Les livres de poupées, littérature d’éducation

p1080396

Les échanges entre le livre et le jouet sont fréquents. Qu’ils soient poupée ou soldat, le jouet est souvent mis en scène dans les livres pour enfants, avec au moins deux objectifs :

-Distraire l’enfant par des objets qui lui sont familiers et plaisants

-Préparer l’enfant au rôle social qu’il jouera, afin qu’il soit un bon soldat ou une mère de famille exemplaire, grâce au phénomène d’identification.

Fixer ces jouets dans un livre renvoie au rôle pédagogique conféré à l’image. Tandis que le texte prête voix et sentiment à la poupée, l’image place devant les yeux de la jeune lectrice, une autre enfant qui éduque son enfant-poupée, laquelle éduque à son tour la lectrice. Le jouet y perd son statut d’objet pour devenir symbole d’éducation.

Les premiers albums de ce type apparaissent en Europe, illustrés par la gravure, au début du 19ème siècle (Elle trouve la poupée, publié en 1806 ) et seront nombreux, reflets de la société bourgeoise et de ses modèles d’éducation. Au XXème siècle, on recense beaucoup moins de livres de ce type. C’est l’époque des mouvements pour l’Education Nouvelle, qui mettent l’enfant en action. Nous avons toutefois trouvé dans le Fonds de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse, trois ouvrages en langue anglaise, illustrés de photographies. On y retrouve les caractéristiques propres à cette littérature.

p1080359

Dans The story of Delicia, a rag doll, publié en 1935 à Chicago, le rôle de la petite fille est clairement annoncée : “« Delicia, I am your new mother ».

Dans ce The dolls’ journey, publié à Londres en 1932, chez Desmond Harmsworth, les poupées sont victimes de la négligence de leur petite propriétaire. En conséquence, elles décident de partir. L’héroïne du livre prend conscience des conséquences de ses actes et corrige ses défauts : « There was once a little girl called Tora who had a great many dolls. She was fond of her dolls, but she didn’t take care of them very well, as you see. The dolls were so annoyed that they decide to leave Tora and live alone.”

Dans Betty and Dolly publié à Chicago chez The Merrill Publishing &Co en 1935, Betty répète les gestes du quotidien avec sa poupée, comme le ferait une petite maman : « We run to the bathroom and wash our faces and hands. ». Toutefois l’héroïne, Betty, est plus active. Elle et sa tante réaliseront des photographies pour les mettre dans un livre, livre que tient entre ses mains, la lectrice.

« Let’s-said Aunt Ruth who makes pictures for children-let’s all make a book.

-A book about baby Sue, said Betty

-A book about betty and baby sue, added aunt Ruth

-I’ll tall you all about baby Sue, said Betty

-And I’ll take the pictures, said aunt Ruth, and so “

AFRELOCE, 4ème Session

« L’art et l’enfance

045Giovanni_Francesco_Caroto_001« A vos agendas! Le séminaire de l’Afreloce à l’ENS inaugurera à la rentrée 2016 sa 4e session, consacrée à l’art et l’enfance. Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature et Langages) de l’ENS. Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques —arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés.

Ouvert à tous, un samedi par mois, 10h-13h, salle Celan, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e. »

Contact: mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com »

Jouer à la guerre en 1915

cover-1

War in Dollyland (a book and a game) est publié en 1915, chez Ward, Lock and Co, simultanémént à Londres, Toronto et Melbourne.

36 illustrations photographiques, imprimées en similigravure, reproduisent, avec des mises en scène de soldats de bois, des moments clefs de l’affrontement. Le  texte, en dessous, narre la bataille qui oppose les Flat Heads aux Wooden heads, deux armées membres de la même grande armée des poupées : « Wooden heads and Flat heads were members of the same great Doll family ».

Rien ne prédispose ces deux belligérants à s’affronter. Ils ont la même tête, donc rien qui puisse les amener à se disputer. Mais cela conduit toujours aux pires guerres : « Their heads were precisely the same, so there was nothing whatever to quarrel about. But these are always the worst sort of wars ». Les poupées sont aussi sottes que les humains, dit encore le narrateur  : « Dolls are just as stupid as human being ». La critique  est claire, en pleine Première Guerre mondiale et le destinataire est sans doute double.

Derrière la description très réaliste de la  bataille, qui laisse à penser que l’auteur est peut-être un soldat, au regard de ses allusions à la boue, au sort réservé aux espions par exemple, l’humour pointe et la moquerie est flagrante : « Il aligna  ses hommes derrière une barricade à pointe et plaça son artillerie de sorte qu’elle puisse tirer sans tuer les siens, ce qui était une chose très intelligente à faire « , (« He lined up his men behind a spiked barricade and places his artillery so that they could fire without killing their one side, which was a very clever thing to do. ») ou encore lorsque la brigade obéit comme un seul homme,  en dépit de son endormissement: « Vous devez vous souvenir qu’ils étaient debout depuis longtemps, et que rester debout est très fatigant » . ( « The Wonder Brigade turned as one man, in spite of the fact that they were half asleep. (you must remember they had been standing a long time and standing is very tiring). »

6-1024x624

Ce livre est présenté comme un jeu (a book and a game) et d’ailleurs l’auteur indique dès l’incipit comment il faut s’en servir :

« Little Readers

This is at once a book and a game. The book has been made for you: the game you can make for yourselves. Nearly all the toys required you probably have or can model from plasticene; the other odds and ends Mother or Nurse will be only too glad to get you, especially it is a wet day and you are to be kept ‘out of mischief’ »

Il accompagne cette présentation d’une liste d’objets à trouver afin de pouvoir jouer, comme dans le livre.

Harry Golding, l’auteur du texte, s’est peut-être inspiré du livre de H. G. Wells sorti en 1913, Little Wars ( a game for boys from twelve years of age to one hundred and fifty and for that more intelligent sort of girl who likes boy’s games and books, lui aussi illustré de photographies de mises en scène de bataille, avec H.G. Wells en personne, à genoux dans l’herbe !

 

Revolution Ecole

150472_image_73503-crop

Sur le site d’Arte :

« Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des pédagogues d’un nouveau genre forment le projet révolutionnaire de changer le monde en faisant évoluer l’école.

Dans une Europe traumatisée par la Première Guerre mondiale, des pédagogues désignent le coupable : l’école, qui a fabriqué de « braves soldats ». Il convient désormais de construire la paix et d’élaborer une éducation nouvelle pour une génération d’enfants qui, espère-t-on, ne fera plus jamais la guerre. Comment les éduquer sans surveiller et punir ? Comment les aider à s’émanciper ? Rendre l’enfant heureux, c’est faire de lui un adulte meilleur, estiment ceux qui se lancent dans l’aventure. Ils se nomment Rudolf Steiner, Maria Montessori, Célestin Freinet, Alexander S. Neill, Ovide Decroly, Paul Geheeb ou Janusz Korczak, chacun d’eux inventant des méthodes d’éducation. Un pédagogue suisse, Adolphe Ferrière, les réunit au sein de la Ligue internationale de l’éducation nouvelle.

Essor et déclin
En Europe, les écoles nouvelles mettent au cœur de leurs préoccupations l’autonomie, l’éducation mixte, l’apprentissage par les sens, le contact avec la nature et le sport, qui se pratique souvent nu, notamment en Allemagne où le naturisme est en vogue. Mais les conceptions s’affrontent. Faut-il une éducation pour l’élite ou pour le plus grand nombre ? Faut-il laisser toute liberté à l’enfant ou introduire la discipline ? L’élève échappe-t-il à tout programme, fut-il émancipatoire ? Le rêve de l’école nouvelle s’effondre avec la montée des idéologies totalitaires dans les années 1930. À partir d’archives rares, le film raconte l’histoire d’un combat pour le progrès humain, qui s’est construit puis brisé sur les idéologies du XXe siècle, mais dont l’héritage perdure. »

http://boutique.arte.tv/f11245-revolution_ecole_1918_1939

Lire aussi l’article de Cécile Boulaire, sur son site : https://album50.hypotheses.org

 

 

Perle noire, le photobook littéraire

1464188439

Paul Edwards, PUR, 2016.

Un outil indispensable pour connaître l’histoire du « photobook » littéraire. Quelques ouvrages en littérature jeunesse sont mentionnés.

Sur le site des PUR ,

« Perle noire est la première étude complète du photobook littéraire. Il en étudie l’émergence et les contours. Il analyse la technique qui a favorisé son essor et met en relief ses enjeux poétiques et esthétiques. Il comble ainsi une lacune notable dans le champ critique de la photolittérature. Une chronologie de l’illustration, une riche iconographie (250 reproductions) et un répertoire critique de la photolittérature qui complète celui de Soleil noir. Photographie et littérature, témoignent de l’ampleur de ce phénomène aussi riche que méconnu. »

Sommaire :

Le photobook littéraire

  • 1862-1894 : de l’épreuve contrecollée à la similigravure
  • 1895-1960 : l’héliogravure
  • De 1966 à aujourd’hui : du beau livre au livret

L’œil photolittéraire

  • 1863-1907 : la vision du monde (après Darwin)
  • 1900-1908 : la vision de l’écrivain
  • De 1899 à aujourd’hui : la vision du photographe

Répertoires de la photolittérature

  • Royaume-Uni, France, États-Unis, 1838-1939
  • Répertoire de la photolittérature par auteur
  • Répertoire de la photolittérature par photographe
  • Chronologie des livres illustrés par la photographie

Le roman illustré par la photographie ? « Je suis contre, et de toutes mes forces. C’est horrible ! »

p1080441

Ainsi répondait la journaliste et écrivain Séverine à une enquête d’André Ibels, publiée dans le Mercure de France, en 1898.

Pourtant, en 1903, paraît chez l’éditeur Félix Juven, Sac à Tout, mémoires d’un petit chien, un roman de Séverine à destination de la jeunesse, illustré par 78 photographies prises par elle-même.

Le texte narre les bonheurs et malheurs de son petit chien,  Sac à Tout, ses rencontres avec tous les miséreux de la capitale, son audace et son courage pour innocenter un présumé coupable, jusqu’à son arrivée chez Séverine.

Par la voix du chien qui narre ses aventures, on retrouve  les combats de la journaliste, son engagement politique et social en faveur des déshérités, des révolutionnaires, de Dreyfus et des femmes.

Dans la rubrique La vie Littéraire du Figaro, le 31/12/1903, Marcel Ballot compare l’engagement de Sac à Tout  à celui de sa maîtresse, femme de luttes : « Il (Sac à Tout)  donne de la voix, lui aussi, contre toutes les tyrannies, qu’elles aient deux ou quatre pattes. Il est fraternel, pitoyable à toutes les souffrances, qu’elles soient animales ou humaines. »

Les photographies légendées accompagnent la narration, comme des épisodes d’un film. Elles mettent en scène Sac à Tout, dans les illustrations mimétiques du récit.

 

p1080442

L’auteur Séverine, personnage du roman également,  est présente sur certaines photographies, sous le portrait de Jules Vallès notamment, qui fût son mentor. Certaines photographies sont également  des vues du village de Pierrefonds et des intérieurs de sa maison, Les Trois Marches, ce qui contribue à  introduire la fiction dans le réel.

Il nous faut comprendre à présent pour quelles raisons Séverine est passée d’un rejet aussi virulent de la photographie dans le livre à la réalisation et l’insertion de ses propres clichés dans Sac à Tout.

Quand la photographie traduit le texte : « les Bébés d’eau » de Charles Kingsley

p1080321

Autre trouvaille à la médiathèque Sagan, un des plus anciens livres pour enfants illustré par la photographie.

Les Bébés d’eau, paru en 1914, chez Dorbon aîné, à Paris, est une traduction et une adaptation du conte de Charles Kingsley, The water-babies or a fairy Tale for a Land Baby, paru en 1863 aux éditions Macmillan. 

L’action se passe dans le nord de l’Angleterre : Tom, petit ramoneur, accusé à tort de vol , est en fuite. Au cours de son errance, il tombe dans une rivière et se noie. Son âme est devenue un « bébé-d’eau », qui va vivre de nombreuses aventures et rencontrer de nombreux personnages, sous l’eau.  Le fantastique et le « nonsense » de cet ouvrage ne sont  pas s’en rappeler le texte de Lewis Carroll…

Ce texte, originellement destiné à des adultes, a été  de nombreuses fois transformé et remanié pour être adapté à un public d’enfants. Cette traduction et adaptation de Henriette Mirabaud-Thorens  est une des 10 versions françaises de ce conte, publiées entre 1874 et 1956. Cette dernière simplifie le texte, efface les jeux de langage, le transpose dans un espace universel, omet les remarques racistes, colonialistes, expansionnistes du texte originel très victorien et largement inspirées des thèses Darwiniennes sur l’évolution.

Cette version offre également la particularité d’être la seule qui soit  illustrée de photographies. Photographies de paysages, de torrents, de rivières , de chutes d’eau. La technique photographique du début du vingtième siècle ne permet évidemment pas les prises de vue sous l’eau, et c’est, par conséquent, tout un pan du merveilleux et du fantastique du conte qui disparaît.

 

p1080323

Autre constat, ces clichés proches de la carte postale, plongent la narration dans un décor très réaliste du sud de la France, selon l’analyse qu’en fait Paul Edwards, dans son ouvrage paru aux PUR, Perle noire, le photobook littéraire, en 2016 : « la photographie n’est pas glose, mais gloss, lustre ensoleillé, une vision du sud de la France, aux ombres ardentes, des paysages aux accents familiers aux Français qui interdisent le fantastique politique du texte original ». Ce n’est plus une illustration du texte mais une traduction, qu’opèrent ici les photographies .

 

 

 

Ede und Unku

unku_cover

En 1931, paraît  chez un éditeur allemand, Malik-Verlag, un des rares romans illustrés uniquement par des photographies, créées exclusivement pour ce texte.  Le texte est d’Alex Wedding, pseudonyme de la romanciere Grete Weiskopf.  Aucun nom de photographe n’est mentionné. car le photographe ne s’apparente pas à cette période à un illustrateur, mais reste un artiste.

Le livre montre l’amitié entre deux enfants de milieux défavorisés, l’un dont le père est au chômage, l’autre issue de la communauté tzigane. Ce roman peut s’inscrire dans la propagande communiste des années 30. Il sera victime de l’autodafé en 1933.

Les neuf  photographies sont des mises en scènes des personnages que l’on retrouve tout au long du roman,  illustrations mimétiques de la narration. La fiction s’inscrit par conséquent d’emblée dans la réalité.

Cadrage, position du photographe à hauteur des enfants, réalisme des photographies sont choisis afin de faire entrer le lecteur lui-même dans les scènes et créent un sentiment de proximité avec les personnages.

Cet ouvrage témoigne des nouvelles collaborations esthétiques et des recherches pour créer des livres innovants,  dans la période de l’entre-deux guerres, en Allemagne comme en France .

Mathilde Lévêque en donne une analyse détaillée dans son ouvrage Ecrire pour la jeunesse, en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, paru aux PUR, en 2011.

 

« Enfants du monde » suite

Pour_une_critique_du_design_graphique

Catherine de Smet analyse dans un chapitre de son livre Pour une critique du design graphique , ce qui, selon elle, a assuré le succès et la longévité de la collection « Enfants du monde », de Parana le petit indien en 1952 à Manuela la petite brésilienne en 1975  et l’a protégée de l’anathème régulièrement adressé aux ouvrages pour enfants illustrés de photographies.

Elle décrit ainsi le rôle fondamental du maquettiste Pierre Pothier, et de ses successeurs, dans la conception visuelle des ouvrages, la nouvelle configuration de l’espace-page, le choix des photomontages, des aplats colorés,  lettrines, ou autres éléments figuratifs, qui viennent, selon elle, « illustrer » les photographies de Dominique Darbois.

Ces albums sont, pour Catherine de Smet, une proposition faite aux jeunes lecteurs de l’époque, d’aller vers de nouveaux langages plastiques innovants pour créer à leur tour des  livres innovants.

Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique, Dix-huit essais, Editions B42, 2012.

 

L’album-théâtre

l-album-contemporain-et-le-theatre-de-l-image-espagne-france-9782812429354_0

Euriell Gobbé-Mévellec, L’Album contemporain et le théâtre de l’image, Espagne, France, Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2014, 468 p.

De nombreuses  albums pour enfants contemporains multiplient leurs rapports avec l’art dramatique, que ce soit par le verbe ou par l’image.   L’illustrateur devient alors metteur en scène-scénographe, le personnage devient comédien, l’espace de la page se calque sur celui de la scène et le lecteur se mue en « spectalecteur »…

Voir l’article de présentation sur Fabula :

Alice Brière-Haquet, « L’album ou l’enfance mise en scène », Acta fabula, vol. 17, n° 3, Notes de lecture, Avril-mai 2016, URL : http://www.fabula.org/revue/document9753.php,

The Family of Man

 

P1080571

La légendaire  exposition The Family of Man , créée par Edward Steichen pour le New York Museum of Modern Art (MoMA) en1955 est visible au château de Clervaux, au Luxembourg.  503 photographies de  273 photographes  exposent la condition humaine, tout autour du monde.

P1080572

Deux autres sites au Luxembourg présentent le travail de ce photographe américain d’origine luxembourgeoise.

unnamed (2)

 

ESSE 2016, Suzy Lee’ s « Alice in wonderland », rewriting by images

IMG_4143

Dans le cadre du Congrès ESSE qui se tient cette semaine à Galway, en Irlande,  je présenterai cet ouvrage de Suzy Lee, mardi 22 août, à 17h, salle 15.

Introduction :

« The book Alice in Wonderland belongs to this production of children’s albums and books, which give new borders to children’s books. Images used to be a way, added to orality and words, to give the child the opportunity to meet literature. In this book, Images without words wonder us whether it’s still necessary to use verbs and words, in children’s books.

Well, here are three possible ways we might go about this book.

First of all, we are going to introduce this book which is at the junction of different artistic currents.

In a second part, we will try to analyze how this book, taking roots in Charles Ludwig Dodgson’s work, is able to escape from it, given images a voice.

In a final part, we will study how the viewer-reader is deeply involved in the act of reading. He has to re-build the book. Using the photographic medium, Suzy Lee puts him on the border between reality and dream. »

 

Les petits français illustrés 1860-1940

PFICouv

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le livre destiné aux enfants devient « le livre pour enfants ». L’image, qui envahit par ailleurs les illustrés, les magazines et la vie quotidienne, est partie prenante de cette évolution. Elle est repensée en vue d’être adaptée au jeune lecteur. Son rôle n’est plus simplement d’instruire et éduquer mais aussi d’informer, de témoigner, d’émouvoir et de séduire. Elle donne même une illusion de réalité à la fiction écrite par Jules Verne.

Après la première guerre mondiale, l’image évolue encore, prend son autonomie par rapport au texte, affirme son statut propre, revendique l’importance de son langage, entraînant la métamorphose de l’espace-livre, espace dévolu à l’enfant et pensé pour lui. L’enfant lui-même est repensé par la société et sa représentation dans le livre évolue, de l’adulte en réduction à sa représentation symbolique par anthropomorphisme ou le jouet.

Claude–Anne Parmegiani rend hommage dans son ouvrage au rôle fondamental d’éditeurs comme Hachette, Hetzel et Faucher, des nouveaux créateurs tels Boutet de Monvel , Brunhoff, Rabier, Samivel, Lorioux, Rojankovsky, Parrain, et analyse les influences des grands courants artistiques européens, le constructivisme soviétique, le Bauhaus allemand, mais aussi l’impact de la psychanalyse, des pédagogies nouvelles qui font évoluer le livre, un moment, vers un espace de jeu et de création.

Il ne s’agit pas simplement de lire ici une passionnante Histoire du livre pour enfants, mais de retrouver les racines des ouvrages qu’ont entre les mains les lecteurs d’aujourd’hui.

Une liste des principaux illustrateurs de la période 1860-1940 complète cet ouvrage très riche et instructif.

Claude-Anne Parmegiani, Les petits français illustrés 1860-1940, Editions du Cercle de la librairie, 1989.

 

ESSE Galway Monday 22nd – Friday 26th August 2016

 “Word and Image in Children’s Literature”

« This seminar will consider the interaction between words and pictures which lies at the heart of children’s literature. Meant to entertain and instruct, children’s literature stages the complicity between two semiotic codes engaged in a relation which is alternately, or simultaneously, didactic, hermeneutic, emblematic, aesthetic or ludic, as words and pictures serve or subvert each other, complete or compete with one another. In our discussion of the ways in which the hybrid combination of text and image is what produces meaning as well as provides verbal and visual pleasure, we will also examine the status of the reader/viewer of such texts, thus broadening the emphasis on formal issues to cultural and historical issues of power and gender. »

Session A: Monday 16:00-18:00

  1. Nature and Form of Picture Books

Véronique Alexandre (Université de Caen Normandie, France)

Taking a closer look at The Stranger by Chris Van Allsburg (1986) – the intersection of art forms as meaningful clue.

Rachel Dickinson (Manchester Metropolitan University, England)

‘Drawn by Me and Mr Shepard Helpd’: Authority and the ‘Child’ Illustrator in Children’s Fiction.

 Magdalena Sikorska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Beyond the verbal and the visual: the ‘sensual’ in picturebooks.

  1. On Editorial Choices and How They Affect Picture Books

Linda Pillere (Aix-Marseille Université, France)

Convergence and Divergence of Verbal and Visual Modes of Representation in Children’s Fiction

Jiri Rambousek (Masaryk University, Czech Republic)

Translations Illustrated

Session B: Tuesday 08:30-10:30

  1. To Divert and To Instruct: The Educational Dimension of Picture Books

Justine Breton (Université de Picardie Jules Verne, France)

Representing Political Education in Child-Oriented Media: The Case of T. H. White’s The Sword in the Stone

Alice Mahon (University of Cambridge, England)

Dorothea Tanning’s Chimerical World in an Age of Terror.

Katarzyna Smyczyńska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Contemporary Tales of Terror in Words, Images, and In Between

  1. Moods and Ideas: The Political and Philosophical Dimension of Picturebooks

Shona Kallestrup (University of St Andrews, Scotland)

Life imitates art: word, image – and interior design – in the children’s tales of Queen Marie of Romania

Isabelle Gras (Université Bordeaux Montaigne, France)

Metaphorical Display of Moods and Ideas in Picturebooks by Neil Gaiman and Dave McKean, by Shaun Tan and by Brian Selznick

Jade Dillon (Mary Immaculate College, University of Limerick, Ireland)

Deconstructing Minds: A Psychoanalytical Deconstruction of the Brain as a Fantasy Island in Disney-Pixar’s Inside Out

Session D: Tuesday 17:00-19:00

  1. Animals and Animality in Picturebooks

Claudia Alonso (University of Valencia, Spain)

The animal seen, the animal read: A few considerations on the complex nature between nonhuman otherness and children’s literature.

Elizabeth and James Wallace (Boston College, USA)

Animals and Animalism in the Illustrations of Garth Williams

Hélène Gaillard (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Representing & Retelling the Three Little Pigs’ Story: Words and Images in Postmodern Variations

  1. Variations on Lewis Carroll

Rose Weeber (American University of Paris, France)

‘Curiouser and Curiouser’: Charles Robinson’s Invasion of Wonderland

 Laurence Le Guen (Université Rennes 2, France)

Suzy Lee’s ‘Alice in Wonderland’: Rewriting by Images

Raluca Petrescu (ENS Paris, France)

Nonsense as state of consciousness: The Mad Gardener’s Song and its
illustrations in Lewis Carroll’s Sylvie and Bruno

 

 

 

Photolittérature pour la jeunesse