« Enfants du monde » suite

Pour_une_critique_du_design_graphique

Catherine de Smet analyse dans un chapitre de son livre Pour une critique du design graphique , ce qui, selon elle, a assuré le succès et la longévité de la collection « Enfants du monde », de Parana le petit indien en 1952 à Manuela la petite brésilienne en 1975  et l’a protégée de l’anathème régulièrement adressé aux ouvrages pour enfants illustrés de photographies.

Elle décrit ainsi le rôle fondamental du maquettiste Pierre Pothier, et de ses successeurs, dans la conception visuelle des ouvrages, la nouvelle configuration de l’espace-page, le choix des photomontages, des aplats colorés,  lettrines, ou autres éléments figuratifs, qui viennent, selon elle, « illustrer » les photographies de Dominique Darbois.

Ces albums sont, pour Catherine de Smet, une proposition faite aux jeunes lecteurs de l’époque, d’aller vers de nouveaux langages plastiques innovants pour créer à leur tour des  livres innovants.

Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique, Dix-huit essais, Editions B42, 2012.

 

L’album-théâtre

l-album-contemporain-et-le-theatre-de-l-image-espagne-france-9782812429354_0

Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image, Espagne, France, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2014, 468 p.

De nombreuses  albums pour enfants contemporains multiplient leurs rapports avec l’art dramatique, que ce soit par le verbe ou par l’image.   L’illustrateur devient alors metteur en scène-scénographe, le personnage devient comédien, l’espace de la page se calque sur celui de la scène et le lecteur se mue en « spectalecteur »…

Voir l’article de présentation sur Fabula :

Alice Brière-Haquet, « L’album ou l’enfance mise en scène », Acta fabula, vol. 17, n° 3, Notes de lecture, Avril-mai 2016, URL : http://www.fabula.org/revue/document9753.php,

The Family of Man

 

P1080571

La légendaire  exposition The Family of Man , créée par Edward Steichen pour le New York Museum of Modern Art (MoMA) en1955 est visible au château de Clervaux, au Luxembourg.  503 photographies de  273 photographes  exposent la condition humaine, tout autour du monde.

P1080572

Deux autres sites au Luxembourg présentent le travail de ce photographe américain d’origine luxembourgeoise.

unnamed (2)

 

ESSE 2016, Suzy Lee’ s « Alice in wonderland », rewriting by images

IMG_4143

Dans le cadre du Congrès ESSE qui se tient cette semaine à Galway, en Irlande,  je présenterai cet ouvrage de Suzy Lee, mardi 22 août, à 17h, salle 15.

Introduction :

« The book Alice in Wonderland belongs to this production of children’s albums and books, which give new borders to children’s books. Images used to be a way, added to orality and words, to give the child the opportunity to meet literature. In this book, Images without words wonder us whether it’s still necessary to use verbs and words, in children’s books.

Well, here are three possible ways we might go about this book.

First of all, we are going to introduce this book which is at the junction of different artistic currents.

In a second part, we will try to analyze how this book, taking roots in Charles Ludwig Dodgson’s work, is able to escape from it, given images a voice.

In a final part, we will study how the viewer-reader is deeply involved in the act of reading. He has to re-build the book. Using the photographic medium, Suzy Lee puts him on the border between reality and dream. »

 

Les petits français illustrés 1860-1940

PFICouv

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le livre destiné aux enfants devient « le livre pour enfants ». L’image, qui envahit par ailleurs les illustrés, les magazines et la vie quotidienne, est partie prenante de cette évolution. Elle est repensée en vue d’être adaptée au jeune lecteur. Son rôle n’est plus simplement d’instruire et éduquer mais aussi d’informer, de témoigner, d’émouvoir et de séduire. Elle donne même une illusion de réalité à la fiction écrite par Jules Verne.

Après la première guerre mondiale, l’image évolue encore, prend son autonomie par rapport au texte, affirme son statut propre, revendique l’importance de son langage, entraînant la métamorphose de l’espace-livre, espace dévolu à l’enfant et pensé pour lui. L’enfant lui-même est repensé par la société et sa représentation dans le livre évolue, de l’adulte en réduction à sa représentation symbolique par anthropomorphisme ou le jouet.

Claude–Anne Parmegiani rend hommage dans son ouvrage au rôle fondamental d’éditeurs comme Hachette, Hetzel et Faucher, des nouveaux créateurs tels Boutet de Monvel , Brunhoff, Rabier, Samivel, Lorioux, Rojankovsky, Parrain, et analyse les influences des grands courants artistiques européens, le constructivisme soviétique, le Bauhaus allemand, mais aussi l’impact de la psychanalyse, des pédagogies nouvelles qui font évoluer le livre, un moment, vers un espace de jeu et de création.

Il ne s’agit pas simplement de lire ici une passionnante Histoire du livre pour enfants, mais de retrouver les racines des ouvrages qu’ont entre les mains les lecteurs d’aujourd’hui.

Une liste des principaux illustrateurs de la période 1860-1940 complète cet ouvrage très riche et instructif.

Claude-Anne Parmegiani, Les petits français illustrés 1860-1940, Editions du Cercle de la librairie, 1989.

 

ESSE Galway Monday 22nd – Friday 26th August 2016

 “Word and Image in Children’s Literature”

« This seminar will consider the interaction between words and pictures which lies at the heart of children’s literature. Meant to entertain and instruct, children’s literature stages the complicity between two semiotic codes engaged in a relation which is alternately, or simultaneously, didactic, hermeneutic, emblematic, aesthetic or ludic, as words and pictures serve or subvert each other, complete or compete with one another. In our discussion of the ways in which the hybrid combination of text and image is what produces meaning as well as provides verbal and visual pleasure, we will also examine the status of the reader/viewer of such texts, thus broadening the emphasis on formal issues to cultural and historical issues of power and gender. »

Session A: Monday 16:00-18:00

  1. Nature and Form of Picture Books

Véronique Alexandre (Université de Caen Normandie, France)

Taking a closer look at The Stranger by Chris Van Allsburg (1986) – the intersection of art forms as meaningful clue.

Rachel Dickinson (Manchester Metropolitan University, England)

‘Drawn by Me and Mr Shepard Helpd’: Authority and the ‘Child’ Illustrator in Children’s Fiction.

 Magdalena Sikorska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Beyond the verbal and the visual: the ‘sensual’ in picturebooks.

  1. On Editorial Choices and How They Affect Picture Books

Linda Pillere (Aix-Marseille Université, France)

Convergence and Divergence of Verbal and Visual Modes of Representation in Children’s Fiction

Jiri Rambousek (Masaryk University, Czech Republic)

Translations Illustrated

Session B: Tuesday 08:30-10:30

  1. To Divert and To Instruct: The Educational Dimension of Picture Books

Justine Breton (Université de Picardie Jules Verne, France)

Representing Political Education in Child-Oriented Media: The Case of T. H. White’s The Sword in the Stone

Alice Mahon (University of Cambridge, England)

Dorothea Tanning’s Chimerical World in an Age of Terror.

Katarzyna Smyczyńska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Contemporary Tales of Terror in Words, Images, and In Between

  1. Moods and Ideas: The Political and Philosophical Dimension of Picturebooks

Shona Kallestrup (University of St Andrews, Scotland)

Life imitates art: word, image – and interior design – in the children’s tales of Queen Marie of Romania

Isabelle Gras (Université Bordeaux Montaigne, France)

Metaphorical Display of Moods and Ideas in Picturebooks by Neil Gaiman and Dave McKean, by Shaun Tan and by Brian Selznick

Jade Dillon (Mary Immaculate College, University of Limerick, Ireland)

Deconstructing Minds: A Psychoanalytical Deconstruction of the Brain as a Fantasy Island in Disney-Pixar’s Inside Out

Session D: Tuesday 17:00-19:00

  1. Animals and Animality in Picturebooks

Claudia Alonso (University of Valencia, Spain)

The animal seen, the animal read: A few considerations on the complex nature between nonhuman otherness and children’s literature.

Elizabeth and James Wallace (Boston College, USA)

Animals and Animalism in the Illustrations of Garth Williams

Hélène Gaillard (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Representing & Retelling the Three Little Pigs’ Story: Words and Images in Postmodern Variations

  1. Variations on Lewis Carroll

Rose Weeber (American University of Paris, France)

‘Curiouser and Curiouser’: Charles Robinson’s Invasion of Wonderland

 Laurence Le Guen (Université Rennes 2, France)

Suzy Lee’s ‘Alice in Wonderland’: Rewriting by Images

Raluca Petrescu (ENS Paris, France)

Nonsense as state of consciousness: The Mad Gardener’s Song and its
illustrations in Lewis Carroll’s Sylvie and Bruno

 

 

 

« Photographs rendered in Play-Doh » d’Eleanor Macnair

d6f9dfd93cf6ba78b61419289ab7a706

Helen Tamaris, par Man Ray, 1929.

https://photographsrenderedinplaydoh.tumblr.com/

Et sur le site de Courrier International : http://www.courrierinternational.com/diaporama/photographie-les-plus-grands-cliches-recrees-en-pates-modeler

« Reproduire les clichés des célèbres Diane Arbus, Man Ray, Malick Sidibe ou Walker Evans avec de la pâte à modeler : c’est ce que l’artiste Eleanor Macnair appelle son“hommage bizarre à la photographie”.

Depuis 2013, l’artiste londonienne “démontre que la plasticine ne sert pas qu’à occuper les enfants et que son utilisation n’a pas de limite d’âge”, note le magazine américainJuxtapoz. Avec une fausse naïveté colorée “elle revisite certaines des photographies les plus emblématiques de l’histoire”, précise le mensuel culturel.

Pour élaborer ces tableaux dont on croit presque sentir l’odeur, Eleanor Macnair passe des heures à “regarder l’image, étudier sa composition et son éclairage pour décider sur quelles parties du cliché mettre l’accent et lesquelles laisser de côté”, explique l’artiste sur son site. Puis “avec des outils rudimentaires, précise-t-elle, une planche à découper, un scalpel et une bouteille de vin vide en guise de rouleau à pâtisserie”, Eleanor Macnair s’affaire. Une fois le cliché recréé, l’artiste photographie immédiatement l’œuvre avant de la détruire pour “ranger rapidement chaque couleur de pâte à modeler dans la boîte qui lui correspond”.

La série Photographs rendered in Play-Doh compte des dizaines de clichés à découvrir sur le Tumblr et le compte Instagram d’Eleanor Macnair.   »

 

Surréalismus

image

Vient de sortir le premier exemplaire de la revue Surréalismus, consacré ce printemps, aux surréalistes anglais.

Mais il y est aussi question du 150 ème anniversaire des Aventures d’Alice aux pays des merveilles, de Paul Eluard, de  Tristan Tzara, et, surtout, on pourra y lire un dossier consacré à Claude Cahun « digne fille de Lewis Carroll ».

Le numéro suivant sera consacré aux Dadaïstes, « puisque l’essentiel des grandes figures du Surréalisme sont d’anciens dadaïstes ».

Le site www.surrealismus.fr, nous propose de visionner les premières adaptations cinématographiques d’Alice. Réjouissant !

 

 

 

Lire en temps de guerre

458_001

« Les livres roses pour la jeunesse »

Publiés entre 1910 et 1939 par Larousse, en collaboration avec l’éditeur anglais Stead qui diffuse déjà à Paris ses « Books for the Bairns » depuis 1907, ces livres, destinés à être lus « dans les écoles ou en famille », sont en vente par abonnement ou au numéro, au prix modique de 10 à 15 centimes.

Ils sont qualifiés par l’éditeur de « Lectures illustrées les plus saines et les meilleur marché ». Ces petits ouvrages, abondamment illustrés de gravures  dans un premier temps, connaissent un succès considérable, avec un tirage de 40 000 à 50 000 exemplaires.

Entre 1910 et la première guerre mondiale, le jeune lecteur peut y lire des contes et adaptations de la littérature classique, notamment anglaise. A partir de 1915, le répertoire de textes se veut nettement plus orienté vers des récits patriotiques, avec des titres comme :

  • Les enfants héroïques de 1914
  • Les braves petits français
  • Scènes de la guerre en Belgique
  • Traits héroïques de l’armée française

Dans le numéro 154, Le Roi-Chevalier, paru en mai 1915, on trouve une étonnante photographie  des « Petits soldats de Montfermeil », deux enfants de 12 et 13 ans, qui ont su héroïquement remplacer les employés de la commune, partis au front, en servant d’appariteur et tambour de ville. Cette photographie et la lettre qui l’accompagne, sont destinées à montrer « Aux jeunes lecteurs des Livres Roses, qu’il n’est pas nécessaire d’être un homme ou de combattre sur le front pour servir son pays » et que ces braves enfants méritent « Une petite partie de la gloire qui rejaillira, après la victoire, sur tous les bons serviteurs de la patrie[1] ».

Les deux enfants, au premier plan, fixent fièrement le lecteur dans les yeux, l’interpellent. La guerre n’est pas lointaine, mais bien réelle  et chaque enfant, dans son village, est amené à y participer, car les enfants « sont devenus des hommes. Ils ont la même haine vivace envers la brute, la même ardeur dans la vengeance, les mêmes espérances, la même exaltation à la pensée de la prochaine victoire.[2] »

Cette collection d’ouvrages pour la jeunesse fait actuellement l’objet d’une numérisation par la Bnf et est disponible sur Gallica.

 

[1] « Les petits soldats de Montfermeil », p.45.

[2]« L’héroïsme des enfants pendant la guerre », allocution de Pierre Wolff, p.33.

« Maréchal, nous voilà ! »

P1080312

Un trésor déniché ce jour dans le Fonds de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse ! Cet abécédaire a été édité en 1943, par  le bureau de documentation du chef de l’Etat.

Sur la page de gauche, la lettre en majuscule sur fond rouge, surplombe des mots qui, rapprochés, ont une forte connotation politique : drapeau, honneur, képi, travail, union, zèle…

Les autres mots pourraient être simplement liés au monde de l’enfance, si la photographie sur la page de droite, ne se chargeait de les alourdir de propagande. En effet,  le mot  « voiture » devient « voiture du maréchal » qui traverse une foule en délire, « revue » est accompagnée d’une photographie du maréchal saluant des adolescents en uniforme, sous l’enseigne d’un café baptisé à point nommé Victoire », et que dire du mot « wagon », collé à la photographie de jeunes gens dans un train, partant pour le STO, sous les saluts du chef de la nation ?

Le maréchal est partout, dans une classe assis sous sa propre photo pour illustrer le mot « leçon », installé à son bureau, face au mot « travail », habillé en bon grand-père, offrant un « goûter » à un petit enfant,  et, lorsque sa photo n’apparaît pas, c’est un coloriage d’un portrait du maréchal que s’appliquent à remplir deux enfants.

Le plus étonnant est peut-être la page du « y » avec ce gros plan sur les yeux de Philippe Pétain, qui semble s’adresser directement au jeune lecteur !

P1080320

Quand la photographie est utilisée dans le livre pour enfants, dans un souci affiché de convaincre ….

Karel Capek et Dachenka

Dachenka_Couv_dia-88879

 

Karel Capek (1890-1938), romancier d’aventures scientifiques, auteur de pièces de théâtre, inventeur du mot « robot », collaborateur au journal Lidove Noviny, intellectuel proche du pouvoir politique tchécoslovaque, reste aussi dans les mémoires des tchèques comme un auteur de  textes pour enfants.  On citera ainsi ses Neuf contes plus un, Grands contes des postiers, Grands contes des médecins, Conte des oiseaux, Contes des chiens traduits et regroupés en partie en 1974 par les éditions La Farandole, sous le titre 7 contes pas comme les autres.

Dachenka, ou la vie d’un bébé chien, compilation de ses articles rédigés pour la rubrique « Le coin des enfants », est  publiée en 1933, aux éditions Borovy, à Prague et reste  sans doute son plus célèbre ouvrage pour la jeunesse, avec ses multiples rééditions et éditions étrangères.

Dans le cadre de sa collection « Classiques étrangers pour tous », Memo a réédité Dachenka, en 2015, au plus près de sa version originale, celle conçue par le célèbre maquettiste et typographe Karel Teige, un des maîtres de l’avant-garde tchèque.

Le narrateur explique à ses jeunes lecteurs le développement et le comportement d’un chien, mais s’adresse parfois aussi à son jeune chiot, dans un discours mêlé de gravité et de fatalisme. Nous sommes en 1933. Karel Capek, qui participe activement à la vie politique de son pays, assiste avec inquiétude à la montée du nazisme.

Les illustrations légendées encadrent ou bien se mêlent parfois au corps  du texte. Elles sont l’oeuvre de Karel Capek lui-même, dessins naïfs et simples, pleins d’humour, avec de multiples épisodes séquentiels qui nous font instantanément penser à des dessins de Folioscope.

A la fin de l’ouvrage sont regroupées les photographies du photographe-amateur Karel Capek,  qui explique d’ailleurs  sa technique avec beaucoup de drôlerie,   dans un chapitre intitulé « comment on photographie un jeune chien ». Pour reproduire ces clichés, les éditions Memo ont  numérisé les photographies originales de Karel Capek, prises au Rolleiflex et conservées dans sa maison de Prague devenue musée.  Ce travail explique sans doute la grande qualité des images en noir et blanc. Notons au passage que la photographie de la couverture d’origine, photomontage de Teige, n’a pu être retrouvée, ce qui explique la différence entre les éditions de 1933 et 2015.

En 2013, Les Editions du Sonneur avaient déjà réédité Dachenka, à la suite de son Voyage vers le Nord, mais sans ses photos, afin de mettre en avant les talentueux dessins de Karel Capek.

L’ouvrage posthume J’ai eu un chien et un chat, paru en 1939, regroupera Dachenka,  Pudlenka, l’histoire d’un chat avec d’autres photographies de Karel Capek, ainsi que  d’autres histoires d’animaux, fruits de sa collaboration avec son frère l’artiste Josef Capek

Sur le site des éditions MeMo : http://www.editions-memo.fr

Sur le site des éditions du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/livre/dachenka-ou-la-vie-dun-bebe-chien-de-karel-capek

Animaux A Mimer, chez MeMo

rodtchenko_couv

En 2010 les éditions MeMo, en partenariat avec Les Trois Ourses, publient « Animaux à mimer » donnant vie au projet inabouti d’Alexandre Rodtchenko et Serge Tretiakov, respectivement photographe et poète de la Russie des années 20. Les textes, illustrés de dessins, étaient déjà parus dans le journal Le pionnier sous le titre « Samosvieri » en 1926.

Insatisfait du côté sans doute trop plat et inerte du graphisme, le poète sollicite Alexandre Rodtchenko, pour refaire les images et mettre en application ses recherches sur les formes géométriques. Ce dernier, avec la complicité de sa femme Varvara Stepanova, peintre, graphiste et créatrice de motifs décoratifs, dont on retrouve le style sur les pages de garde de l’ouvrage, créé de petits personnages en papiers, symbolisant enfants et animaux, évoluant dans un décor proche d’une piste de cirque ou d’une scène de théâtre. Il photographie ses mises en scène en lumière artificielle, utilise ensuite la double exposition d’images, joue sur les ombres, pour donner du mouvement à ses constructions de papier. Loin d’écraser les scènes de jeu, la photographie donne vie à ces saynètes et les clichés semblent extraits d’un film d’animation. Valerie Rouzeau, poète contemporaine et Odile Belkedar ont travaillé à partir de la traduction des huit poèmes de Tretiakov et d’un choix opéré par l’éditeur dans un stock de clichés de Rodtchenko, pour créer de petits poèmes en français et en russe. Comme à la parade, éléphant, autruche, tortue, cheval, pieuvre, kangourou, girafe, phoque se suivent dans l’enchaînement des photographies et petits poèmes rythmés, qui se font face à face. Le texte donne une voix aux personnages photographiés. Seul le chat, pourtant, bien visible, échappe aux mots.

Ce projet de livre pour enfants ne vit jamais le jour, sans doute en raison du coût trop élevé de la reproduction photographique, mais aussi du nouveau courant artistique qui s’impose dans l’Union Soviétique d’alors, celui du réalisme socialiste. MeMo et les Trois Ourses lui donnent vie presque cent ans après. Les recherches entreprises par les éditeurs dans les archives de Rodtchenko ont permis de réutiliser les plaques de verre originales et les premiers tirages et ainsi d’être au plus près de ce que les artistes auraient souhaité produire. Qui plus est, en insérant une maquette d’animaux à découper et à réaliser soi-même, les éditeurs nantais invitent les enfants à agir et à jouer, dans la droite ligne des souhaits des deux créateurs.

Le livre a obtenu le prix du Meilleur livre d’art pour la jeunesse en 201, au festival international du livre d’art et du film de Perpignan.

 

« Tous photographes ! » au Musée de la photographie de Bièvres

expo-musee_medium

Le Musée français de la photographie vient de ré-ouvrir ses portes à Bièvres,  avec une expo consacrée à l’histoire de la photographie.

Du Daguerréotype et son image en exemplaire unique, affaire d’artisan, à l’iPhone qui permet à tous de photographier, tout et tout le temps , en passant par la révolution Kodak et son appareil simple léger et populaire, l’exposition en dix tableaux donne au visiteur l’occasion de replonger dans plus de cent ans de l’histoire de la technique photographique et  de la créativité qui en découle : cartes de visites Disdéri, illustrations de magazines, collaboration avec des écrivains…

Le moment de se remémorer aussi, à l’ère du numérique, qu’il y a quelques années encore, il ne fallait surtout pas ouvrir son appareil et placer le film à la lumière, sous peine de perdre toutes ses images !

Site du musée http://www.museedelaphoto.fr

Cœur de Pic, un nouveau rôle pour la photographie dans le livre

LeCoeurDePic_couv_dia-6087e

L’album, paru en 1937, chez l’éditeur José Corti, contient 32 «  poèmes pour enfants » de la poétesse surréaliste Lise Deharme, accompagnés de 20  photographies de Claude Cahun, mises en scène photographiées d’objets fabriqués ou trouvés et photomontages. Dans la préface du livre, Paul Eluard, qui a mis en contact les deux créatrices, juge que « ce livre d’images à l’âge que vous voulez avoir », accordant au lecteur adulte le droit de se replonger dans un livre pour enfants.

L’écriture des poèmes précède la réalisation des tableaux. Malgré le temps qui sépare la réalisation des textes et des images, l’ouvrage semble être le fruit d’une parfaite collaboration. Les poèmes donnent vie à ces natures mortes, un peu figées, de la même façon que les images prolongent les mots, en proposant d’autres pistes de lecture. La rencontre des deux arts crée de nouveaux sens, bien loin de la traditionnelle fonction dévolue à l’illustration des livres pour enfants dans les années 30, celle de n’être que redondance du verbe. L’ouvrage a donc une place importante dans l’histoire du livre jeunesse.

Le livre a été réédité en 2004 par les éditions Memo, à Nantes, dans la collection « Les grandes rééditions » :

 » Un parcours à travers l’histoire du livre d’images pour la jeunesse. Les grandes rééditions rendent à nouveau disponibles des œuvres d’artistes, pionniers du livre jeunesse, imprimées au plus près de leur qualité d’origine. Aucune nostalgie dans cette entreprise, mais la conviction que quelques livres par décennie ont la force et la beauté nécessaires pour durer, qu’ils ouvrent de nouvelles perspectives littéraires et artistiques et que des enfants d’aujourd’hui y trouveront autant à voir et savoir qu’il y a presque un siècle ou plus. »

http://www.editions-memo.fr/-les-grandes-reeditions-

En 2014 a eu lieu l’exposition « MeMo, de la feuille au livre » à la médiathèque Jacques Demy, à Nantes, l’occasion pour les créateurs de la maison MeMo de revenir sur la création de leurs ouvrages et notamment du Cœur de Pic :

« À l’occasion de l’exposition Nantes et le surréalisme au musée des Beaux-Arts de Nantes en 1994, Dominique Rabourdin nous avait fait connaître un beau livre, Le Cœur de Pic, paru en 1937 chez Corti et jamais réédité depuis. Lise Deharme, écrivaine et l’artiste Claude Cahun avaient projeté ensemble ce livre, alliant des poèmes d’une cruauté malicieuse à des photographies plaçant figurines, plantes et animaux dans d’étranges petits mondes oniriques. Les photographies de Claude Cahun ont été en partie détruites par les nazis lorsqu’elle fut arrêtée pour faits de résistance. Pour imprimer une nouvelle édition, il nous fallait alors reproduire ces photos d’après la première édition, prêtée par Patrice Allain, commissaire de l’exposition et fin connaisseur des artistes du surréalisme. La reproduction des quelques photographies du livre encore existantes aurait introduit une grande disparité avec celles dont ne subsiste que cette trace photographique. Pour les pages intérieures, et encore davantage pour la couverture, la présence d’une trame, puisque nous partions d’un livre déjà imprimé, compliqua la photogravure. Julien, photograveur, expérimenta avec Yves la sélection et l’impression de deux noirs superposés pour accentuer le contraste. Nous avons demandé à François Leperlier un beau texte sur ce livre, mais nous avons choisi de l’éditer à part et de ne pas l’inclure, pour proposer le fac-similé du Cœur de Pic, tel qu’il avait été conçu. Le livre était à nouveau vivant, pour notre plaisir et celui de la petite-fille de Lise Deharme »

Photolittérature pour la jeunesse