Ergy Landau

ergy-landau-self-portrait

Ergy Landau est née en 1896 dans une riche famille de marchands hongrois. Elle commence à étudier la photographie sous la houlette de différents photographes, dont  Olga Maté, son amie. Elle ouvre un studio, en 1919, dans le 4ème arrondissement de Budapest, quai Jozsef Ferenc. Son travail est largement inspiré par le style pictorialiste.

A partir de 1923, elle s’installe à Paris, ouvre le studio Landau, rue Lauriston, se consacre aux portraits, aux nus et aux photographies de paysages, jouant sur la lumière et les détails. Ylla et Nora Domas se forment chez elles. Son salon rassemble des photographes, des écrivains, et les artistes de la colonie hongroise installée à Paris.

Elle est la première en France à acheter un Rolleiflex 4×4, puis 6×6, qui lui permet de saisir plus aisément les expressions des enfants qu’elle photographie. Ses portraits d’enfants paraissent dans des revues d’arts, sont utilisées dans la publicité puis dans la presse. Elle expose également ses clichés dans des galeries, comme le Studio Saint Jacques en 1934 ou  la galerie Escalle en 1936, aux côtés d’Ylla et Jahan. Elle fait partie du groupe « Les Dix »qui expose en 1936 à la Galerie du décorateur Jules Leleu.

Progressivement, Ergy Landau évolue vers un style humaniste. Membre du « Groupe des XV », elle expose régulièrement au Salon national de la photographie, à la Bibliothèque Nationale, au côté de ses confrères Doisneau, Izis, Ronis … En 1936, elle participe à la première grande exposition officielle consacrée à la photographie dans un musée de l’Etat, au pavillon de Marsan, au Louvre. En 1936, encore, le Daily Mirror lui commande 365 photographies d’une petite fille pour illustrer l’actualité politique au quotidien. Elle renonce rapidement à ce projet.

Elle réalise trois albums pour enfants  :  Le Petit chat,  Enfants et Horoldamba le petit Mongol.

Elle décède à Paris en 1967.

Références des ouvrages pour enfants :

Enfants, Ergy Landau, Paris, O.E.T, 1936.

Le Petit Chat,  , Ergy Landau, Maurice Genevoix, Paris, Arts et métiers Graphiques, 1957.

Horoldamba le petit Mongol, Ergy Landau, Yves Bonnieux, Paris, Calmann-Levy, 1957.

 

Littérature de jeunesse et altérité dans les documentaires fictionnels des années 50

$_35     P1070836

Après deux guerres mondiales, la découverte des massacres perpétués dans les camps nazis, le monde s’engage dans une nouvelle voie, celle d’une communion humaine et de la paix. C’est l’époque de la création des grandes organisations mondiales avec l’Onu qui doit garantir aux générations futures le maintien de la paix, l’Unesco qui gèrera les problèmes culturels ou scientifiques, l’Unicef qui se consacrera à l’enfance.

Les arts et la culture seront les alliés de cet élan pacifiste. Pour la photographie, c’est la pleine époque de la photographie dite « humaniste », dont la tendance était déjà amorcée avant-guerre, avec des photographes comme Brassaï, Kertesz, Kollar en France. Les tenants de ce courant exaltent la nature humaine, chantent sa dignité, avec des thèmes précis : la famille, le travail, le bonheur familial, la beauté des paysages français, dans un premier temps, puis avec une dimension internationale, car l’Europe n’est plus le centre du monde. L’exposition « The Family of Man[1] », présentée en 1955 au Moma, sous la houlette de Steichen,  est l’exposition phare de ces années pendant lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, doit montrer l’unité de l’homme, dans sa diversité.

C’est l’époque des grandes agences de photographes qui envoient leurs photographes-reporters aux quatre coins du monde, à une époque où on ne voyage pas encore. Le public a soif d’images et découvre le monde dans des périodiques comme Paris Match, créé en 1949, auquel Cartier Bresson participe avec un reportage sur Changaï, Brassaï sur Séville, mais aussi Réalités[2], créé en 1946, qui fait découvrir, grâce à Cartier-Bresson, Bischof et Boubat, l’Inde, le Japon, la Mongolie, des territoires encore mal connus.

L’édition est un autre vecteur de diffusion de la photographie et souvent les photographes s’allient à de grands écrivains, à l’initiative de grands éditeurs tels Robert Delpire, Claude Arthaud ou Albert Mermoud à Lausanne, pour faire connaître le monde et abolir les frontières. La Guilde du Livre réunit ainsi Doisneau et Cendrars pour La Banlieue de Paris, en 1949, Izis et Prévert pour Charmes de Londres, en 1952, Malraux et Izis pour Israël en 1955.

Dans ce contexte, l’édition pour la jeunesse ne peut-pas être en reste dans la diffusion des idées humanistes. L’enfant étant l’avenir de demain, il faut le former. En France, en 1944, les membres de l’association « Pour le livre[3] » s’engagent « à coopérer par tous les moyens à leur disposition à l’œuvre d’éducation et de formation d’une pensée libre qui doit préparer un avenir meilleur[4] ». Une exposition « L’enfant et le livre », est présentée à la Bibliothèque nationale de novembre 1951 à janvier 1952 : « Les représentants des nations qui participent à cette conférence auront le loisir de confronter les légendes, les traditions, les coutumes, les mœurs des pays qui ont envoyé des livres […] et, à travers les réseaux de ces contes et de ces images de montrer la solidarité de tous les petits enfants de la planète [5]». Un Prix de l’enfance[6] est créé en 1954.

L’international Board on Books for Young peopole (IBBY) est fondé en Suisse, en 1953, avec pour objectif de « permettre aux enfants de lire des livres de toutes les cultures pour favoriser l’entente entre les peuples [7]».

L’image étant le langage le plus simple pour parler aux enfants, la photographie ne peut que servir ce projet. La photographie doit donc, dans ces ouvrages pour la jeunesse, servir de documents, informer le jeune lecteur, témoigner de la réalité de l’Autre, l’emmener à sa rencontre, lui permettre de dépasser les frontières, et faire en sorte que l’Autre et lui soient semblables.  Des collections consacrées aux enfants du monde voient ainsi le jour chez les éditeurs, avec la publication d’albums photographiques. Nathan lance la collection « Enfants du monde » avec les nombreux livres de la photographe Dominique Darbois qui,  à partir de 1952, fait découvrir aux jeunes lecteurs la vie d’autres enfants : « Tous divers ils se ressemblent, s’enrichissant-et nous enrichissant de leurs différences. Un petit indien d’Amazonie ouvre le ban en 1952, rejoint au fil des années, par un Africain, un Esquimau, un mexicain, une japonaise…Après tout ce temps passé à explorer les lieux et les humains, j’espère avoir réussi à transmettre ma conviction que ce mode, dans sa diversité et sa complexité, est un : le nôtre, notre monde à tous[8]». La maison Hatier lance la collection « Connais-tu mon pays », « reportage à peine romancé sur la vie et les coutumes d’un pays [9]» avec des titres comme En Iran avec Reza, en 1963,  Au Japon avec Harumi. La maison Geldage publie des romans illustrés de photographies documentaires, comme Annie au Danemark  en 1957 et la maison Hachette sort Deux enfants autour du monde, en 1955, récit de voyage illustré par la photographie.

Hélas, ce projet, si louable soit-il, reste à la frontière des pays qu’il tente de faire découvrir…

 

 

[1] En 1955, Edward Steichen, responsable du département de  photographie au Museum of Modern Art de New york, réunit 530 photographies déjà publiées dans la presse, dans un grand dessein humaniste.

[2] « Réalités », mensuel d’actualités avec reportages photographiques publie un numéro spécial « Tour du monde » en 1955, avec des photographies de J-P Charbonnier. Boubat publie des reportages sur la vie de tous les jours en Chine, Moyen orient, Russie. .. . En 1978, le mensuel cesse sa publication.

[3] Livre mon ami, catalogue de l’exposition des Bibliothèques de la ville de Paris,  établi et dirigé par Annie Renonciat, 1991, p. 99.

[4] Parmi les Membres fondateurs : Bourrelier, Hartmann, Berger-Levrault et Geldage.

[5] Catalogue de l’exposition  « L’enfant et les livres », BnF, 1951, cité dans l’ouvrage Livres mon ami, 1914-1954, 1991, p. 100.

[6] A l’initiative du Centre International de l’Enfance. Georges Duhamel est  président du jury. Le premier prix est attribué à Paul Jacques Bonzon pour Les orphelins de Sumatra, Hachette.

[7] Yvan von Arx, « Littérature de jeunesse et altérité », projet de l’ISJM, parole, 1/2006.

[8] Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 2 à nos jours, Paris, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001, p. 28.

[9] Marc Soriano, « Les livres pour enfants », Enfance, tome 13, n°4-5, 1960, pp.  501-512.

 

parana-le-petit-indien-de-francis-maziere-livre-869730977_L

 

Salon du livre de Paris 2016

12672096_10207574029163340_7919820186040389754_o

Séance de dédicaces pour les éditions Yomad, sur le stand du Maroc.

Et petit tour sur les stands des éditeurs et quelques entretiens avec des responsables des maisons d’éditions  : « Des albums pour enfants illustrés par la photographie ? Oui, pourquoi pas…En fait, on n’y pense pas….Il faudrait voir si c’est porteur » ou bien encore « non, non, les écrivains n’aiment pas être illustrés par la photo », ou encore « En fait, on ne reçoit pas ce genre de propositions…et la photo, c’est compliqué »…

 

 

 

 

« Alice in Wonderland » de Suzy Lee

suzy lee

Suzy Lee, au salon du livre de Paris, mars 2016.

« Et, pensait Alice, à quoi peut bien servir un livre sans images, ni conversations ? »

alice in wonderland

Ainsi commence le livre de Lewis Caroll, Alices’ Adventures in Wonderland, publié en 1865.

En plus de 100 ans de rééditions et illustrations de ce livre, devenu un classique, les images qui accompagnent le texte ont suivi l’évolution des courants artistiques. Suzy Lee propose dans son Alice in wonderland une interprétation toute personnelle, en se passant des mots. Elle donne  toute la suprématie à l’image photographique qui possède  ici, un haut pouvoir fictionnalisant et provoque une multiplicité des sens.

En utilisant ce médium, Suzy Lee nous fait accéder à un autre monde, au  rêve qui peuple l’esprit du regardant-lecteur, adresse un signe à l’enfant qui n’est plus neutre, simple récepteur, mais se retrouve impliqué dans le processus de construction des images.

Suzy Lee est née à Seoul, vit et travaille à Singapour. Après avoir obtenu un Master of Arts in Book Arts auprès du Camberwell College of Arts (2001), de Londres, elle a participé à de nombreuses expositions dans le monde entier et a obtenu de nombreuses récompenses. Elle a publié un autre livre aux éditions Corraini : Mirror et l’onde. Alice in Wonderland est son premier livre.

Alice in wonderland  est publié en 2002 aux Editions Corraini, en Italie et a ensuite connu plusieurs rééditions en 2005, 2009 et 2012.

 

La photographe Ylla

Yllawithtoucan1950

©Pryor Dodge

Kamilla Koffler, est née en 1911, à Vienne, de parents roumain et hongrois. Elle prendra, pour sa carrière, le pseudonyme d’Ylla, mais continuera à signer sa correspondance du nom d’Ylla Koffler.

A Belgrade, elle se consacre à des études de sculpture, chez Peter Palavicini, puis part pour la France en 1931, et s’inscrit à l’Académie Collarossi. Lorsqu’elle s’installe en France, en 1931, elle découvre la photographie. Ses premiers portraits d’animaux sont remarqués par une agence et la jeune femme se lance alors dans des études de photographie. Elle devient retoucheuse de photo au studio d’Ergy Landau, qui l’introduit dans le milieu des artistes à Paris et lui donne l’occasion de fréquenter la diaspora des photographes hongrois, parmi lesquels Brassaï, Kertesz, Kollar. En 1932, poussée par celle qui est devenue son amie, elle fait une première exposition personnelle à la galerie de la Pléiade. Elle ouvre le studio Ylla, à Paris, rue Desremaudes et se spécialise dans la photo animalière à partir de 1933. Elle vend ses photographies à la presse. Ses photographies de chats illustrent ainsi un article du « Monde illustré » en 1934. En 1936 et 1938, elle vend des photos de chevaux et de singes à la revue « Regards sur le monde du travail ».

Elle expose son travail dans des galeries comme chez le décorateur Jules Leleu et fait partie du groupe « Les dix »,  aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar,  Landau, Schall, Tabard et Zuber. Elle participe à la première grande exposition officielle, dans un musée de l’Etat, consacrée à la photographie, au pavillon de Marsan, en 1936.  En 1937, elle fait partie de l’exposition « Les Dix », aux côtés de Brassaï, Boucher, Dumas, Kertész, Kollar, Landau, Schall, Tabard et Zuber. La même année, elle publie Chats, puis Chiens aux éditions EOT et Petits et grands chez Arts et Métiers Graphiques, en 1938. Fuyant le nazisme comme d’autres artistes, elle part pour les Etats-Unis en 1941 et se fait naturaliser américaine. Elle y poursuit sa carrière de photographe animalière, publie de nombreuses photos dans des revues américaines et des ouvrages pour enfants. En 1954, répondant à l’invitation du maharadja de Mysore, elle se rend en Inde. Elle y décède dans un accident de voiture, lors de son ultime reportage photographique, en 1955.

Quelques ouvrages d’ Ylla  :

 Ylla, Jacques Prévert, Le Petit Lion, Paris, Arts et métiers graphiques,1949.

Ylla, Jacques Prévert, Des bêtes… Paris, Gallimard,1950

Ylla, 85 chats, Lausanne, La Guilde du Livre, 1952.

Ylla, Paulette Falconnet, Deux Petits Ours, Lausanne, La Guilde du Livre, 1954.

Ylla, Paulette Falconnet,  Le Petit Éléphant, Lausanne, La Guilde du Livre, 1955.

Ouvrages posthumes :

Ylla, Mères et petits, Lausanne, Lausanne, Clairefontaine, 1958.

Ylla, Animaux des Indes, Lausanne, La Guilde du Livre, 1958.

 

La Bibliothèque de l’Heure Joyeuse

56627-ex-libris-d-origine-de-l-heure-joyeuse-cree-et-colle-dans-tous-les-livres-des-1924-legerement-remanie-pour-adapter-l-adresse-et-la-mention-ville-de-paris-par-la-suite-ce-

Le 12 novembre 1924 est créée  à Paris, à l’initiative des membres américains du Book Committee on Children’s Libraries,  la première bibliothèque française, dévolue aux enfants : La Bibliothèque de l’Heure Joyeuse.

Petite révolution dans le domaine de l’accès aux livres : ouvrages adaptés aux  enfants, mobilier  à la taille des lecteurs, bibliothécaires formées à la lecture pour la jeunesse, qui feront de cet espace un lieu plein de vie autour du livre, avec des expositions et des lectures publiques. La bibliothèque se veut aussi un espace entre la maison et l’école, un lieu de plaisir et de détente autour du livre.

Autre grande innovation, sous l’influence du mouvement Education Nouvelle de Freinet et Montessori,  la liberté accordée à l’enfant de choisir lui même ses livres.

Dans l’idée des fondateurs, ce modèle de bibliothèques devait être amené à se développer partout en France. Mais il faudra attendre 1935 pour qu’une seconde bibliothèque de ce type soit créée à Versailles, puis l’après-guerre, pour qu’ une soixantaine de bibliothèques calquées sur ce concept voient le jour. Nos bibliothèques actuelles sont issues de cet héritage direct.

Le Fonds historique de l’Heure Joyeuse a été intégré à celui de la médiathèque Françoise Sagan, en 2014, qui ajoute à sa mission traditionnelle de prêt, une mission de valorisation de ce  patrimoine.

 

Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage

7e1e6f_a3fda9a78d8e98904ff8d8da29844332Une des tendances de l’album pour enfants illustré par des photographies est la mise en scène de figurines ou de marionnettes. Séverine Thevenet, l’auteure de l’album Ma grand-mère ou l’enfance dans un corps sage, sorti en 2009, aux éditions « La cabane sur le chien », repris en 2012 par les « éditions du Jasmin », est photographe et marionnettiste.

Pour cet album, Serge Gutwirth  réalise les photographies, Séverine Thévenet conçoit le texte, la marionnette et sa mise en situation dans un décor réel. Le dialogue, très court, entre la jeune auteure, présente sur les photographies, et sa grand-mère-marionnette se trouve  en regard des images.

Il faut signaler de la même auteure, Litli, aux éditions « Où sont les enfants », en 2008, J’aime/j’aime pas, un imagier photographique, aux « Editions du Rouergue » en 2010, et un très bel imagier en langue des signes sorti en 2015, aux éditions « L’âne bâté »,  Des signes et moi.

7e1e6f_fdfc115e25b94c96a71eca90bd4c4c23

Archives Photographiques au Fort St Cyr

DSC_0704

http://www.culture.fr/Actualites/Architecture-Patrimoine/Les-archives-photographiques-des-monuments-historiques

« Les collections des archives photographiques, constituées à partir du XIXe siècle, concernent historiquement la photographie d’architecture – de la Mission héliographique à Atget, mais aussi les versements réguliers des architectes en chef des monuments historiques. S’y ajoutent le Fonds Guerre, des ateliers de portrait ou des fonds de photographes amateurs.

Depuis 2005, les fonds gérés autrefois par Patrimoine photographique, issus de donations faites à l’Etat, sont venus enrichir le corpus initial : photographes des années 1930 à 1940, tels que Kertész, René-Jacques, Colomb ou Bovis, des photographes de plateau comme Roger Corbeau et Raymond Voinquel mais aussi des photographes comme Daniel Boudinet ».
J’ai pu consulter les Fonds André Kertész, Thérèse Le Prat, François Kollar….

La collection « Te Cuento » aux éditions Alkibla

image

La collection d’albums réunit des textes, réécriture de contes traditionnels, avec des reportage photographiques de Clemente Bernad, en phase avec l’actualité brûlante. La rencontre entre les deux récits, récit fictionnel et récit photographique, fait naître un dialogue inattendu et surprend le lecteur.  A partir de 10 ans.

 

http://www.alkibla.com/editorial/te-cuento/ :

« la colección « Te cuento…« , en la que volvemos a trabajar en la relación entre palabra e imagen documental, poniendo en contacto versiones actualizadas de cuentos clásicos y discursos documentales sobre temas de actualidad.

La colección se compone de doce títulos que aparecerán en grupos de tres.

Los libros están destinados para todo tipo de público y están especialmente indicados para trabajar en un entorno educativo y familiar, favoreciendo el espíritu crítico así como la puesta en relación de contenidos literarios basados en la ficción con imágenes de referente real.

 

Los cuentos corren a cargo de Patxi Irurzun, José Ovejero, Marta Sanz, Isabel Bono, Emilio Silva, Javier López Menacho, Belén Gopegui, Isaac Rosa, Manuel Rivas, Hasier Larretxea, Felipe Zapico, Juan Carlos Mestre y Juan Carlos Monedero. Todos los cuentos están acompañados por fotografías de Clemente Bernad y las portadas son de Zuri Negrín. »

 

Erich Kästner, sauvé des flammes

Dans un article du Monde des Livres du 4 mars 2016, Raphaëlle Leyris  présente Vers l’abîme, un texte d’Erich Kästner, écrit en 1931, traduit aujourd’hui pour les éditions Anne Carrière . N’oublions pas qu’Erich Kästner avait fait paraître un livre pour enfants Emile et les détectives , adapté au cinéma en 1931. Un roman avec les photographies tirées du film sortira chez Stock, en 1931, puis au Club Français du livre en 1949.

18048_1

Exposition François Kollar au Jeu de Paume

Cat_Kollar

Photographe de mode, et de publicité, il publie ses photographies dans L‘Illustration, VU, Voilà, Art et Médecine ou Plaisir de France.

Il s’oriente ensuite vers le reportage photographique consacré au  monde du travail. Il illustre également les textes de Paul Valéry, Pierre Hamp, Lucien Favre… Pour les enfants, il illustre trois albums à colorier avec photographies,  aux éditions du Pélican : Les animaux de la ferme (1933,) La belle histoire du petit pain, (1933), Le merveilleux voyage de rufisquin (1935).

Photolittérature pour la jeunesse