The Lonely Doll

The-Lonely-Doll-007

« Once there was a little doll. Her name was Edith. She lived in a nice house and had everything she needed, except somebody to play with. She was very lonely, »

« Il était une fois une petite poupée. Son nom était Edith. Elle vivait dans une très belle maison, et elle avait tout ce dont elle avait besoin, excepté quelqu’un pour jouer avec elle. Elle était très seule ».

Ainsi commence The Lonely Doll, publié en 1957, chez Doubleday à New York, écrit et illustré par les très belles photographies en noir et blanc de Dare Wright, photographe, écrivain et mannequin.

Trois générations de fillettes ont été élevées avec la lecture des aventures d’Edith et de ses deux amis ours en peluche, Mr Bear et Little Bear, père et fils. Les critiques s’accordent pour dire que les photographies et la narration expriment au mieux les angoisses et attentes des enfants, ce qui explique son succès. Le livre a été republié en 1998 . A cette occasion, il a fait l’objet de débats virulents, en raison de son atmosphère angoissante et ses scènes de fessées, mais il a reçu le soutien de nombreux lecteurs nostalgiques.

Il s’est d’ailleurs immédiatement classé en tête des ventes et a été élu par The Guardians, en 2010, parmi les plus beaux livres pour enfants, de tous les temps.

De nombreuses analyses insistent sur l’aspect autobiographique de la lonely doll Edith. En effet, si la poupée porte le nom de la mère de Dare Wright, c’est bien l’enfance  tourmentée et  solitaire de Dare qui est mise en scène. La ressemblance entre la créatrice et son personnage ne réside pas seulement dans l’expression des angoisses d’abandon, de solitude et la crainte des châtiments corporels exprimées par la petite poupée, mais aussi par  la troublante proximité physique avec la photographe.

DareWrightAuthorPhoto

Dare Wright est née en 1914 au Canada, mais a passé son enfance à Cleveland. Ses parents ont divorcé alors qu’elle était petite et elle a été élevée par sa mère, la portraitiste Edith Stevenson Wright, tandis que son frère, Blaine, allait vivre avec son père, Ivan Wright. Frère et sœur ne se sont retrouvés qu’à l’âge adulte.

Très proche de sa mère, Dare Wright vécut très mal le décès de cette dernière en 1975, puis celui de son frère, en 1985. Elle termina sa vie seule, dans son appartement de la cinquième avenue, en 2001.

http://www.darewright.com/

D’autres livres pour enfants de Dare Wight :

  • Holiday for Edith and the Bears. Doubleday, 1958.
  • The Little One, Doubleday, 1959.
  • The Doll and the Kitten, Doubleday, 1960.
  • Date with London. Random House, 1961.
  • The Lonely Doll Learns a Lesson. Doubleday, 1961.
  • Lona, a Fairy Tale. Random House, 1963.
  • Edith and Mr. Bear. Random House, 1964.
  • Take Me Home. Random House, 1965.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.