Les cartes-Eclair de Gaston Karquel

Nous l’avions rapidement présenté dans notre calendrier de l’avent. Nous apportons aujourd’hui quelques informations complémentaires.L

Gaston Karquel (1906-1971) partage les sujets de prédilection des photographes des années 30 à 50, comme en témoigne son abondante production de photographies en noir et blanc d’enfants, de paysages et monuments français, d’hommes au travail.

L’ Alphabet photographique, réalisé dans les années 1940-50 par Les Éditions du Compas, porte les mentions « Composition et photographies de Gaston Karquel ; texte de Pauline David ». Dans dans un étui, 26 cartes-éclair (plus un autre L) au format carré, portent une photographie et une lettre. Quel lecteur le dispositif de cet objet-livre attend-il ? On est en effet plus près de l’objet à manipuler que du livre.

La couverture de l’ouvrage accueille le titre, le nom du photographe, les lettres en couleur, ainsi que la photographie du fils de Gaston Karquel, Jacques Karquel.

Les planches conservées dans les archives montrent que les photographies sélectionnées sont hétéroclites et ne sont pas spécifiquement sélectionnées dans le domaine de l’enfance. Elles sont tirées des séries que le photographe réalise dans Paris et dans le reste de la France : la tour Eiffel accompagne la lettre T, l’Obélisque de la place de la Concorde, la lettre O, le pont d’Avignon, la lettre P.

Si le X est naturellement accompagné du très attendu xylophone et le Y d’un gros plan sur des yeux, une surprenante photographie d’une usine est placée en regard de la lettre U. Certaines images sont immédiatement lisibles par le lecteur, comme celle de la grappe de raisin (R) photographiée sur fond noir, ou la hache (H) photographiée en gros plan. D’autres ouvrent de multiples possibilités de lecture, par l’abondance des détails qui y figure ou le flou qui entoure l’objet représenté : est-ce bien une locomotive qui accompagne la lettre L ? que faut-il regarder sur la photographie qui accompagne la lettre G ? l’arbre ? la sculpture ? un mur ? la grille d’un parc ? La reconnaissance attendue de l’objet n’est pas immédiate. La situation se complique devant la photographie sous la lettre Z : on y voit une rivière, un mur et une sculpture avec les pieds dans l’eau. Il faut être bien parisien pour deviner qu’il s’agit du mot Zouave !

Miniphlit remercie Juliette Lavie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.