CONNAIS-TU MON PAYS ? portraits de pays (la suite)


La collection “Connais-tu mon pays ?” chez Hatier s’inscrit dans ces multiples séries publiées dans la période de l’après Seconde Guerre mondiale et destinées à faire découvrir et connaître aux jeunes lecteurs français la vie des enfants d’ailleurs. Lancée en 1960, elle compte 15 albums signés Colette Mercier-Nast, auteure de nombreux romans pour la jeunesse et notamment de la collection des “Virginie” chez Rageot.

Au cours de l’année 1960, sept titres sont publiés et jusqu’en 1969, plusieurs ouvrages paraissent chaque année. Le premier est consacré à Paris, avec A Paris avec Catherine. Sur la photographie de couverture, deux enfants tiennent un plan et sont photographiés sous la Tour Eiffel. Dans un bandeau en dessous figurent le nom de la collection, celui de l’éditeur, tandis que celui de Colette Nast est placé en haut à droite de l’image. Le dispositif de cette couverture ne variera pas dans les publications suivantes.

EN AFRIQUE DU SUD AVEC ADRI, EN AUSTRALIE AVEC CHRISTOPHER, EN ECOSSE AVEC DONALD, EN HOLLANDE AVEC HANS,etc… La construction du titre est rigoureusement identique. C’est par le biais d’un enfant local que l’on va découvrir un pays. Il s’agit d’ailleurs majoritairement de suivre un garçon puisque seulement quatre titres contiennent un prénom féminin : Catherine, Harumi, Karin et Eikki.

L’enfant dont le nom figure dans le titre est présent sur la photographie, toujours photographié dans un décor typique, souvent en costume traditionnel. Parfois, il est accompagné d’autres membres de sa famille, et le lecteur ne sait pas toujours très bien qui est désigné par le titre. Sur la couverture de l’ouvrage En Suède avec Karin, il n’y a même pas de fillette. Mais peut-être que le prénom Karin peut désigner un garçon ? On note également que sur la couverture d’En Afrique du Sud avec Adri, les auteurs ont choisi des enfants blancs, ce qui laisse de côté une grande partie de la population. Le choix des pays présenté n’a rien de très exotique non plus et les lecteurs vont découvrir des vies assez semblables à la leur.

Dans le corps de l’ouvrage, les lecteurs vont découvrir la vie d’un enfant sur plusieurs jours et construire ainsi à travers ce portrait une représentation du pays. Les dialogues avec ses amis, camarades de classe, membres de sa famille, apportent de nombreuses informations géographiques, historiques et sur les us et coutumes locales. Une carte vient compléter chaque ouvrage et est la plus propice à accueillir l’imaginaire du lecteur.

La mise en page fait alterner texte et images et rappelle celle des guides touristiques. Les photographies présentent majoritairement des paysages, des maisons, des animaux. Le lecteur réalise, en tournant les pages ,une promenade dans un joli décor, apprend des tas d’informations mais ne rentre pas, malgré le choix d’un enfant comme personnage, dans l’intimité de ce dernier.

Le Bulletin d’analyse des livres pour enfants (N° 13 et 18) parle d’un “aperçu assez superficiel de chaque pays” et de “photos médiocres sans légendes” qui “rappellent fâcheusement les dépliants publicitaires des stations de vacances et le texte ne permet généralement pas aux adultes de deviner ce qu’elles représentent. Qu’en sera-t-il des enfants ?”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.