Suite d’illustrations pour le Grand Meaulnes, un livre d’artistes

 

Ce roman d’ Alain Fournier, publié en 1913, a  été illustré entre 1925 et 1946 par de nombreux artistes , à l’aide de différentes techniques, eaux fortes, aquarelles, pointes sèches, dessins à la plume, pour des éditions bibliophiliques, avec ou sans texte, et à  tirage limité.

Lorsque la photographe Laure Albin Guillot, en 1946, illustre avec ses photographies ce roman désormais célèbre, elle s’inscrit dans la « suite » de ces illustrateurs qui firent de ce roman un « livre d’artiste ».  Le livre est tiré d’ailleurs à 500 exemplaires seulement et est imprimé sur vergé anglais teinté. La photographe confirme, s’il en est besoin, le statut d’art de la photographie.

La question est inévitable :  « Est-ce vraiment un livre pour enfants ? » En 1957, dans la revue Enfance, on peut lire cette appréciation de Marc Soriano  : « J’ai ainsi dans ma bibliothèque une série d’illustrations photographiques pour Le Grand Meaulnes, réalisées avec des poupées par Laure Albin-Guillot, très belles, mais assez secrètes et hautaines »…

Pour réaliser ces saynètes, la photographe et l’artiste Louise-Edmée Chevalier opèrent des choix dans des moments de la narration, comme le ferait un metteur en scène. Le texte est absent, pourtant le spectateur retrouve des moments clefs du roman,  reconnaît Meaulnes dans cette figurine de céramique au visage indéfini, assis sur un pupitre et se souvient de cette scène dans laquelle, bien qu’entouré d’écoliers, le personnage semble bien seul.

« Assis sur un pupitre, en balançant les jambes, Meaulnes réfléchissait. Aux bons moments, il riait aussi, mais doucement, comme s’il eut réservé ses éclats de rire pour quelque meilleure histoire, connue de lui seul. »  (1ère partie, II, « Après quatre heures… »)

De théâtralité, il est aussi question, avec ce jeu sur la perspective, créée par les décors et les ombres, qui donne à ces photographies une profondeur dramatique.

La photographe, avec son appareil, adopte le point de vue du narrateur du roman, un narrateur silencieux, et réécrit l’histoire avec la lumière. Quand le visuel convoque le textuel…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *