« Le Petit Chaperon rouge » dans l’objectif de Sarah Moon

téléchargement

Le conte de Charles Perrault, publié en 1697, a fait l’objet de nombreuses réécritures, adaptations ou illustrations. Parmi ces dernières, celles de Sarah Moon, pour un livre de la collection Monsieur Chat, chez Grasset, paru en 1983, puis 2002, ont fait couler beaucoup d’encre et suscité un certain émoi.

Cet ouvrage est intéressant à plusieurs titres. En effet, la photographie y a un haut pouvoir d’évocation et de narration. Sarah Moon garde mais actualise le conte, le reformule dans son langage, celui de la photographie. Elle l’ancre aussi dans une réalité contemporaine, dans la lecture des faits divers, éloigne donc le lecteur du monde féérique des contes, pour se rapprocher du texte originel de Perrault, très sombre.

Malgré ses qualités artistiques, le livre a obtenu d’ailleurs le Prix Graphique à la foire de Bologne en 1985, l’ouvrage n’a pas reçu un accueil favorable de la part du public, dérangé par cette adaptation novatrice des contes traditionnels. L’usage de la photographie dans cet ouvrage a peut-être aussi déclenché un rejet général du public pour le livre de jeunesse illustré par ce médium. C’est ce que sous-entendait Tieri Briet, fondateur de la maison d’édition « où sont les enfants ? »[1], 

«   Lors de l’étude de marché que nous avons réalisé pour la création d’ « Où sont les enfants ? », nous entendions souvent de la part des libraires jeunesse et des bibliothécaires que la photo est un langage qui ne fonctionne pas chez les plus petits… Nous avons donc cherché à comprendre d’où venait cette idée reçue avec laquelle nous n’étions pas d’accord. Au gré des conversations, le nom de Françoise Dolto s’est imposé à nous. Nous avons alors compris que ce principe était né des propos qu’elle avait tenu sur France Inter au début des années 80. À cette époque, elle y animait une émission dans laquelle elle conseillait les parents. Françoise Dolto était alors une pédo-psychiatre reconnue, qui avait de l’influence, et qui était un prescripteur important en littérature jeunesse. Elle faisait des constats très intéressants mais ce jour-là, elle a dénoncé un peu vite le caractère traumatisant, selon elle, de l’album de Sarah Moon, Le Petit Chaperon rouge, un des rares album à utiliser la photo à cette époque.
Les attaques de Françoise Dolto portaient essentiellement sur les images en noir et blanc et l’association du dévorement du personnage par le loup à l’inceste et à l’occupation… (c’est un univers très chargé et angoissant.) Mais avec sa virulence de femme passionnée, elle a profondément marqué les spécialistes et les parents qui ont associé ses propos à la photographie en général.»

Ce n’est sans doute pas la photographie qu’il faut remettre en cause, mais chercher plutôt l’échec du livre du côté du thème abordé, celui de la pédophilie. Pour exemple, La petite fille en rouge[2], une autre réécriture du Petit Chaperon rouge, est totalement illustré par le dessin. Il met en scène dans un décor très urbain, une petite fille, que la police ne parviendra pas à sauver des griffes du prédateur. Ce livre n’a pas plus fonctionné que celui de Sarah Moon.

S-Moon-copie-2

La photographe Sarah Moon est connue du grand public, comme photographe de mode et réalisatrice de films publicitaires. Compagne de l’éditeur Robert Delpire, elle est aussi l’auteure d’une importante oeuvre personnelle qui a fait l’objet d’une rétrospective en 2013, « Alchimie[3] », et elle a illustré plusieurs contes pour enfants.

[1] Article relevé sur le site de photographie.com :  http://www.photographie.com/archive/publication/104823.

[2] Roberto Innocenti, La petite fille en rouge, Gallimard, 2013.

[3]  novembre 2013, au Muséum d’histoire naturelle, rue Cuvier, à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.