Le jour où je serai grande, entretien avec Marie LiESSE

Miniphlit continue sa série d’entretiens avec les auteurs, écrivains et photographes, qui font les livres de photolittérature pour la jeunesse.  Marie Liesse, la photographe de l’album Le jour où je serai grande, a accepté de répondre à nos questions.

Miniphlit : Le jour où je serai grande ​ est-il votre premier album pour enfants ?

Marie-Liesse : Oui, c’est mon premier album pour enfant publié.

Comment est né ce projet ?

ll est né de l’envie de faire des albums jeunesse photographiques car il y en a trop peu. Mon idée était de proposer des albums qui ne soient pas que des imagiers ou des recueils de photographies extraits de films comme dans “Crin blanc” d’Albert Lamorisse. Même si ces livres sont magnifiques, pour moi cela ne suffisait pas : je voulais mettre la photographie au service de l’imaginaire enfantin à travers un conte photographié et non illustré. C’est une démarche qu’on retrouve dans “Le petite chaperon rouge” de Sarah Moon, ou plus récemment ” La dispute” d’Alain Laboile, et d’autres projets moins connus comme “Chip veut un chien” de William Wegman (que je recommande vivement!)

Le texte a-t-il été conçu avant les photographies  ?

Non. Il a été conçu après le projet photographique, même si certaines photos n’étaient pas complètement réalisées au moment où Timothée terminait le texte. Les photos ont servi d’inspiration à l’écriture du texte.

Aviez-vous le conte d’Andersen à l’esprit avant de démarrer ce projet  ? Est-ce qu’il s’agit d’une réécriture du conte ?

A l’origine il s’agissait en effet d’une réécriture du conte d’Andersen par l’image. J’ai longuement étudié le texte avant de penser aux photographies que j’allais faire. Puis j’ai réalisé des photos que j’avais, pour certaines, imaginées et mises en scène, pour d’autres conçues beaucoup plus spontanément (Comme celle des crapauds par exemple!). Ensuite j’ai eu un long travail de montage pour que la petite Poucette s’intègre le mieux possible dans la nature qui l’entourait. Une fois les photos réalisées, Timothée a donné une autre dimension au conte, ce qui, je trouve, lui confère encore plus de force : c’est à la fois la Poucette de notre enfance, sortie des pages du livre de mon grenier, mais aussi un nouveau personnage né de l’imaginaire de Timothée et de son amour pour l’enfance.

Avez-vous conçu les images seules ou en collaboration avec Timothée de Fombelle ? Qui a fait le choix des images ?

A l’origine j’ai conçu ces images dans un projet autonome. Ce n’est que bien plus tard que je me suis rapprochée de Timothée qui a travaillé sur ce texte. J’avais déjà une idée assez claire de la sélection mais, avec Timothée, au fur et à mesure de l’avancée de l’écriture nous avons mûri et fait évoluer le choix des images et leur combinaison. C’est toute la force de ce travail.

Concevez-vous le rapport texte-image comme un dialogue dans cet album ?

Oui bien-sûr. Il y a un vrai écho entre les images et la poésie du texte de Timothée.

Poucette est-elle une cousine de Tobie Loleness ?

Contrairement à Tobie elle est née dans une fleur imaginée par Hans Christian Adersen et non dans ce fameux arbre de Timothée de Fombelle ! Mais elle est très vite devenue sa cousine germaine une fois les deux univers réunis !

Est-ce un livre sur la mémoire ?

Oui, d’une certaine manière. Sur la mémoire de l’enfance qui est notre essence et qui, pourtant, s’efface si facilement

Merci Marie Liesse ! https://marie-liesse-galerie.com/

Cet article est protégé par les lois sur le droit d’auteur. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.