Crin Blanc, du film au livre illustré de photographies

389_001-2

Dans le décor de la Camargue, alors que des gardians échouent à capturer Crin Blanc, un cheval sauvage,  Folco, un jeune garçon,  réussit à l’apprivoiser. C’est le début d’une profonde amitié qui mènera à fuite vers un monde « où les hommes et les chevaux sont toujours amis ».

Ce film d’Albert Lamorisse, sorti en 1953, a obtenu le prix du  « Concours International du Film Récréatif pour Enfants»,  la Palme du  meilleur court-métrage à Cannes, le prix Jean Vigo.

La même année, le film est adapté en livre, chez Hachette, avec des photographies prises au moment du tournage et un texte écrit à partir du scénario d’ Albert Lamorisse et de Denis Colomb de Daunant. Il connaît un succès durable : « Le rayonnement des films dépasse d’ailleurs l’écran; depuis cinq ans les livres Bim et Crin Blanc, illustrés par des photographies des films, sont de véritables best-sellers des bibliothèques enfantines. » écrit Bianka Zazzo en 1956, dans la revue Enfance.

Le passage du film au livre entraîne plusieurs conséquences :

Tout l’univers musical de Maurice Le Roux, qui inscrivait l’histoire dans une ambiance entre univers Tzigane et film western, disparaît. Disparaissent aussi les bruitages des sabots du cheval qui frappent l’eau, ceux de l’eau qui gicle. Disparaissent aussi les voix, celle du chef des manadiers et son accent chantant qui plantait immédiatement l’imaginaire du spectateur dans le sud de la France, celle du narrateur, qui malgré sa volonté de neutralité, laissait passer l’émotion.

La Camargue, terre désertique du bout-du-monde, mise en valeur par de longs plans sur les dunes balayées par le vent, par des plans sur les flamands roses, séquences qui assimilaient presque le film à un documentaire, n’est plus qu’un arrière-plan, derrière le cheval et le jeune garçon, photographiés en cadrage serré.

Le propre du cinéma est d’être un art du mouvement. Le film abondait en longues courses-poursuites, longues chevauchées sur la plage.  Les photographies isolent désormais un seul moment de ces longues séquences et sont comme des morceaux tronqués de la narration filmique.

Si la diégèse est en partie respectée, les autres personnages du film, qui aidaient à comprendre la psychologie et construisaient l’identité du héros, sont  réduits dans le livre  à des appellations génériques comme « le grand-père » ou « le petit-frère ». La complicité avec ce  frère, les scènes de  tendresse  avec le  grand-père, sont  absentes. Le héros est  presque désormais un enfant solitaire.

Le texte, dit par le narrateur en voix-off, est conservé, pour l’essentiel,  mais des ajouts  viennent combler les blancs laissés par le morcellement et faire le lien entre les photographies.

Malgré toutes ses « pertes » par rapport au film, le nouveau produit iconotextuel a bien fonctionné auprès des enfants, si l’on regarde le nombre de rééditons du livre dans les années qui ont suivi la première édition. Il a aussi assuré la pérennité du film et sa redécouverte par les générations nouvelles.

51tm5-n4b6l

« Les deux chef-d’œuvres de notre enfance réunis en un seul DVD », http://www.shellac-altern.org/boutique/223

En 1959, Hachette a proposé une édition romancée de Crin Blanc, écrite par René Guillot, « d’après le film d’Albert Lamorisse », accompagnée d’illustrations dessinées,  une diégèse enrichie et largement modifiée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.