« Children of all land stories  » versus « Enfants du monde »

Dans le cadre du colloque « Portraits de pays. Textes, images, sons », qui se tiendra à Cerisy du 3 au 10 juillet, je présenterai une communication intitulée « De « Children of all Lands Stories » à la collection « Enfants du monde », offrir un regard sur l’Autre en littérature jeunesse ».

Le genre phototextuel du portrait de pays pour enfants a une réalité effective des deux côtés de l’Atlantique, avec une grande variété d’ouvrages, dont les premiers éléments coïncident, comme pour les publications pour adultes, avec les clichés pris par les voyageurs photographes à la fin du XIXème siècle, qui vendent leurs images à des journaux ou à des maisons d’édition. Ces ouvrages prennent alors la forme de récits de voyage, comme ceux du commandant Robert Peary tirés de ses explorations en Arctique, ou bien de journal de bord, comme celui de de Cardenio Flournoy King Jr, qui fait le récit de son Tour en Europe, ou encore de romans d’aventures fictives comme ceux de Jules Verne. Ces productions pour la jeunesse obéissent à une perspective multiculturelle fondée sur le souci de sensibiliser les jeunes lecteurs aux autres cultures et autres langues et de favoriser la reconnaissance de la diversité. Elles connaissent leur apogée aux États-Unis dans les années 20 et 30 où des collections pour enfants destinées à faire connaître la vie d’autres enfants se multiplient, et c’est plutôt après la Seconde Guerre mondiale qu’elles se développent en Europe et notamment en France.

La collection des « Children of all lands stories » publiée entre 1928 et 1941, conçue et développée par la réalisatrice de films américaine Madeline Brandeis, ainsi que la collection des « Enfants du Monde », créée par la photographe française Dominique Darbois et publiée de 1952 à 1975, sont les exemples les plus souvent cités et étudiés par les chercheurs lorsqu’ils s’intéressent à la littérature de la diversité pour la jeunesse. C’est en procédant à une comparaison entre ces deux collections produites sur deux continents, à deux moments clefs de l’histoire du genre que nous chercherons d’abord à définir les raisons qui président à la création de ces séries et ensuite à relever les marqueurs du genre.  

Cette communication prendra également appui sur les multiples collections de portraits de pays présentées depuis plusieurs semaines sur miniphlit.

https://cerisy-colloques.fr/portraitspays2019/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.