Un tour d’Europe dans les années 30 : Around the world in eleven years

Patience Abbe, Around the world in eleven years, New York,  Blue Ribbon books, 1938

Patience, Richard et John Abbe, les auteurs de cet ouvrage, sont nés à Paris à la fin des années 1920. En 1932, les Abbe quittent Paris pour Berlin, puis Moscou, reviennent vivre dans l’ Allemagne hitlérienne, avant de repartir en Angleterre et de rejoindre les États-Unis, au gré des missions de leur père.

Ce dernier est le photographe américain James Edward Abbe, qui travaille pour de grands journaux tels que le Harper’s Bazaar ou le New York Herald Tribune. Dans cette période, il photographie notamment Hitler et Staline.

L’ouvrage est autobiographique. La jeune Patience Abbe écrit à la première personne et au passé, le récit de leurs voyages, des rencontres qu’ils font, décrit les maisons, les écoles qu’ils fréquentent, les obsèques de la femme de Staline, les parades nazies dans Berlin, les hauts buildings de New-York et les difficultés des photographes pour vivre de leur art…


« With is the way I, Richard and Johnny said « Heil Hitler »

En Allemagne, Patience raconte  les autodafés de Goebbels,  commente la situation de la population juive- « Hitler ought not to be so severe with the  Jews », analyse sa rencontre avec Goering-« General von Goering was a handsome man, but too fat »…

En Russie, elle s’interroge sur le communisme : « The Russians don’t like wars but we don’t understand then why they want to kill the Capitalists. […]I don’t see how you can take the money away from the Capitalists without killing them ».

Ce récit de voyage, plein d’innocence, est aussi un témoignage sur la situation de l’Europe dans les années 1930.

Le livre  a été traduit dans plusieurs langues, a connu un vif succès en Angleterre et aux États-Unis. La revue L’ Education Nouvelle le conseille en 1939, dans sa rubrique « Revues et  Livres »  :   » Lisez le à la fois pour rire et pour admirer, une fois de plus, combien les enfants sont intelligents quand on les laisse libre de s’exprimer, et combien les joies de l’esprit leur importent plus que le confort ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.