Dominique Darbois et Francis Mazière en Amazonie

Darbois-Dominique-Indiens-D-amazonie-Livre-701282549_L

En 1952, Francis Mazière, ethnologue, Dominique Darbois, photographe et Wladimir Iwanow, cinéaste, relient en pirogue la Guyane française et le Brésil, sur les traces de l’explorateur disparu Raymond Maufrais, lors de l’expédition « Guyane Tumuc-Humac ».

Pendant un an, ils vivent avec les Indiens d’un village de l’Amazonie et nouent des contacts humains, de « confiance », de « respect » et d’« admiration réciproque », selon les propos des voyageurs, dans une interview accordée à Radio Genève en novembre 1953. Dans cet entretien, ils expliquent les difficultés rencontrées lors de ce voyage, s’expriment sur l’hommage qu’ils adressent à Raymond Maufrais en lui dédiant le livre Tumuc-Humac, mais expriment aussi la grande admiration qu’ils ressentent devant le mystère, la beauté et la simplicité d’un peuple confronté à une vie difficile.

Expedition-Guyane-Tumuc-Humac-Expedition-Guyane-Tumuc-Humac-Livre-864724761_L

Ils reviennent de cette expédition avec de la musique, un film documentaire, qui obtiendra le prix Louis Liotard en 1952 et de multiples clichés. Trois ouvrages avec les photographies de Dominique Darbois et le texte de Francis Mazière paraissent en 1953, à la suite de cette aventure, Expedition Tumuc Humac chez Robert Lafont, Indiens d’Amazonie, premier ouvrage de la collection « Mondes et visages » chez del Duca et Parana le petit indien, chez Nathan, numéro 1de la collection « Enfants du monde ».

Le livre Expedition Tumuc Humac est destiné à faire « penser et réfléchir » selon les propos de Mazière et n’est pas un livre d’aventures. La préface d’Indiens d’Amazonie, écrite par Bertrand Flornoy confirme cette intention : « Vous comprendrez que ces Indiens sont aussi simples que les gens dont les soucis et les plaisirs vous sont coutumiers. Ils sont Nous, nous sans les machines, sans les articles de la loi et sans les oripeaux qui nous isolent du temps ». Pour la collection « Enfants du Monde », dans lequel s’inscrit Parana, Dominique Darbois dira plus tard, « Tous divers ils se ressemblent, s’enrichissant-et nous enrichissant de leurs différences[1] ».

1394441750180236v

Pour réaliser Parana, ouvrage destiné à des enfants de 5 à 7ans, Dominique Darbois, Francis Mazière et probablement le maquettiste Pierre Pothier, ont puisé dans les mêmes clichés rapportés de Guyane, mais cette création a bien entendu nécessité certains choix.

Alors que pour Indiens d’Amazonie les auteurs décrivent à l’aide des images et du texte, en cinq chapitres, la vie quotidienne et les difficultés d’un village tout entier, pour Parana ils ont calqué la narration sur la journée d’un enfant, du lever au coucher du soleil.

Un choix a été également opéré dans les photographies, afin de mettre en scène un seul enfant qui se transforme en personnage. Cet enfant, qui s’appelait Akaliman dans Indiens d’Amazonie, a été rebaptisé Parana, prénom sans doute plus facilement mémorisable par de jeunes lecteurs. Le petit singe, qui n’était que « simple compagnon » prend lui aussi une identité et devient Yali. Par la voix du narrateur, une plus grande place est aussi donnée aux sentiments de l’enfant.

L’ouvrage a été également repensé dans sa structure. Là où Pierre Jahan pour Indiens d’Amazonie avait réalisé une maquette sage, le texte accompagnant les photographies dans une structure classique, cette-fois, les photographies très expressives de Dominique Darbois sont mises en valeur par des détourages, photomontages, qui mettent en avant l’enfant et fixent l’attention sur lui, par des ajouts de bandes de couleurs, de motifs décoratifs, qui égaient et dynamisent l’ouvrage et par une recherche typographique qui n’hésite pas à s’adapter à la mise en scène graphique.

Le livre, mêlant fiction et documentaire, connaîtra un grand succès à une époque où il n’existait qu’une chaîne de télévision et où les enfants ne voyageaient pas et sera suivi de 19 autres titres, jusqu’en 1978. Il fera l’objet d’une adaptation cinématographique en 1962, dans la série « La lanterne magique » avec voix off à la première personne, ajout de musique et filmage des photographies.

 

Après Parana, Francis Mazière et Dominique Darbois ne retravailleront pas ensembles et réaliseront de leur côté photographies et textes. On pourra s’interroger sur les propos de François Denoyelle qui qualifie Francis Mazière d’« acteur en mal de voyages et d’aventure » dans le texte qu’elle a écrit après le décès de la photographe :

Sur le blog de Michel Puech https://blogs.mediapart.fr/michel-puech/blog

« Dominique Darbois, photographe des enfants du monde, éternelle combattante

Par Françoise Denoyelle

« Jusque dans ses dernières années Dominique Darbois vous accueillait l’œil vif, la voix ferme, la tête pleine de projets, l’éternelle cigarette à la main. Elle n’avait rien perdu de cette énergie au service de valeurs trempées dans des combats qui commencèrent avec la résistance. La guerre terminée, c’est en faveur de la liberté des peuples qu’elle milite. Entre temps, elle est devenue photographe, arpentant le monde avec ses appareils. Le 7 septembre 2014, elle a tiré sa révérence, laissant une œuvre originale par la qualité de son regard et la richesse des sujets abordés.

Dominique Sabret-Stern est née le 5 avril 1925 dans une famille juive alsacienne. Elle était la fille de Philippe Stern, grand spécialiste des arts asiatiques, et de la romancière, Madeleine Sabine. Résistante, elle participe aux Forces françaises libres dès 1941. La jeune fille des beaux quartiers, elle avait alors 16 ans, est  arrêtée avec sa mère par la Gestapo et emprisonnée au camp de Drancy, en 1942. Elle y survivra pendant deux ans en se présentant comme infirmière, sauvant ce qui peut l’être, se rendant indispensable, poursuivant sa résistance. Le camp ouvert, elle participe à la libération de Paris.  Cette terrible épreuve la marque définitivement. Elle ne sort pas indemne de Drancy. Ses valeurs d’humanisme, d’engagement personnel en sont renforcées, mais comment vivre après tant de calvaires, de rendez-vous avec la mort ? Comment utiliser ce « rab de vie » ? En 1945, sous le  pseudonyme de Dominique Darbois qu’elle conservera toute sa vie, elle trafique ses papiers pour se vieillir de 5 ans, intègre l’armée régulière pour le front de l’Est où elle assiste un opérateur radio et participe à la reconquête de l’Alsace-Lorraine. La France libérée, elle part pour l’Indochine et le Tonkin, non pas comme correspondante de guerre, mais comme engagée et à ce titre devient sous-lieutenant. A Hanoi au service du chiffre, à Haiphong pour évacuer les civils, elle revit des scènes déjà connues. Médaille de la résistance, croix de guerre, Dominique Darbois a déjà vécu plusieurs vies, elle n’a qu’une vingtaine d’années.

La guerre terminée, les études interrompues depuis si longtemps, il lui faut trouver un travail. Elle devient l’assistante du photographe Pierre Jahan qui l’initie au métier de 1947 à 1948. Et quelle initiation ! Rigueur, travail et poésie.

Elle rencontre alors Francis Mazière, un acteur en mal de voyages et d’aventure. Avec le cameraman  Wladimir Ivanov, ils montent une expédition en Amazonie et en Guyane. Elle en rapporte toute une moisson de photographies. Quatre livres : Parana le petit Indien (1952), Les Indiens d’Amazonie (1954), Mission Tumuc-Humac (1954), Yanamalé village of the Amazon et des publications dans la presse  française et étrangère la font connaître. Le premier ouvrage est traduit en huit langues.

Dominique Darbois commence un travail sur l’enfance du monde et une collaboration, (1952-1978), avec les éditions Fernand Nathan. La collection « Enfants du monde », images et textes de Dominique Darbois, initiée par Claude Nathan, propose en 20 publications un tour de la planète non pas comme une ethnologue, mais comme une photographe allant à la rencontre d’un regard, d’un monde où les enfants ne sont pas tous égaux. Un univers assez loin d’une vision flatteuse de la condition humaine. De la prise de vue au tirage, elle travaille sans relâche, arpente plus de cinquante pays.

Le monde de l’enfance oui, mais pas seulement. Elle rencontre Francis Jeanson. Et de nouveau la résistance, la clandestinité, la justice à ses trousses. En 1960, paraît en Italie Les Algériens en guerre. Un reportage sur le maquis et les camps d’entraînement du FLN en Tunisie. Un brulot interdit en France.

A Cuba avec Fidel et Raoul Castro, en Algérie où le pétrole coule à flot, en Afghanistan où elle photographie, au musée de Kaboul, ce qui sera bientôt la seule trace restante de chef d’œuvres détruits, elle s’intéresse au monde qui bouge comme aux civilisations anciennes. Elle publiera bien plus tard : Kaboul, le passé confisqué. Trésors du musée de Kaboul, 1931-1965 (2002). Dominique Darbois engrange des travaux de commande, comme tous les grands professionnels, mais aussi beaucoup de photographies plus personnelles prises avec son Rollei qu’elle aime particulièrement. « Avec lui, on regarde, on ne vise pas ».

Alors qu’elle pourrait ranger ses appareils, gérer ses archives, une nouvelle fois, elle s’engage au côté des femmes en France, mais aussi en Afrique. Elle publie alors Afrique, terre de femmes (2004). Elle parraine des enfants au sein de la Chaîne de l’Espoir, toujours sur le front des plus démunis. En 2004, elle est l’une des premières photographes à soutenir la défense des fonds de Kertész, Bovis, Voinquel… après la dissolution de Patrimoine photo.

Photographe sans rivage autre que celui de la liberté, femme d’exception au regard sans complaisance et d’une extrême retenue, son dernier livre, Terre d’enfants (2004) avec un texte de Pierre Amrouche est son ultime salut à la vie.

Françoise Denoyelle

11 septembre 2014

Françoise Denoyelle est Chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle Université de Paris 1, Professeur des universités, Ecole nationale supérieure Louis-Lumière. Elle travaille sur l’Histoire de la photographie du XXe siècle Les usages, la photographie dans la presse La commande, les institutions. »

 

[1] Flash sur le livre de photographies pour enfants, Bibliothèque de La Joie par les livres, p.20


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.