Animaux A Mimer, chez MeMo

rodtchenko_couv

En 2010 les éditions MeMo, en partenariat avec Les Trois Ourses, publient « Animaux à mimer » donnant vie au projet inabouti d’Alexandre Rodtchenko et Serge Tretiakov, respectivement photographe et poète de la Russie des années 20. Les textes, illustrés de dessins, étaient déjà parus dans le journal Le pionnier sous le titre « Samosvieri » en 1926.

Insatisfait du côté sans doute trop plat et inerte du graphisme, le poète sollicite Alexandre Rodtchenko, pour refaire les images et mettre en application ses recherches sur les formes géométriques. Ce dernier, avec la complicité de sa femme Varvara Stepanova, peintre, graphiste et créatrice de motifs décoratifs, dont on retrouve le style sur les pages de garde de l’ouvrage, créé de petits personnages en papiers, symbolisant enfants et animaux, évoluant dans un décor proche d’une piste de cirque ou d’une scène de théâtre. Il photographie ses mises en scène en lumière artificielle, utilise ensuite la double exposition d’images, joue sur les ombres, pour donner du mouvement à ses constructions de papier. Loin d’écraser les scènes de jeu, la photographie donne vie à ces saynètes et les clichés semblent extraits d’un film d’animation. Valerie Rouzeau, poète contemporaine et Odile Belkedar ont travaillé à partir de la traduction des huit poèmes de Tretiakov et d’un choix opéré par l’éditeur dans un stock de clichés de Rodtchenko, pour créer de petits poèmes en français et en russe. Comme à la parade, éléphant, autruche, tortue, cheval, pieuvre, kangourou, girafe, phoque se suivent dans l’enchaînement des photographies et petits poèmes rythmés, qui se font face à face. Le texte donne une voix aux personnages photographiés. Seul le chat, pourtant, bien visible, échappe aux mots.

Ce projet de livre pour enfants ne vit jamais le jour, sans doute en raison du coût trop élevé de la reproduction photographique, mais aussi du nouveau courant artistique qui s’impose dans l’Union Soviétique d’alors, celui du réalisme socialiste. MeMo et les Trois Ourses lui donnent vie presque cent ans après. Les recherches entreprises par les éditeurs dans les archives de Rodtchenko ont permis de réutiliser les plaques de verre originales et les premiers tirages et ainsi d’être au plus près de ce que les artistes auraient souhaité produire. Qui plus est, en insérant une maquette d’animaux à découper et à réaliser soi-même, les éditeurs nantais invitent les enfants à agir et à jouer, dans la droite ligne des souhaits des deux créateurs.

Le livre a obtenu le prix du Meilleur livre d’art pour la jeunesse en 201, au festival international du livre d’art et du film de Perpignan.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.