ZOOPOETIQUE : The Beast in Us

Clare Barnes Jr. , directeur artistique d’une agence de publicité américaine, s’amuse à parodier les attitudes de ses collègues de bureau en associant photographies d’animaux et légendes humoristiques.

 Ses ouvrages White Collar Zoo (1949), Home Sweet Zoo (1950), Political Zoo (1952), tous publiés chez Doubleday & Company à New York, se  classent en tête des ventes et sont l’objet d’articles dans le New York Times ou Life qui titrent « The Beast in us » ou « Animals are very much like people ».  Ils sont vendus à l’étranger et notamment chez Hachette qui publie Le zoo du bureau et Le zoo de la maison en 1950.

La supposée similarité entre les attitudes humaines et animales est le nœud de ces livres, dont la finalité est humoristique.

S’ils conservent  leurs attributs physiques, les animaux sont invités à rejoindre le monde humain. Par le choix des photographies d’abord : sur la couverture, les images sont sélectionnées et détourées de façon à imiter des postures humaines.  Dans le corps de l’ouvrage, le photographe a fait le choix de gros plans qui ôtent tout contexte de vie sauvage. Chaque animal est sélectionné en fonction de sa posture, de sa taille, parfois de ce qu’il symbolise traditionnellement. Toutes les espèces sont représentées de façon à correspondre au « zoo humain ».

Le texte sous l’image se charge de compléter  l’anthropomorphisation. Les 80 photographies  reproduites en pleine page sont accompagnées de légendes  tirées  de dialogues entre adultes, scènes de la vie de bureau, de la maison ou de la politique.

Ces ouvrages sont traduits et publiés dans la série Gaie chez Hachette, pourtant, malgré la présence de quelques animaux proches de l’univers enfantin (chats, chiens et autres lionceaux), les couples images et mots nous en éloignent bien vite.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.