« Enfants du monde » suite

Pour_une_critique_du_design_graphique

Catherine de Smet analyse dans un chapitre de son livre Pour une critique du design graphique , ce qui, selon elle, a assuré le succès et la longévité de la collection « Enfants du monde », de Parana le petit indien en 1952 à Manuela la petite brésilienne en 1975  et l’a protégée de l’anathème régulièrement adressé aux ouvrages pour enfants illustrés de photographies.

Elle décrit ainsi le rôle fondamental du maquettiste Pierre Pothier, et de ses successeurs, dans la conception visuelle des ouvrages, la nouvelle configuration de l’espace-page, le choix des photomontages, des aplats colorés,  lettrines, ou autres éléments figuratifs, qui viennent, selon elle, « illustrer » les photographies de Dominique Darbois.

Ces albums sont, pour Catherine de Smet, une proposition faite aux jeunes lecteurs de l’époque, d’aller vers de nouveaux langages plastiques innovants pour créer à leur tour des  livres innovants.

Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique, Dix-huit essais, Editions B42, 2012.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.