Zoopoétique (suite) The pussycat princess : a fairy tale for boys, girls, parents and other children

New York, The Century co. , 1922

“Where I come from, the Kingdom of Tabbyland, all pussycats and even dogs talk” déclare la princesse Pauline à Violett, la petite fille du livre. 

 Au début de ce roman de 159 pages, la jeune Violet entend un chat miauler dans son jardin. Ce chat n’est pas ordinaire puisqu’il parle ! Il s’agit de la princesse Pauline, qui s’est échappée du royaume de Tabbyland pour découvrir le monde. Après avoir raconté  ses aventures à la fillette,  elle invite celle-ci à la découverte de son royaume. On croise alors les innombrables habitants du palais, roi, reine, nurse, chauffeur, magicien, père Noël. Les deux demoiselles vivent ensuite de multiples aventures dont une guerre contre les habitants de Dogland.

Pour le plus grand plaisir du jeune lecteur, le royaume de Tabbyland est un pays peuplé de chats et de chiens qui parlent, grâce aux pouvoirs du magicien Louis Katorze. Le texte fourmille de détails amusants sur les coutumes de ce drôle de royaume où les pauvres vivent dans des maisons en argent, où le roi passe son temps à courir après des balles, et dans lequel on peut décrocher la lune pour s’amuser. 

Ce conte plein d’imagination est accompagné d’une série de photographies (21) d’Harry Whittier Frees,  dont le nom figure sur la couverture sous celle de l’auteur du conte, Edward Anthony. Il s’agit de petits tableaux photographiques, des mises en scène de chiots et chats costumés et photographiés dans des décors à leur taille. Toutes les photographies sont légendées et viennent interrompre le récit à intervalles réguliers pour proposer une illustration d’un passage du récit. 

On a reproché  régulièrement à la photographie dans le livre pour enfants d’être pauvre, de manquer de détails, de brider l’imagination… Ce livre vient contrarier ces critiques. Au détriment des animaux ici costumés et figés certainement, le lecteur ne peut qu’être surpris, séduit et amusé par les détails et l’humour des petites mises en scène…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.