Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes, un livre d’artistes

 

Ce roman d’ Alain Fournier, publié en 1913, a  été illustré entre 1925 et 1946 par de nombreux artistes , à l’aide de différentes techniques, eaux fortes, aquarelles, pointes sèches, dessins à la plume, pour des éditions bibliophiliques, avec ou sans texte, et à  tirage limité.

Lorsque la photographe Laure Albin Guillot, en 1946, illustre avec ses photographies ce roman désormais célèbre, elle s’inscrit dans la « suite » de ces illustrateurs qui firent de ce roman un « livre d’artiste ».  Le livre est tiré d’ailleurs à 500 exemplaires seulement et est imprimé sur vergé anglais teinté. La photographe confirme, s’il en est besoin, le statut d’art de la photographie.

La question est inévitable :  « Est-ce vraiment un livre pour enfants ? » En 1957, dans la revue Enfance, on peut lire cette appréciation de Marc Soriano  : « J’ai ainsi dans ma bibliothèque une série d’illustrations photographiques pour Le Grand Meaulnes, réalisées avec des poupées par Laure Albin-Guillot, très belles, mais assez secrètes et hautaines »…

Pour réaliser ces saynètes, la photographe et l’artiste Louise-Edmée Chevalier opèrent des choix dans des moments de la narration, comme le ferait un metteur en scène. Le texte est absent, pourtant le spectateur retrouve des moments clefs du roman,  reconnaît Meaulnes dans cette figurine de céramique au visage indéfini, assis sur un pupitre et se souvient de cette scène dans laquelle, bien qu’entouré d’écoliers, le personnage semble bien seul.

« Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais doucement, comme s’il eut réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. »  (1ère partie, II, « Après quatre heures… »)

De théâtralité, il est aussi question, avec ce jeu sur la perspective, créée par les décors et les ombres, qui donne à ces photographies une profondeur dramatique.

La photographe, avec son appareil, adopte le point de vue du narrateur du roman, un narrateur silencieux, et réécrit l’histoire avec la lumière. Quand le visuel convoque le textuel…

 

Imagiers photographiques, nouvelles mythologies modernes

 

Entre Nous…Bébé signe

Cendrine Génin, Séverine Thévenet, Editions Ane Bâté, mars 2017

« L’image, c’est le regard, c’est la rencontre. C’est cela qui convoque l’altérité. (…) Je suis à l’opposé de la séduction facile de l’enfant pratiquée dans certains imagiers. C’est un leurre » dit Cendrine Genin, auteur-photographe, rencontrée lors de la JE consacrée à l’imagier photographique,  à l’université d’Artois, le 9 février.

Depuis le First Picture Book d’Edward Steichen, les imagiers photographiques se proposent de mettre la photographie au service de l’enregistrement du monde de l’enfance.

Qu’il s’agisse d’apprendre à nommer les objets de l’environnement immédiat ou plus lointain du jeune lecteur, qu’ils opèrent un classement thématique (animaux, vêtements, nourriture) ou se penchent sur les concepts abstraits, les imagiers photographiques se sont multipliés avec plus ou moins de qualité.

Certains opèrent de simples placages d’un mot sur une image, abondent en stéréotypes sur la réalité du monde, généralisent l’enfance, se contentent de citer et d’organiser un monde que l’enfant organise déjà avec son regard et ses mots.

D’autres, plus ambitieux, font le pari de l’émotion, de la rencontre nouvelle avec l’objet photographié, d’offrir une autre vision du monde, comme l’ont fait Edward Steichen ou Emmanuel Sougez. Telle une déambulation d’un écrivain surréaliste, certains photographes, depuis les années 70,  réinventent les « mythologies modernes » en créant de associations qui surprennent, poétisent la banalité du monde, transforment le réel. Leur univers poétique, insolite, décalé, propose à l’enfant de regarder différemment le monde qui l’entoure.

Le site de Cendrine Génin : http://www.cendrinegenin.com/

Sur le site de la BM de Nantes : https://bm.nantes.fr/files/live/sites/bm/files/PDF_CBB/matinees_CBB_imagiers.pdf

Sur le site de Cécile Boulaire, les imagiers de Tana Hoban: https://album50.hypotheses.org/1568

Les Deux petits Ours d’Ylla, réédités chez MeMo !

« Deux oursons nés en hiver voient le printemps arriver et ont très envie d’aller découvrir le monde hors de la tanière. Mais leur mère ne veut pas qu’ils se perdent dans le vaste monde. Pendant que la grande ourse va chercher du miel, les deux oursons oublient sa mise en garde et courent dans les champs, roulent et chahutent. Les voilà jouant à cache-cache dans la forêt et grignotant des feuilles vertes. Grimpant aux arbres, ils réalisent soudain qu’ils n’aperçoivent plus leur tanière…

En 1954, Ylla publie Two Little Bears chez Harper & Brothers à New York. En plein « âge d’or » du livre illustré de photographies, Ylla connaît un succès mondial, et cet ouvrage sera tiré à plus de 100 000 exemplaires. Pour ce livre, Ylla achète un ourson, puis deux, les nourrit au biberon et les jeunes ours la suivent, comme ils suivraient leur mère, dans la forêt du Connecticut. »

 

https://www.editions-memo.fr/livre/deux-petits-ours/

C’est avec un infini plaisir que je fais cette annonce, après deux années consacrées au travail d’Ylla, une plongée dans ses archives à Tucson et à New York, et une collaboration  passionnante avec les grands éditeurs de la petite maison d’édition nantaise. Merci pour leur confiance !

Around the world in eighty minutes !

Publié en 1894 à Philadelphie, avec dans le titre une référence explicite au Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne, cet ouvrage illustré de 100 photographies propose au lecteur, voyageur immobile, de faire le tour du monde, en partant de et en revenant à New York : « Mahomet, though a prophet, had to go to the mountain because the mountain would not come to him. You need not to go to the mountain. Modern science will make it come to you. »

La préface indique pourquoi et comment on lit cet ouvrage et insiste sur la nouveauté qu’offre cet ouvrage photo-textuel : Grâce à cette science moderne qu’est la photographie, le lecteur peut désormais contempler les beautés actuelles et passées du monde. Elle fait même mieux que tout artiste qui tentera de les représenter, puisque tout ce qui s’offre aux yeux du lecteur est bien réel, parfaitement fidèle à la réalité et  permet même de capturer  l’âme de ce qui ont été présents à l’époque de leur construction.

Le texte, qui accompagne chaque cliché , se présente comme un guide  pour le voyageur, lui fournit en plus des informations sur l’histoire de chaque monument.

Mieux que Philéas Fog ou Nelly Bly, c’est en 80 minutes que le voyageur immobile fera le tour du monde :  » Snap his fingers at Phineas Fog and Nelly Bly. eighty days quotha ! seventy ? Sixty ? Nay, eighty minutes will suffice. »

Les imagiers photographiques à Arras, le 9 février

Dans le cadre du séminaire doctoral consacré aux « Imagiers photographiques », je donnerai une communication intitulée « Proposer à l’enfant une nouvelle vision du monde en 1930The First Picture Book d’Edward Steichen. »

Il y sera question de la genèse de ce premier imagier pour enfants illustré de photographies et de ses influences sur les productions américaines et françaises.

Merci à Eléonore Hamaide.

Stranger in the Woods, a photographic fantasy

C’est un fait entendu, les animaux sont bien souvent les personnages principaux des livres pour les jeunes enfants. En matière de livres photographiques, ce sont souvent de petits animaux qui sont photographiés, doubles symboliques du jeune lecteur.

Notons au passage qu’il n’est pas rare que les éditeurs pour la jeunesse privilégient même les photographies d’animaux à celles d’enfants, obligeant parfois tel ou tel illustrateur à substituer la photo d’un alligator à celle d’une petite fille, si, si !

Parmi les photographes qui ont consacré leur carrière à la photographie animalière et ont conçu des livres pour enfants, on pense bien-sûr à Ylla, la si populaire photographe animalière des années 50.

Il se pourrait bien que Carl Sams et Jean Stoick, couple de photographes américains,  se soient  à leur tour fait une spécialité de ces livres pour enfants illustrés de clichés d’animaux sauvages, en photographiant ceux du Michigan et en réalisant la série des « In the Woods ».

Leurs ouvrages, multi-récompensés, utilisés dans les classes, se déclinent aussi en films courts et en livres-cd.

Stranger in the woods, 1999

Lost in the woods, 2004

Find my friends, 2006

First snow in the woods, 2007

When snowflakes fall, 2009

Interview de Carl Sams sur le genèse de Stranger in the Woods : https://www.indiebound.org/author-interviews/samscarl

Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

L’alphabet de Dzim et Boum et l’ évolution de l’ abécédaire photographique

L’ alphabet de Dzim et Boum, abécédaire photographique, est publié en 1934 chez Delagrave. Il est signé Pierda, pseudonyme de Pierre Portelette, qui publiera également 15 petites histoires, chez le même éditeur, dans la collection des « albums de Pierda »

Chaque page contient une lettre, un mot commençant par cette lettre, une phrase dans laquelle on retrouve ce mot et une illustration photographique sur laquelle on retrouve l’objet nommé.

L’ouvrage semble obéir à la conception première de l’imagier : un mot de l’objet du quotidien de l’enfant illustré par sa représentation photographique.

Toutefois, si l’on examine cet ouvrage de plus près, certains mots sont des concepts abstraits, comme dans le cas de « bravoure », ce qui permet à l’enfant d’enrichir son lexique.

Les photographies, si elles contiennent bien l’objet désigné, sont des mises en scène photographiées de deux petits personnages en tissu, qui montrent comment agir avec cet objet.

La phrase, qui figure sous la photographie, fonctionne comme l’exemple dans un dictionnaire. Elle indique comment utiliser ce que le mot désigne . Cependant, la phrase , et l’image elle-même, prend parfois le contre-pied du sens attendu, ou joue sur les différents sens d’un mot : « Avec des lunettes, je n’y vois rien du tout ! »

C’est dans cet écart entre l’objet désigné et  son emploi  que se développe l’imaginaire de l’enfant.

Parfois même, il ne s’agit plus d’une seule phrase, mais bien d’un dialogue entre les deux personnages : « Boum, ce Marteau est un peu lourd !-C’est bien mon avis ! »

La conception de l’ouvrage, qui passe de la présentation traditionnelle d’un mot par double page, à deux mots par double page, entraîne également un enchaînement narratif,  préparation à la lecture de courtes histoires.

 

 

 

 

 

 

 

On our Farm, joyeux documentaire en pleine Grande Dépression

« Would you like to take some pictures of our farm  ? It’s not always easy to get good ones. Animals don’t remain still very long. They don’t know they are being photographed. Perharps that’s is the reason they look so natural.

Would you like to live in our farm ? It’s a busy place. There are many kinds of things to do. There is much to learn. One never learns it all. »

Ou Our farm, a picture story book for children, texte de John Y. Beaty, photographies de J. C. Allen, est publié en 1932 par la maison Saalfield publishing company,   Akron et New York.

Cet ouvrage, un documentaire sur  les animaux et le travail à  la ferme, a vocation à informer l’enfant, par la photographie et le texte. La photographie vient en support d’un texte qui y fait lui-même de fréquentes allusions.

Ce qui est assez extraordinaire dans cet ouvrage, c’est qu’il paraît dans la période de Grande Dépression que traversent les Etats-Unis, et qui conduira le gouvernement américain  à engager des photographes  pour documenter sur la crise qui frappe la population rurale américaine. 170 000 photographies de cette période, autant de documents ethnographiques, sont d’ailleurs visibles sur le site de l’université de Yale,  parmi lesquelles celle fameuse de Dorothea Lange : http://photogrammar.yale.edu/about/fsa_owi/

Pas d’enfants affamés, ni de terres arides dans cet ouvrage, mais bien des enfants souriants, des animaux gros et gras et une terre fertile…Images d’Épinal…

Les auteurs réalisent la même année Baby’ s first book, for the very young child.

Nativité

 

Laure Albin-Guillot met en scène et photographie pour cette Nativité, les santons de Noël  de Louise-Edmée Chevallier en 1946.

La jeune céramiste, collaboratrice de l’atelier Primavera, s’est fait une spécialité de ses petites  figurines qu’elle a déjà exposées dans de nombreux salons organisés par La société des artistes décorateurs.

Cet ouvrage s’inscrit dans ce courant des années 30-40 pour renouveler  l’imagerie populaire et religieuse. https://miniphlit.hypotheses.org/122

La même année, les deux artistes ont déjà proposé une illustration photographique d’un récit littéraire,  Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes d’ Alain Fournier, Ed° Henri Colas.

 

Photolittérature pour les enfants !

La prochaine séance du séminaire de l’Afreloce à l’ENS aura lieu le samedi 9 décembre, à 10h (salle Celan) et sera consacrée à un atelier doctoral. Nous accueillerons Laurence Le Guen (Université de Rennes 2, dir. Jean-Pierre Montier) qui parlera de photolittérature et du livre pour la jeunesse illustré par des photographies. Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours, dir. Cécile Boulaire) présentera quant à elle ses recherches sur les représentations de l’étranger et de l’immigré dans la littérature contemporaine pour la jeunesse, en France et en Thaïlande.

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS et la structure fédérative « Délivrez-nous du livre » de l’Université Paris 13. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.
Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e.

Les clefs et les serrures de la photolittérature

Si l’on se demande encore ce qu’est la photolittérature, il n’y a cas  se saisir Des clefs et des serrures, l’ouvrage de Michel Tournier paru en 1979.

La recette :

Choisir quarante sujets de réflexion parmi lesquels les animaux, les enfants, l’autoportrait, l’arbre et le chemin…

Laisser venir les images mentales et les transcrire en texte.

Choisir une photographie qui rebondit sur un mot, une idée, élargit la vision de l’ensemble ou qui en prend le contrepoint.

Ou bien encore, trouver une photographie qui résonne avec l’image mentale suggérée par les mots du titre, écrire un texte légende ou gloser à l’infini sur un point de l’image qui touche le spectateur-écrivain.

A moins que ce ne soit tout le contraire : rencontrer une photographie, laisser venir les mots que les apparences suggèrent, créer un passé et un futur à cette coupure du temps, bâtir une histoire et trouver un titre.

Les assembler dans un ouvrage, sans donner priorité à l’une ou à l’autre, en intercalant des pages blanches.

Le lancer dans la foule des lecteurs et attendre les réactions  : va et vient entre les deux langages, étonnement, reconnaissance, incompréhension, épanchement de l’imaginaire dans les blancs…

Quelles sont les serrures ? Quelles sont les clefs ? Tour à tour, texte et prose sont des « secrets à percer », des « obscurités à élucider », des « inscriptions à déchiffrer ».

Zipper the Zany, chat journaliste

Les facéties de Zipper le chat sont le sujet de cette série de 25 photographies : Zipper renversant une bouteille d’encre, Zipper au piano, Zipper à la machine à écrire, Zipper humant un appareil photo Ziper buvant un verre …

Pour que ces clichés forment une histoire, Richard M. Stevens,  chroniqueur au Chicago Sun, joue des apparences de l’image pour proposer une interprétation par les mots, qui va chercher dans les références culturelles du lecteur et dans son propre univers professionnel.  Si Zipper  découvre un appareil photo, elle s’exclame aussitôt  : « Je vais lui demander de me prendre en photo un de ces jours, pour l’offrir à mes amis ». Si Zipper s’assied en face d’une machine à écrire, c’est forcément pour écrire un livre…

Paru en 1945 chez Wn  Penn Publishing Corp. à New York, les photographies de Richard M. Stevens, font l’objet d’une chronique dans Popular Photography en avril 1946 : « These photographs are the type of pictures that would make any cat owners whish that he had been able to make similar shots of his cat ».

 

 

Peter and the Twin Giants of Umptyville, livre hybride

Un cirque arrive un jour à Umptyville, avec dans ses bagages deux géants jumeaux, Robin et Bobin,  qui ne manquent pas d’effrayer la population.  Seul Peter, un jeune garçon, a le courage de leur rendre visite et de clamer haut et fort que ces deux êtres différents sont finalement fort sympathiques !

Photographies  en noir et blanc pour figurer les personnages  et graphismes ultra-colorés pour les habiller ou représenter les décors,  se mêlent habilement dans ce conte, paru en 1954, chez Scylla Publishing à New York.

Notons qu’ « umpty » n’a pas de sens précis en anglais. Cette ville et ce qui s’y passe n’existent que dans un conte. Rien de tel qu’une illustration hybride pour rendre compte de ce « nonsense ».

L’ouvrage est signé Carol Brown  pour les textes, Beverly Clarke Roman pour les graphismes et A. Delaney Inc. pour les photographies.

Photolittérature pour la jeunesse