Zoopoetique (suite) : The Three Koala Bears and Little Goldilocks

24 p. , 28 cm. 

Publié   à Sydney , par la Cinesound Productions Ltd. , dans les années 1930,  ce livre offre une nouvelle version, un refaçonnage du conte traditionnel dans lequel une petite fille désobéissante s’aventure dans la maison de trois ours et s’installe sans aucune autorisation…

Les éditeurs  proposent une version australienne du conte de Boucle d’or et les trois ours. Le récit s’ancre dans le pays de sa publication. Une petite fille, Goldilocks (Boucle d’or), se promène seule à l’orée du bush australien. Comme dans le conte elle avale le déjeuner d’une famille , mais de koalas cette fois !  Elle s’endort ensuite sur un coin de table et non dans un lit, car les trois koalas vivent évidemment en plein air.  Ces derniers découvrent rapidement que quelqu’un  a vidé leurs tasses et que la fillette est profondément endormie.

Le livre cherche à s’inscrire dans une tradition rassurante et classique du livre pour enfants.  Des motifs floraux,  illustrations graphiques ou tresses de fleurs, sont insérés sur chaque page. Chaque photographie est cernée d’un liseret vert qui la met en valeur et qui fait écho aux graphismes.

Mais l’accent est surtout porté sur l’image photographique. La mention « Illustrated by actual Photographs » sous le titre met en évidence une technique  d’illustration différente. Le recours à la photographie pour accompagner le conte inscrit  cet ouvrage dans une conception plus moderne du livre pour enfants. Elles sont nombreuses, parfois deux sur la même page. Il ne s’agit pas de tableaux posés mais plutôt d’images prises sur le vif, à l’image des koalas  en plein jeu avec une dinette et dont les têtes ne sont pas toujours bien visibles.  Il n’est sans doute pas simple de faire jouer la comédie au petit animal sauvage. On dirait d’ailleurs des images tirées d’un film. La mise en page de la couverture rapproche également le livre de l’univers filmique. Les photographies des personnages, avec leur nom au dessus, donnent l’impression d’une mise en valeur des comédiens. On peut se demander si le tournage d’un  documentaire a accompagné le livre.

La découverte de cet ouvrage nous interroge : l’Australie des années 1930 est-elle  gagnée elle aussi par cet élan pour renouveler les productions pour la jeunesse par la photographie ? 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.