Les mises en scène photographiques de Bernard Faucon

106762-1

Les Grandes Vacances de Bernard Faucon ont été publiées aux éditions Herscher en 1979 et ont obtenu le « Prix du Premier Livre-Photo, (Paris Audiovisuel/Kodak-Pathé) ».

Le livre nous intéresse à plusieurs titres :

-Il met en scène des enfants.

-Il porte le sous-titre de « mises en scènes photographiques » et a donc à voir avec la théâtralité de la photographie.

Les photographies dans un format carré, sont imprimées sur la page de droite, la « belle page ». Elles sont entourées par un cadre rectangulaire, qui laisse un espace assez large tout autour pour insérer une courte légende, titre de la photographie et mention d’une année de prise de vue , et qui donne également au regardant le sentiment de deviner ce qui constitue le hors-cadre, les coulisses.

Dans un décor naturel, des enfants, petits et grands, sont photographiés dans des instants de jeux, « La balançoire », « Le pistolet », « Colin-Maillard » et des moments de vie, « Le départ », « Retour d’école », « Première communion »…On pourrait presque entendre les rires et les cris.

A y regarder de plus près, ce ne sont pas de vrais enfants, mais des mannequins de plâtre, au sourire figé, fixés dans une jeunesse éternelle. Ils n’ont donc jamais existé dans la réalité.

Bernard Faucon reconstitue-t-il avec ces instants fabriqués, avec ces mises en scène de poupées habillées comme en 1950, des « Images très anciennes » de son enfance, imprimées dans sa mémoire, comme il collecte des objets dans des enveloppes, « Trace d’un moment pas forcément grandiose, mais tangible comme une balise du temps » ?

Quelque fois, un enfant réel vient se perdre au milieu de ces jeux figés, le regard inquiet. Est-ce l’auteur lui-même qui met en scène son propre personnage, à travers un enfant comédien, dans une constante relation à sa propre enfance ?

Une impression assez angoissante saisit le spectateur, troublé par les allusions directes à la mort, avec ses mannequins sacrifiés dans un feu de joie, cet enfant malade, blafard dans son lit, sous le portrait de la Vierge. Ces photographies sont-elles les cauchemars d’un créateur, imprimés sur papier ? La photographie de Bernard Faucon nous emmène, en tout cas, à la frontière entre réalité et monde onirique, entre réel et irréel.

Choisit-il, avec ses mises en scène, de construire lui-même les « Moments décisifs » chers au photographe, afin de ne jamais les manquer ? : « Mes angoisses prenaient corps dans des cauchemars où je voyais mon appareil tomber par terre, le film se dérouler et l’instant de grâce s’évanouir » dit-il en préface.

Les grands vacances sont le premier volume de ses « mises en scènes ».

http://www.bernardfaucon.net/v2/bernard_faucon_francais.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.