Quand la photographie traduit le texte : « les Bébés d’eau » de Charles Kingsley

p1080321

Autre trouvaille à la médiathèque Sagan, un des plus anciens livres pour enfants illustré par la photographie.

Les Bébés d’eau, paru en 1914, chez Dorbon aîné, à Paris, est une traduction et une adaptation du conte de Charles Kingsley, The water-babies or a fairy Tale for a Land Baby, paru en 1863 aux éditions Macmillan. 

L’action se passe dans le nord de l’Angleterre : Tom, petit ramoneur, accusé à tort de vol , est en fuite. Au cours de son errance, il tombe dans une rivière et se noie. Son âme est devenue un « bébé-d’eau », qui va vivre de nombreuses aventures et rencontrer de nombreux personnages, sous l’eau.  Le fantastique et le « nonsense » de cet ouvrage ne sont  pas s’en rappeler le texte de Lewis Carroll…

Ce texte, originellement destiné à des adultes, a été  de nombreuses fois transformé et remanié pour être adapté à un public d’enfants. Cette traduction et adaptation de Henriette Mirabaud-Thorens  est une des 10 versions françaises de ce conte, publiées entre 1874 et 1956. Cette dernière simplifie le texte, efface les jeux de langage, le transpose dans un espace universel, omet les remarques racistes, colonialistes, expansionnistes du texte originel très victorien et largement inspirées des thèses Darwiniennes sur l’évolution.

Cette version offre également la particularité d’être la seule qui soit  illustrée de photographies. Photographies de paysages, de torrents, de rivières , de chutes d’eau. La technique photographique du début du vingtième siècle ne permet évidemment pas les prises de vue sous l’eau, et c’est, par conséquent, tout un pan du merveilleux et du fantastique du conte qui disparaît.

 

p1080323

Autre constat, ces clichés proches de la carte postale, plongent la narration dans un décor très réaliste du sud de la France, selon l’analyse qu’en fait Paul Edwards, dans son ouvrage paru aux PUR, Perle noire, le photobook littéraire, en 2016 : « la photographie n’est pas glose, mais gloss, lustre ensoleillé, une vision du sud de la France, aux ombres ardentes, des paysages aux accents familiers aux Français qui interdisent le fantastique politique du texte original ». Ce n’est plus une illustration du texte mais une traduction, qu’opèrent ici les photographies .

 

 

 


2 réflexions sur « Quand la photographie traduit le texte : « les Bébés d’eau » de Charles Kingsley »

  1. Effectivement, ce conte merveilleux de la littérature pour enfants de l’époque victorienne est particulièrement intéressant, notamment du fait qu’il est paru en feuilleton, alors même que Lewis Carroll était en train de parfaire l’écriture d’Alice aux pays des merveilles, et qu’il l’a de toute évidence inspiré. Les versions papier en français des traductions antérieures sont difficiles à trouver, mais une toute nouvelle traduction, très fidèle à l’esprit de Charles Kingsley, vient de paraître en version numérique : https://www.amazon.fr/B%C3%A9b%C3%A9s-deau-conte-f%C3%A9es-enfant-terres-ebook/dp/B01CBNT202

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *