Colloque Cinéma et littérature pour la jeunesse 15 -16 novembre BNF/ENS

« Dans les années 50, période phare pour l’album pour enfants illustré de photographies et pour les novellisations, les livres tirés des films d’Albert Lamorisse viennent proposer un nouveau type d’ouvrages dans lesquels la photographie offre au lecteur un objet dans lequel visuel et verbal sont d’égale importance. L’album abondamment illustrés de photographies, repose sur la re-matérialisation des images filmiques, accentue le lien avec l’œuvre originelle. Ces novellisations entrainent souvent un récit réduit, sans description (abondance des photographies), une stéréotypisation des données du récit (on se focalise sur les personnages), la création d’un narrateur puissant (le film Le Haricot d’Edmond Séchan était muet), une accélération de la diegèse ».

J’évoquerai, le vendredi 16 novembre, la question des conséquences du transfert esthétique, lors du passage du film au livre, dans les œuvres du cinéaste Albert Lamorisse. Bim le petit âne, Crin blanc et Le ballon rouge.

La déclinaison de ces films sur un autre support médiatique, si elle permet pour le spectateur de maintenir le lien avec l’œuvre d’origine, conserve-t-elle la richesse du premier produit ? Voilà ce à quoi je tenterai de répondre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.