Ede und Unku

unku_cover

En 1931, paraît  chez un éditeur allemand, Malik-Verlag, un des rares romans illustrés uniquement par des photographies, créées exclusivement pour ce texte.  Le texte est d’Alex Wedding, pseudonyme de la romanciere Grete Weiskopf.  Aucun nom de photographe n’est mentionné. car le photographe ne s’apparente pas à cette période à un illustrateur, mais reste un artiste.

Le livre montre l’amitié entre deux enfants de milieux défavorisés, l’un dont le père est au chômage, l’autre issue de la communauté tzigane. Ce roman peut s’inscrire dans la propagande communiste des années 30. Il sera victime de l’autodafé en 1933.

Les neuf  photographies sont des mises en scènes des personnages que l’on retrouve tout au long du roman,  illustrations mimétiques de la narration. La fiction s’inscrit par conséquent d’emblée dans la réalité.

Cadrage, position du photographe à hauteur des enfants, réalisme des photographies sont choisis afin de faire entrer le lecteur lui-même dans les scènes et créent un sentiment de proximité avec les personnages.

Cet ouvrage témoigne des nouvelles collaborations esthétiques et des recherches pour créer des livres innovants,  dans la période de l’entre-deux guerres, en Allemagne comme en France .

Mathilde Lévêque en donne une analyse détaillée dans son ouvrage Ecrire pour la jeunesse, en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, paru aux PUR, en 2011.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.