Первоклассница maroussia va à l’école

Vous trouverez une version française à la suite de cette présentation en russe

Дорогие читатели, мы хотим представить вашему вниманию повесть «Первоклассница»(во французском переводе «Маруся идет в школу»), написанной русским советским прозаиком, сценаристом, поэтом, драматургом и журналистом Евгением Львовичем Шварцем, изданой в 1949 году (продолжает издаваться по сей день) .

Каждая из 13 глав имеет иллюстрацию в виде фрагмента из художественного кинофильма «Первоклассница». Картина была выпущена 22 марта 1948 года, автором идеи и сценаристом является Е.Л. Шварц. Главную роль сыграла советская актриса Наталья Александровна Защипина.

Повесть о девочке Марусе , готовой вступить в новую жизнь и стать школьницей. Желание было таким сильным, что ослушавшись маму она идет подавать документы в первый класс самостоятельно. Новая жизнь влечет за собой и новые сложности : борьбу за расположение учителя, вступление в общество, имеющее свои правила и устои, где ты должен научиться дружить, быть честным и помогать другим. Повесть о советской школе и ценностях того времени.

 

Ecriture à quatre mains pour présenter cette novellisation du film « Première année” , lui-même réalisé à partir de l’ouvrage éponyme  signé de l’écrivain scénariste, poète et journaliste,  Yevgeny Lvovich Schwartz.  Dans ce livre   publié en  1949, les 13 chapitres sont  illustrés de 48 photographies tirées du film éponyme réalisé en 1948. Le rôle principal est tenu par l’actrice soviétique Natalya Alexandrovna Zashipina. https://www.youtube.com/watch?v=o8L_K54qzZ8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR28Ul5jYuFbQHBPUzCR8mR26Sm-GXKj7tD9rUVCgl1EsA

 Marusa a 7 ans et elle rêve de devenir écolière. Munie de tous les papiers de la maison, elle va s’inscrire toute seule en cachette à l’école. Ainsi commence l’histoire. L’ ouvrage fait ensuite le récit de sa première année de scolarité, entre vacances et péripéties scolaires,  en passant par la célébration de la Révolution d’Octobre. L’intégratIon à l’école n’est pas si simple. Marusa  doit s’habituer à obéir à son enseignante, apprendre les règles qui feront d’elle une bonne citoyenne. Cet ouvrage, destiné aux jeunes pionniers, est un parfait exemple de la propagande soviétique à destination de la jeunesse. 

Le livre a été publié en 1953 en France avec un titre très différent du titre  russe  : Maroussia va à l’école (Maroussia = Ma Russie). 

 Maroussia va à l’école est également le titre d’une nouvelle de Sylviane Roche  publiée en 1993. Monique, la petite fille de l’histoire, se remémore l’arrivée du livre soviétique chez elle en 1954. Lorsqu’elle amène cet ouvrage à l’école,  ses camarades commencent par lui envier ce bel ouvrage avec des photographies, avant de la traiter de « coco » :   « Mais le livre qu’elle préférait, c’était celui que son papa lui avait donné cette année-là pour Noël. C’était un grand livre. Sur la couverture, on voyait une petite fille assise à un pupitre et qui écrivait avec un porte-plume transparent. Le livre s’appelait Maroussia va à l’école. Il racontait l’histoire de Maroussia, la petite fille de la couverture. Ce qui était génial, c’est que les illustrations n’étaient pas des dessins, mais des photographies. Sur chaque page, il y avait une grande photo, avec le texte au-dessous qui expliquait.
[…] Monique adorait ce livre, et elle le lisait presque chaque soir. C’était surtout à cause des photographies. Les livres avec des photos avaient toujours été ses préférés. Elle avait aussi Bim le Petit Âne, Crin-Blanc, Le Ballon rouge. Elle les aimait beaucoup, mais c’était toujours des histoires de garçons. Ce qu’il y avait de mieux, avec Maroussia, c’est que c’était une petite fille et qu’elle allait aussi à l’école, sauf qu’en Union soviétique c’était beaucoup plus beau qu’ici, des écoles toutes modernes, avec de grandes fenêtres, de larges couloirs et des fleurs. » https://campiche.ch/pages/extraits/Roche_Maroussia%E2%80%A6pdf.pdf

 

Moscou, Éditions en Langues Etrangères, 1953 – Cartonné, 22,5 cm x 29 cm, 128 pages, 48 photos non signées in-texte – Texte de Evgueni Schwartz 

Vita Ustanina & Laurence le Guen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.