« Hors du nid » de Laure Albin Guillot

hors du nid

En 1934, paraît Hors du nid, roman scolaire destiné aux élèves de Cours Moyen. L’ouvrage, destiné aux élèves de cours moyen, est écrit par Charles ab der Halden, inspecteur d’académie et spécialiste de littérature canadienne. Il a déjà publié  plusieurs ouvrages de morale et d’instruction civique, ainsi que deux autres romans scolaires La Chaumine (1932) et Fauvette et ses frères (1933). Les illustrations de celui-ci sont confiées à Laure Albin-Guillot.

Pourquoi ce recours à la photographie ?

Depuis les années 20, la photographie envahit la mode, la presse, les méthodes éducatives et bientôt l’édition. Les éditeurs se lancent dans le renouvellement de leur catalogue, cherchent de nouveaux lecteurs, repensent le livre pour l’enfant dans son format et ses images. Delagrave publie en 1933 Alphabet et en 1935 15 petites histoires avec des photographies de Pierda. Mame renouvelle ses livres de catéchèse, avec les photographies d’Yvopno pour Heures enfantines et Chrétiennes en 1937. D’autres romans scolaires sont aussi illustrés de photographies. Nathan publie en 1926, Avec l’oncle Emile à travers la France. Images du monde, aventures de deux enfants paraît aux PUF en 1930 et La joie des yeux, lectures suivies sort chez L. Michelet, en1935. L’éditeur Bourrelier, propagandiste des méthodes actives d’enseignement et partisan de la modernisation de la littérature jeunesse, a déjà fait appel à des illustrateurs en vogue comme Gerda Muller. Il s’adresse cette fois à la photographe Laure Albin Guillot, déjà connue pour ses portraits de célébrités, sa photographie décorative, ses nombreux clichés pour la publicité et la presse et ses expositions dans tous les salons de la photographie et  galeries parisiennes. Il sait sans doute qu’elle porte un intérêt à tout ce qui est éducation nouvelle, qu’elle réalise des photographies dans des écoles mixtes, écoles novatrices, et qu’elle expose la même année, au XXIVème salon des artistes décorateurs, un projet de salle de travail et de jeux pour enfant, ainsi que des puzzles, jeux de  cubes et décorations murales. D’autre part, Laure Albin-Guillot a effectué un voyage au Maghreb dans les années 30 et en a ramené de nombreux clichés photographiques qu’elle  destinait à un projet de publication, Alger, Maison carrée, Bou-Saada,  qui ne verra pas le jour. Sa production pouvait donc répondre au texte de Charles Ab Der Halden.

Pourquoi cette dernière se lance-t-elle dans l’aventure ?

La participation a ce projet est, sans doute, en premier lieu, un moyen de gagner de l’argent dans une époque où la photographie, même si elle envahit tous les champs, ne rapporte pas encore suffisamment aux photographes et dans une période de sa vie difficile, après le décès de son mari.

Hors du Nid est sans doute  aussi un premier pas dans le monde de l’édition, un premier rapprochement avec des textes littéraires, avant de travailler avec Chevallier (Nativité en 1946), Daniel-Rops (Missa est en 1951), Montherlant (La déesse Cypris en 1946) et Valéry (Narcisse en 1936).  Une tentative pour faire rivaliser beauté littéraire et beauté plastique, de faire prendre conscience du pouvoir narratif de l’image photographique ?

Lorsque paraît Hors du Nid, Laure Albin Guillot a déjà publié deux ouvrages en 1931 et 1933, Micrographie décorative et Photographie publicitaire,  mais ce dernier s’adresse  aux professionnels de la publicité, pour annoncer le rôle que la photographie va désormais jouer.

Son nom n’apparaît pas sur la couverture, même si son statut d’illustratrice est officialisé à la deuxième page, avec la mention « Illustration photographique de Laure Albin Guillot ». Charles Ab der Halden parle, lui, de « parure » de son texte, dans la préface et remercie conjointement tous les « artistes ».

Cinq des treize photographies semblent avoir été créées spécialement pour ce roman. Elles reproduisent des scènes du récit dans une continuité narrative, avec photographies des personnages récurrents, Marguerite et Jacques, à qui la photographe donne ainsi corps. Tentatives d’introduire la fiction dans le réel, de passerelle entre la fiction et la réalité, car ces photographies, même si elles se réfèrent à l’histoire, sont trop peu dynamiques, pour être réalistes. Il n’y a qu’à voir les poses figées des enfants dans des attitudes accablées ou la photographie en studio de Jacques, skiant. Il n’y a qu’à lire aussi les questions qui accompagnent les photographies et qui s’évertuent à faire le lien avec le texte. Ainsi à propos de la photographie d’une vitrine de boulangerie, l’auteur demande au lecteur à la page 76 : « A quoi peut bien penser le petit garçon derrière la vitre ? Quelle est la personne qui l’accompagne ? A qui vous-fait-il penser ? ». Le lecteur est obligé de penser au héros du livre par cette question, car rien dans la photographie ne s’y réfère.

Les autres clichés sont de l’ordre du documentaire. Les vues de la Suisse et du port d’Alger ont un pur rôle informatif, comme les cartes qui accompagnent le récit, et, même si Charles Ab der Halden s’en défend dans la préface,  « Il ne faut pas chercher dans ces aventures des prétentions encyclopédiques », nous sommes bien en présence d’un ouvrage destiné à la classe. D’autres photographies, clichés de mains qui cousent, gros plan sur un stylo et du papier à lettre, semblent avoir été puisées dans un stock que la photographe aurait pu réaliser pour la publicité, pratique courante à l’époque.Les archives Roger-Violet ne nous apportent aucune information complémentaire, à ce sujet.

La photographie, si elle illustre le texte, n’a pas, dans cet ouvrage, un haut pouvoir narratif. Il faudra attendre d’autres ouvrages de Laure Albin Guillot pour trouver une cohérence esthétique entre l’écriture photographique et l’écriture romanesque.

Biographie de Laure Albin Guillot sur le site internet de l’agence Roger-Violet.fr :

Née en 1879, Laure Albin Guillot se distingue par la longévité et la variété de sa production. Epouse d’un diplômé en médecine, elle invente dans les années 1920 le terme de « micrographie » pour qualifier ses œuvres nées de photographies réalisées au microscope. Elle reçoit en 1922 la médaille d’or du concours de la Revue française de photographie et organise rapidement de nombreuses expositions personnelles, exposant dès 1925 à l’exposition des Arts industriels et modernes. Elle devient dès lors une photographe de renom, publiant ses travaux dans les revues Arts et métiers graphiques et Vu. Pendant les années 1930, elle multiplie les portraits et les nus, tout en travaillant de manière lucrative pour la publicité, la mode et comme photographe de quartier. Proche des artistes, musiciens et écrivains, elle réalise de nombreuses illustrations de tirés à part comme le Narcisse de Paul Valéry (1936), les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs (1937) ou les Préludes de Debussy (1948). Archiviste en chef du service des Archives photographiques de la direction des Beaux-Arts, elle milite en faveur de la reconnaissance officielle de la photographie et organise dès 1933 le projet de Cinémathèque nationale au Palais de Chaillot, envisageant même la création d’un Musée de la Photographie. Laure Albin Guillot disparaît en 1962, laissant une œuvre riche de quelques 50.000 photographies acquises par l’Agence Roger-Viollet.

 


2 réflexions sur « « Hors du nid » de Laure Albin Guillot »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.