Jouer à la guerre en 1915

cover-1

War in Dollyland (a book and a game) est publié en 1915, chez Ward, Lock and Co, simultanémént à Londres, Toronto et Melbourne.

36 illustrations photographiques, imprimées en similigravure, reproduisent, avec des mises en scène de soldats de bois, des moments clefs de l’affrontement. Le  texte, en dessous, narre la bataille qui oppose les Flat Heads aux Wooden heads, deux armées membres de la même grande armée des poupées : « Wooden heads and Flat heads were members of the same great Doll family ».

Rien ne prédispose ces deux belligérants à s’affronter. Ils ont la même tête, donc rien qui puisse les amener à se disputer. Mais cela conduit toujours aux pires guerres : « Their heads were precisely the same, so there was nothing whatever to quarrel about. But these are always the worst sort of wars ». Les poupées sont aussi sottes que les humains, dit encore le narrateur  : « Dolls are just as stupid as human being ». La critique  est claire, en pleine Première Guerre mondiale et le destinataire est sans doute double.

Derrière la description très réaliste de la  bataille, qui laisse à penser que l’auteur est peut-être un soldat, au regard de ses allusions à la boue, au sort réservé aux espions par exemple, l’humour pointe et la moquerie est flagrante : « Il aligna  ses hommes derrière une barricade à pointe et plaça son artillerie de sorte qu’elle puisse tirer sans tuer les siens, ce qui était une chose très intelligente à faire « , (« He lined up his men behind a spiked barricade and places his artillery so that they could fire without killing their one side, which was a very clever thing to do. ») ou encore lorsque la brigade obéit comme un seul homme,  en dépit de son endormissement: « Vous devez vous souvenir qu’ils étaient debout depuis longtemps, et que rester debout est très fatigant » . ( « The Wonder Brigade turned as one man, in spite of the fact that they were half asleep. (you must remember they had been standing a long time and standing is very tiring). »

6-1024x624

Ce livre est présenté comme un jeu (a book and a game) et d’ailleurs l’auteur indique dès l’incipit comment il faut s’en servir :

« Little Readers

This is at once a book and a game. The book has been made for you: the game you can make for yourselves. Nearly all the toys required you probably have or can model from plasticene; the other odds and ends Mother or Nurse will be only too glad to get you, especially it is a wet day and you are to be kept ‘out of mischief’ »

Il accompagne cette présentation d’une liste d’objets à trouver afin de pouvoir jouer, comme dans le livre.

Harry Golding, l’auteur du texte, s’est peut-être inspiré du livre de H. G. Wells sorti en 1913, Little Wars ( a game for boys from twelve years of age to one hundred and fifty and for that more intelligent sort of girl who likes boy’s games and books, lui aussi illustré de photographies de mises en scène de bataille, avec H.G. Wells en personne, à genoux dans l’herbe !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.