Lire en temps de guerre

458_001

« Les livres roses pour la jeunesse »

Publiés entre 1910 et 1939 par Larousse, en collaboration avec l’éditeur anglais Stead qui diffuse déjà à Paris ses « Books for the Bairns » depuis 1907, ces livres, destinés à être lus « dans les écoles ou en famille », sont en vente par abonnement ou au numéro, au prix modique de 10 à 15 centimes.

Ils sont qualifiés par l’éditeur de « Lectures illustrées les plus saines et les meilleur marché ». Ces petits ouvrages, abondamment illustrés de gravures  dans un premier temps, connaissent un succès considérable, avec un tirage de 40 000 à 50 000 exemplaires.

Entre 1910 et la première guerre mondiale, le jeune lecteur peut y lire des contes et adaptations de la littérature classique, notamment anglaise. A partir de 1915, le répertoire de textes se veut nettement plus orienté vers des récits patriotiques, avec des titres comme :

  • Les enfants héroïques de 1914
  • Les braves petits français
  • Scènes de la guerre en Belgique
  • Traits héroïques de l’armée française

Dans le numéro 154, Le Roi-Chevalier, paru en mai 1915, on trouve une étonnante photographie  des « Petits soldats de Montfermeil », deux enfants de 12 et 13 ans, qui ont su héroïquement remplacer les employés de la commune, partis au front, en servant d’appariteur et tambour de ville. Cette photographie et la lettre qui l’accompagne, sont destinées à montrer « Aux jeunes lecteurs des Livres Roses, qu’il n’est pas nécessaire d’être un homme ou de combattre sur le front pour servir son pays » et que ces braves enfants méritent « Une petite partie de la gloire qui rejaillira, après la victoire, sur tous les bons serviteurs de la patrie[1] ».

Les deux enfants, au premier plan, fixent fièrement le lecteur dans les yeux, l’interpellent. La guerre n’est pas lointaine, mais bien réelle  et chaque enfant, dans son village, est amené à y participer, car les enfants « sont devenus des hommes. Ils ont la même haine vivace envers la brute, la même ardeur dans la vengeance, les mêmes espérances, la même exaltation à la pensée de la prochaine victoire.[2] »

Cette collection d’ouvrages pour la jeunesse fait actuellement l’objet d’une numérisation par la Bnf et est disponible sur Gallica.

 

[1] « Les petits soldats de Montfermeil », p.45.

[2]« L’héroïsme des enfants pendant la guerre », allocution de Pierre Wolff, p.33.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.