Portraits de pays (suite): Face to face books

Voici Lateef. Il vit en en Inde, au Kashmir.

Et voici Hagar. Elle vit en Israël, dans un Kibbutz.

Ces enfants sont bien réels. Ils sont les héros d’une série d’ouvrages qui se donne l’ambition de faire découvrir aux lecteurs la vie d’ enfants d’ailleurs, à travers le portrait d’un seul : les « Face to Face books », publiés à la fin des années 60 et au début des années 70 par Crowell-Collier Press à New York.

Nous partageons leur existence sur une semaine à travers des moments classiques : l’école, les repas, les jeux, la famille, les coutumes locales, etc… Texte et photographies invitent le lecteur à venir découvrir l’Israël d’Hagar, l’Inde de Lateef, la Turquie de Samil, la Grèce de Yanis…

Cette collection ne déroge pas aux grands principes des portraits de pays pour enfants : Ces enfants sont la vitrine de leur pays. Le monde de chaque personnage, présenté sur une semaine, résume l’ensemble du pays : A week in Samil’s world : Turkey,  A week in Hagar’s world : Israël, A week in Lateef’s world ; India, A week in Yanis’ world : Greece… Un des ouvrages s’intéresse aux enfants noir-américains : A week in Robert’s world : The South.

D’ailleurs, tout va bien dans chaque pays. Les photos nous montrent des enfants souriants, de la nourriture en abondance, des moments joyeux. Et le texte accentue cette impression de félicité : « They all work together to make the kibbutz run smoothly. Each family is one part of big family » peut-on lire à propos du monde d’Hagar.

D’autres ouvrages de la collection aborderont toutefois les difficiles conditions de vie des enfants dans certains quartiers et s’approcheront de la vérité. Dans A week in Henry’s world : El Barrio, le narrateur du texte parle des dangers et des trafics existants dans ce quartier de Harlem où vivent des émigrés portoricains. On y retrouve la veine des ouvrages de Sandra Weiner…


Une réflexion sur « Portraits de pays (suite): Face to face books »

  1. Il me semble qu’il faudrait pour chaque album indiquer la date d’édition, le nom et le lieu de la maison d’édition. D’autant que ces albums sont, à certaines égards, des livres éminemment politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.