Timothée de Fombelle et le livre photolitteraire

Timothée de Fombelle et Marie Liesse, Le jour où je serai grande, une histoire de Poucette; Gallimard Jeunesse, 2020

L’année 2020 commence bien ! Voici un nouvel ouvrage pour Timothée de Fombelle et Miniphlit a le plaisir de le présenter avant même sa mise en place dans les bacs des libraires. 

D’emblée, le format carré du livre, sa couleur bleu pastel, sa couverture cartonnée nous plongent dans les lectures de la toute petite enfance. Pourtant il propose de multiples lectures.

« Le jour où je serai grande ». Est-ce qu’il manque des points de suspension ? Le lecteur imagine qu’il va, en tournant les pages, découvrir tout ce que fera Poucette quand elle sera adulte. Mais le lecteur hésite. Grande comment ? Grande par l’âge ? Va-t-il découvrir ce qu’une enfant imagine du monde des adultes ? Grande par la taille, alors que la photographie nous montre une toute petite fille ? Le sous-titre nous aide un peu. « Une histoire de Poucette ». Poucette ? C’est le nom d’un conte de Christian Andersen ? S’agit-il donc d’en proposer une autre version ? De ressortir le conte avec des habits neufs et un nouveau visage ?

Entrons dans le livre. L’image photographique est partout, cerne le lecteur. Gros plan sur la bouche de la fillette, sur ses mains , sur des fleurs, sur une araignée dans sa toile, flous, photomontages qui mettent en regard la fillette et une souris, la fillette et une taupe. On plonge dans l’univers de Poucette et c’est féérique.

copyright Gallimard

Le souvenir du conte est remobilisé par les photographies : La fillette minuscule, sortie d’une fleur, l’amitié avec un rongeur, la taupe, le mariage, l’envol, les voyages de fleurs en fleurs, l’hirondelle. Tout y est. Timothée de Fombelle et Marie Liesse font revivre les épisodes au fur et à mesure du tournage de pages. Magie du photomontage, Poucette fait la taille des animaux et des plantes qu’elle croise.

Ce sont les photographies qui remémorent le texte d’origine car les mots n’en parlent pas. Ils portent un autre langage, celui des pensées de Poucette qui se dit qu’elle ne devra rien oublier lorsqu’ elle sera adulte. Loin de l’insouciance des enfants, Poucette songe que la mémoire s’efface et que ses souvenirs disparaîtront. Les mots proposent une autre lecture des photographies qui deviennent des souvenirs. La mémoire de l’enfant est une boite enregistreuse. Elle a tout fixé, les sons des pétales qui tombent, les odeurs des matins mouillés, le gout des larmes. Les souvenirs sont souvent imprécis, comme l’indique ce flou qui occupe le contour des photographies. Ils ressurgissent par association de couleurs,(la robe et les fleurs), par flash (le vif des roses. ). Le lecteur partage le regard de Poucette, l’observe parfois de loin.

Ce livre contient donc l’inconscient de Poucette. Il enferme les rêves, les souvenirs, l’imaginaire de l’enfant quand il joue.

On pense à Tobie Loleness, personnage minuscule qui évolue dans son grand arbre. On songe à tous les petits personnages des contes, du Petit Poucet à Alice en passant par Gulliver. L’illustration photographique renvoie à tous ces ouvrages qui font évoluer leurs personnages dans un décor à leur taille, des animaux d’Harry Whittier Frees, au surréaliste personnage du Cœur de Pic, aux enfants de The Enchanted Forest qui discutent avec des oiseaux ou au Petit Chaperon rouge de Sarah Moon. La photographie a le pouvoir encore une fois d’ajouter un supplément de réalité et de donner au lecteur l’illusion que tout ce qui se passe est possible.

Pour découvrir d’autres photographies de Poucette et le travail de Marie Liesse, c’est ici : : https://marie-liesse-galerie.com/portfolio/poulettes/

 

Bonne année 2020 !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.