la collection “lieu commun” et ses citations du monde

on ne choisit pas sa famille, “lieu commun, Passage Piéton, 2002

« t’es pas une fille, t’as les cheveux courts », « grave dur ce taf », « on ne choisit pas sa famille », « la terre est un seul pays », « on avait dit » …tels sont quelques uns des titres publiés dans la collection « lieu commun » des éditions Passage Piétons, maison désormais célèbre pour s’être lancée dans la publication d’ouvrages photolittéraires pour enfants, et tout aussi célèbre pour avoir renoncé faute de rentabilité.

Les titres inscrivent les ouvrages dans les préoccupations  des enfants plutôt grands, voire même des adolescents. Ces titres sont des citations, des extraits, des morceaux, des prélèvements dans des dialogues, comme semble l’indiquer l’absence de majuscule au premier mot.

Sous le titre figure une image, en noir et blanc, photo, gravure, dessin d’après une photographie et le lecteur y cherche un élément qui fasse écho aux mots au dessus : le dessin d’une fillette toutes dents dehors, un peintre qui s’applique, une grande main qui emprisonne une petite, un homme qui porte une boule de pierre sur son dos, des mains d’où s’échappe une corde… Là encore, l’image est un morceau, un extrait du réel, un geste figé à un temps T par l’appareil. Elle contraint le lecteur à s’interroger sur tout ce qui n’est pas visible, sur son hors-champ.

grave dur ce taf, “lieu commun”, Passage Piéton, 2002

En quatrième de couverture, l’explication arrive : « extrait », « citation », « morceau », « collage »… Dans l’espace de l’ouvrage, le lecteur va croiser des mots, des phrases,  des textes,  des « points de vue » d’écrivains célèbres entremêlés à ceux de photographes qui ont fixé les images du monde qui nous entoure. Les uns et les autres s’enchainent, s’emmêlent, sans ordonnancement apparent.

 la terre est un seul pays s’ouvre sur la photographie en pleine page de droite de la Petite fille au ballon de Lily Franey∗, à laquelle succède l’image des Egoutiers de Pascal Morès  reproduite en double page. Elles n’ont d’ autre cadre que celui du bord de la page. Leur succède  un extrait d’Avis au public sur les parricides imputés de Voltaire, sans que l’on sache très bien quel est le lien. 

Les photographies de paysans, d’un agneau, d’un enfant jouant au cerceau en Afrique, de pieds d’ouvriers, de dessous de tribune se succèdent. Prélèvements de moments  de vie, photographies de gestes figés, alternent ensuite avec des  textes de Rousseau, Rosa Luxembourg, Nerval, Proudhon, Voltaire, Louise Michel…Pourquoi ces choix ? Hétéroclisme des auteurs, des photographies, comme un écho à la diversité du monde ?

Une liste placée à la fin de l’ouvrage permet de découvrir le titre et le nom des auteurs des photographies, ceux des textes. Voilà donc qui replace l’ouvrage dans le droit chemin. C’est donc la fin. Pas du tout ! Une dernière double page offre un dernier moment de vie : une mamie donne un coup de pied dans une boule qui roule vers la fin du livre cette fois. Il faut la suivre et imaginer, une fois le livre fermé, ce qu’on pourrait ajouter…

la terre est un seul pays, “lieu commun”, Passage Piéton, 2000.

Le lecteur est tour à tour spectateur et lecteur. Il avance, revient en arrière, cherche un lien entre les textes et les images, entre les titres des photographies et celles-ci, peine parfois à en trouver, cherche les raisons de ces étranges associations. Il lui semble que l’écho se loge peut-être entre un mot trouvé dans un texte et sa représentation au milieu de l’image, ou bien dans une association d’idées entre la photographie d’un cerceau et un texte sur le diamètre de la terre… Mais est-ce bien cela en fait ?

 Ce dispositif est destiné à provoquer la curiosité, l’interrogation, la réflexion, mais parfois aussi le doute et l’incompréhension. Chaque nouvelle lecture provoquera de nouveaux questionnements, de nouvelles découvertes. D’ailleurs la finalité de ces assemblages est inscrite à la fin du livre : « l’incompréhension d’un mot est un prétexte à l’ouverture d’un dictionnaire, les phrases incomprises sont prétexte à discussions »…

∗Vu dans  L’ Abécédire de Lily Franey


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.