aujourd’hui adultes ont rêvé devant ces photographies de monuments, de paysages et d’enfants d’ailleurs souriants, si lointains et pourtant si proches… »

https://miniphlit.hypotheses.org/2452 

http://www.mdrn.be/publications/pays-de-papier-livres-de-voyage

Quelques photographies du vernissage de l’exposition « Je, tu, il, elle, nous avons des droits ! », Galerie de La Chambre claire : 

Pour découvrir l’exposition :

https://www.youtube.com/watch?v=wReW32KbE2E


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.