Annette Messager et le livre pour enfant

J’ai découvert le travail d’Annette Messager lors de cette journée à Arras, consacrée à l’album pour enfant et la photographie.

Ces deux ouvrages, parus chez Seuil Jeunesse et QUI Quand Quoi, en 2003, sont bien destinés aux enfants.

Si les univers, grimaces et doudous, sont bien ceux de l’enfance, le lecteur s’interroge. Pour le premier, l’artiste  pend et démantibule  peluches et  poupées tandis que dans le second, elle met en regard animaux empaillées, couverts d’un masque façon membre actif du Ku Klux Clan,  et grimaces d’enfants.

Que permet la photographie dans ces ouvrages ? D’exprimer les peurs, les angoisses, les cauchemars et peut-être les envies les plus sombres qui trottent dans la tête des enfants ? Ou bien, une nouvelle fois, est ce l’inconscient d’une artiste qui s’expose dans ces photographies ?

D’autant qu’aucun mot explicatif, rassurant, dédramatisant, n’accompagne ces photographies. Il s’agit plutôt de provoquer et de libérer la parole grâce à la photographie, comme le font les psychologues des services pour enfants victimes de violence.

Ce n’est une nouvelle fois pas la photographie comme technique d’illustration qui doit poser problème aux parents dans le choix de ce livre pour la lecture du soir, mais bien le choix de la thématique abordée par l’artiste et son traitement.

Sur le site de Libération  : «L’art doit questionner et déranger»: http://www.liberation.fr/evenement/2006/11/20/l-art-doit-questionner-et-deranger_57822

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *