Les livres de poupées, littérature d’éducation

p1080396

Les échanges entre le livre et le jouet sont fréquents. Qu’ils soient poupée ou soldat, le jouet est souvent mis en scène dans les livres pour enfants, avec au moins deux objectifs :

-Distraire l’enfant par des objets qui lui sont familiers et plaisants

-Préparer l’enfant au rôle social qu’il jouera, afin qu’il soit un bon soldat ou une mère de famille exemplaire, grâce au phénomène d’identification.

Fixer ces jouets dans un livre renvoie au rôle pédagogique conféré à l’image. Tandis que le texte prête voix et sentiment à la poupée, l’image place devant les yeux de la jeune lectrice, une autre enfant qui éduque son enfant-poupée, laquelle éduque à son tour la lectrice. Le jouet y perd son statut d’objet pour devenir symbole d’éducation.

Les premiers albums de ce type apparaissent en Europe, illustrés par la gravure, au début du 19ème siècle (Elle trouve la poupée, publié en 1806 ) et seront nombreux, reflets de la société bourgeoise et de ses modèles d’éducation. Au XXème siècle, on recense beaucoup moins de livres de ce type. C’est l’époque des mouvements pour l’Education Nouvelle, qui mettent l’enfant en action. Nous avons toutefois trouvé dans le Fonds de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse, trois ouvrages en langue anglaise, illustrés de photographies. On y retrouve les caractéristiques propres à cette littérature.

p1080359

Dans The story of Delicia, a rag doll, publié en 1935 à Chicago, le rôle de la petite fille est clairement annoncée : “« Delicia, I am your new mother ».

Dans ce The dolls’ journey, publié à Londres en 1932, chez Desmond Harmsworth, les poupées sont victimes de la négligence de leur petite propriétaire. En conséquence, elles décident de partir. L’héroïne du livre prend conscience des conséquences de ses actes et corrige ses défauts : « There was once a little girl called Tora who had a great many dolls. She was fond of her dolls, but she didn’t take care of them very well, as you see. The dolls were so annoyed that they decide to leave Tora and live alone.”

Dans Betty and Dolly publié à Chicago chez The Merrill Publishing &Co en 1935, Betty répète les gestes du quotidien avec sa poupée, comme le ferait une petite maman : « We run to the bathroom and wash our faces and hands. ». Toutefois l’héroïne, Betty, est plus active. Elle et sa tante réaliseront des photographies pour les mettre dans un livre, livre que tient entre ses mains, la lectrice.

« Let’s-said Aunt Ruth who makes pictures for children-let’s all make a book.

-A book about baby Sue, said Betty

-A book about betty and baby sue, added aunt Ruth

-I’ll tall you all about baby Sue, said Betty

-And I’ll take the pictures, said aunt Ruth, and so “


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.