Les portraits de pays de La collection « Photographic Picture Books »

Dans les années 30, la maison d’édition américaine David McKay à Philadelphie, spécialisée dans l’édition de comics, lance sa collection d’ouvrages pour enfants qui donne la part belle à la photographie, avec la collection des « Photographic Picture Books ».

Nancy goes to Mexico d’Herbert C. Lanks, publié en 1938, est le premier titre de la collection. Selon le Wisconsin Library Bulletin, dans cet ouvrage, la jeune « Nancy really relates the impressions in this story and they were noted down by her father. As her own account, she has observed interesting things which other children will enjoy knowing about ». Herbert C. Lanks est voyageur et photographe et consigne donc les impressions de sa fille sur le Mexique.

Dans la même collection paraît la même année Pueblo Boy, an Indian Picture Book de Sylvia Starr et Joseph B. Wertz avec des photographies de Jimmy Thomson. Le livre permet au jeune lecteur de découvrir la vie d’une tribu Pueblo.

En 1940, Alida Shinn réalise Children of Hawaii, illustré par les photos de Jimmy Thomson. Les aventures de Patsy et de ses amis locaux permettent au lecteur de découvrir les îles Hawaïennes.

Alida Shinn signe également Sigurdur in Iceland en 1942 et emmène ses lecteurs à la découverte de l’Islande.

Il s’agit donc de portraits de pays phototextuels qui donnent au lecteur la possibilité de découvrir un pays, proche des U.S.A, par la collaboration d’un texte et de nombreuses photographies imprimées en pleine page. Une carte en fin d’ouvrage lui permet également de se situer.

Ces publications prennent la forme du récit de voyage ou du documentaire fictionnel. Cette forme, la plus fréquente, donne à lire et à voir les aventures d’un enfant du pays, ou permet d’assister à la rencontre entre un jeune américain, substitut du jeune lecteur, et les enfants du pays à découvrir. Sigurdur In Iceland permet ainsi de découvrir les geysers, les volcans, les habitations, la nourriture, les sports locaux de l’Islande.

Visuellement, les couvertures de la collection « Photographic Picture Books » manquent totalement d’uniformité. Sur la photographie couleur en couverture de Nancy goes to Mexico, une fillette, sans doute américaine, et une femme retiennent et caressent un âne. Ces personnages, très souriants, fixent le lecteur. La présence des cactus en arrière plan et d’un animal typique du Mexique contextualisent immédiatement le récit. Titre et image laissent penser au lecteur que la fillette qui lui fait face se prénomme Nancy et que le récit de son déplacement en compagnie d’autres adultes vers le Mexique va lui permettre de découvrir le pays.

Sur la couverture du second ouvrage, un enfant en costume traditionnel est photographié en pied, de profil, en noir et blanc, devant un ciel immense et des montagnes lointaines. Le titre et l’image se complètent pour renseigner le lecteur sur le contenu de l’ouvrage. Il s’agit de découvrir la vie d’une tribu Pueblo par le biais d’un enfant, dont on ne connaît pas le nom. La mention « An Indian Picture Book  » dans un bandeau semble également inscrire cet ouvrage dans une collection d’ ouvrages consacrée aux minorités américaines.

La couverture du troisième ouvrage est un portrait d’enfant. L’accent est cette fois mis sur son visage, pourtant en partie cachée par une noix de coco. Ce portrait prend toute la couverture et le lecteur ne peut identifier le lieu où va se dérouler le récit qu’en prenant des indices dans le titre, au pluriel : il est donc invité à découvrir les enfants de Hawaii et c’est seulement en pénétrant dans le livre que le lecteur comprend que les retrouvailles entre Patsy et ses amis Hawaïens vont lui permettre de découvrir ces îles.

Malgré ces différences de conception, ces trois couvertures portent des stimuli visuels similaires : il s’agit d »un portrait photographique d’enfant qui occupe toute la surface de la couverture et le titre est imprimé dans une couleur qui rappelle la tranche du livre.

Le quatrième ouvrage vient rompre avec ce début d’homogénéité. La photographie n’occupe plus que les 2/3 de la couverture. Le titre est imprimé sur un fond bleu. Il s’agit d’un paysage. On ne sait d’ailleurs même plus s’il s’agit bien d’un livre pour la jeunesse, puisque le principe d’y faire figurer un enfant est abandonné. Seul le titre semble indiquer que l’on va découvrir l’Islande par le biais d’un jeune personnage local.


La collection n’entend pas se limiter à être une collection de portraits de pays. Comme l’indique son nom, elle peut accueillir d’autres genres d’ouvrages illustrés de photographies : en 1940 et 1941, la maison publie d’ailleurs On the Farm de Marion Duncan et At the Zoo, de Cole Merris, des docu-fiction animaliers. Nous n’avons pas trouvé d’autres titres pour cette collection. Est-ce que ce manque de ligne éditoriale claire ou ce défaut d’identité visuelle l’a empêchée de prospérer ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.