Enfants au naturel, par Ergy Landau

p1090570

Comment photographier les enfants ?  Edition de L’Éclaireur de Nice, 1942.

Pour illustrer ce manuel technique de photographie destiné à des amateurs « ayant déjà des notions de la prise de vue », Hélène Natkin fait appel à Ergy Landau, dont la maîtrise de la photographie d’enfants n’est plus à prouver.

En effet, la photographe a déjà réalisé l’album Enfants, en 1936, chez O.E.T, avec une préface de Marcel Aymé, et s’est fait une spécialité de ces portraits d’enfants dans leur vie de tous les jours, dans son atelier de la rue Scheffer

p1090527

Ergy Landau dans son atelier, Cliché collection privée

Pourquoi choisir des clichés d’enfants pour un manuel technique? Hélène Natkin fait remarquer combien la photographie d’enfants permet d’obtenir un naturel qu’il est impossible d’avoir avec des adultes, si pleins de refoulements : « Ils s’offrent à nous tels qu’ils sont (…) Ils ne jouent pas la comédie ».

Le but de ce livre est de « présenter un recueil suggestif  d’images enfantines apportant au photographe des idées pour varier ses clichés ».

Une photographie de Marcel Natkin figure sur la couverture. Il est l’auteur de nombreux manuels photographiques  et réalisera lui-même Visages d’enfants avec Jaboune, en 1946.

Nadar aéronaute

nadar

Qui s’intéresse à l’histoire de la photographie a, immanquablement, croisé le nom de Nadar, au dos des portraits photographiques des célébrités du XIXème siècle : Baudelaire, Hugo, Musset, Nerval, Sand, Verne…

La biographie de Stéphanie de Saint Marc permet de découvrir que ce photographe-artiste était aussi journaliste pour la « petite presse », caricaturiste, écrivain, passionné de progrès techniques, aéronaute et pilote du Géant, auteur des premiers clichés aériens. C’est aussi un formidable témoignage sur le monde parisien de l’époque de Zola.

41werfuszhl-_sx343_bo1204203200_

Richement documenté, cet ouvrage se lit aussi comme un roman d’aventures, celles innombrables qui marquèrent la vie de cet insatiable curieux  que Jules Verne voyait comme « Un de ces originaux que le Créateur invente dans un moment de fantaisie et dont il brise aussitôt le moule » et qui lui inspira le personnage de Michel Ardan pour son roman De la Terre à la Lune.

Stéphanie de Saint Marc, Nadar, Gallimard, 2010.

 

Pour apprendre à lire, en 1908

img_4536

En 1908, le bulletin de la Société nationale de l’Art à l’école fait la publicité de l’ouvrage Pour apprendre à lire, publié par la maison d’édition Félix Juven, 22 rue Réaumur, à Paris, déjà éditeur de livres pour enfants.

Cet ouvrage est composé d’une « méthode de lecture  basée sur le jeu des organes vocaux » et d’un imagier. Cette méthode d’apprentissage de la lecture par des photographies d’enfants prononçant les différents sons, associées la graphie des lettres et aux syllabes, étaient déjà en vogue à la fin du XIXème siècle, à un moment où l’éducation était une préoccupation du gouvernement de Jules Ferry. On la retrouve dans plusieurs manuels scolaires et dans des planches didactiques destinées à un accrochage mural.

Capturefile: F:LSNMFP Captures17_023399_05 CaptureSN: BQ020049.002372 Software: Capture One 2.9 for Windows
(Musée de l’Education à Rouen)

Henri Manuel, photographe à Paris, spécialisé dans les photographies des personnalités du monde politique, du spectacle, du sport et des arts, réalise les photographies de cet ouvrage. Il photographiera d’ailleurs Séverine, elle-même auteure d’un ouvrage photographique pour enfants, chez Félix Juven, quelques années plus tôt…

 

 

John Berger, sur Arte

john-berger

 

« Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, John Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. John Berger est décédé le 2 janvier dernier à l’âge de 90 ans.

Comment les œuvres d’art deviennent-elles des mythes, et comment les récits se changent-ils en images ? Rares sont les intellectuels qui ont su saisir et transcrire ce double mouvement avec autant de finesse que John Berger. Critique littéraire, auteur de fiction, essayiste politique engagé à gauche, poète et peintre londonien d’origine et savoyard d’adoption, Berger n’a cessé de revenir, au cours de sa carrière, sur les multiples facettes de son sujet de prédilection : le regard. Aussi jette-t-il sur le monde un œil aux aguets, pointant avec justesse le caractère hautement situé du regard – celui de l’artiste ou du spectateur – à l’image des passionnantes émissions Ways of seeing qu’il réalisa dans les années 1970 pour la télévision anglaise.

Dans ce portrait intimiste, John Berger revenait sur sa carrière aussi prolixe que polyphonique. Outre les entretiens exclusifs et riches en images d’archives, sa fille et son fils, respectivement critique littéraire et peintre, mais aussi ceux avec qui il a collaboré, comme le metteur en scène anglais Simon McBurney, le photographe suisse Jean Mohr ou le dessinateur de presse turc Selçuk Demirel, rendent hommage à ce grand homme de culture. »

http://www.arte.tv/guide/fr/062921-000-A/john-berger-ou-la-memoire-du-regard

Erich Kästner, sur Arte

erich-kastner-arte

« Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. S’il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets, c’est avec « Émile et les détectives », un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès.

Il a été journaliste, critique de théâtre, scénariste et auteur de sketchs de cabarets. Mais c’est avec Émile et les détectives, un roman policier pour les enfants, que l’Allemand Erich Kästner (1899-1974) a rencontré son premier succès. Ce pacifiste, dont les nazis brûlèrent les livres, a été toute sa vie un écrivain engagé. Ce docu-fiction jette un éclairage nouveau sur la personnalité d’un auteur phare de la littérature. »

http://www.arte.tv/guide/fr/060191-000-A/erich-kastner

Presse Jeunesse (suite…)

 

jeunesse-magazine

Le magazine Jeunesse Magazine est fondé en 1937, sans que l’on connaisse précisément le nom de l’éditeur, toutefois situé à Paris, rue Gazan (XIVème). Il s’arrêtera au 31 décembre 1939,  faute de moyens en hommes, mobilisés par  la guerre et  en papier « depuis la guerre de Finlande ». Il passera d’ailleurs progressivement, au cours de l’année 1939,  de 24 à 12  pages.

Destiné aux jeunes gens, « c’est-à-dire ceux qui ont cessé d’être des gosses, qui savent voir, qui veulent comprendre, qui regardent la vie en face, qui, demain, seront des hommes ! », il se donne pour ambition de former à un « esprit d’ énergie, de courage sain et loyal ».

jeunesse-magazine-2

Dans cette optique, la photographie abonde  et illustre en majorité les reportages sur les métiers, le sport, les monuments, les colonies…et quelques critiques de films.

Le Petit Français illustré … de photographies

la-mauvaisanterie

La presse pour enfants connaît un fort développement quantitatif à la fin du XIX eme siècle grâce aux éditeurs scolaires, Colin, Delagrave, Hachette notamment, mais aussi qualitativement avec  des  rubriques variées, souvent illustrées.

Certaines revues font appel abondamment à la photographie,  qui envahit à l’époque la société, la littérature populaire et la presse pour adultes. C’est le cas du « Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières », fondé par Armand Colin, en 1889.

La photographie y a le plus souvent un rôle documentaire lorsqu’ elle illustre un reportage sur le Japon ou la Corée, lorsqu’ elle atteste d’un exploit sportif, comme une course hippique ou une épreuve de sauts en longueur, ou lorsqu’ elle témoigne d’un spectacle.  De nombreux portraits d’explorateurs, d’indigènes, des clichés de monuments, d’animaux, attestent de ce qui existe dans d’autres pays.

Bien souvent, l’origine des photographies est mentionnée, qu’il s’agisse d’un explorateur, d’un photographe ou  de la Société de Géographie.

Plus rarement, la photographie supplante le texte et raconte une histoire, grâce à de petits tableaux photographiques, chers à la littérature populaire de l’époque, comme dans cette « Mauvaisanterie », parue dans le supplément du 8 octobre 1904.

Quatre photographies accompagnées d’une légende racontent la mésaventure de l’apprenti boucher Tuboeuf. L’histoire se termine sur une morale : « L’apprenti boucher Tuboeuf, honteux et confus, jura , mais un peu tard, qu’on ne le prendrait plus à s’amuser en route ». La photographie, distrayante, est aussi utilisée pour attester de ce qu’il faut éviter de faire.

Les hommes de l’air et la photographie

 

2716860769

En 1910, paraît, à la Librairie Félix Juven, « Les hommes de l’air (Roman de sport et d’aventures) entièrement illustré par la photographie ».

Cet épais roman pour adolescent (330 pages) plonge son héros, Robert le Briquire, dans des aventures rocambolesques, des bureaux du ministère de la sûreté à Paris, jusqu’à l’Allemagne de Guillaume II, en passant par la cour d’Angleterre, qui lui donneront l’occasion de sauver la paix en Europe.

On y retrouve tous les progrès techniques du début du vingtième siècle, le cinématographe, le vol en dirigeable, le scaphandre, jusqu’à des inventions qui amusent le lecteur d’aujourd’hui : la photographie couleur, le téléphone sans fil … On ne peut que penser à Jules Verne ou à Nadar en lisant ces pages.

La photographie, en pleine page, ou dans le texte, illustre le récit, par des tableaux photographiques mettant en scène les principaux protagonistes. Réalisée en studio, elle est en fait le plus souvent reproduite en similigravure ou redessinée.

Son auteur, Hugues Le Roux (1860-1925) est journaliste, écrivain, homme politique, et surtout grand admirateur d’exploits sportifs. Son roman est d’ailleurs dédié aux aviateurs Aubrun, Leblanc, Legagneux, « Vainqueurs du Circuit de l’est, qui ont fait mon rêve vivant ».

Le livre a été réédité en 2013 chez Hachette, dans un partenariat avec la BNF.

L’ l’imparfait de l’objectif

bm_12379_673198

 

Editions Belfond, Paris, 1989, réédité chez Actes Sud en 2001.

Dans le rétroviseur de la carrière de Robert Doisneau, Brâncusi, Braque, Cartier-Bresson, Léauteau, Léger, Picasso, Ronis, Utrillo… et tant d’ anonymes.

Extrait : « C’est alors que, comme les rois-mages accourant du fond de l’horizon, les philosophes  sont venus nous offrir le punctum et le studium. C’était bien aimable de leur part, mais, à proprement parler, ces cadeaux ne m’ont apporté aucune aide et même, j’ose dire, ils ont fait germer dans ma tête l’impression d’être assailli par une troupe de séminaristes jacassants et qui venaient me chiper mes jouets ». p.187

Boissonnas, une dynastie de photographes, par Nicolas Bouvier .

md20683272203

Dans ce livre publié en 1983, chez Payot, à Lausanne, Nicolas Bouvier, le voyageur-photographe-écrivain suisse, rend hommage à la célèbre dynastie des photographes genevois.

On retiendra que Fréderic Boissonnas(1858-1944), le plus célèbre d’entre eux, celui qui ouvrit des ateliers à Genève, Marseille, Reims, photographia les bébés sur des peaux d’ours, les célébrités à Paris,(Séverine),  la cour à Saint-Pétersbourg, accompagna un Helléniste  en Grèce sur les traces d’Ulysse, ramena des clichés de Tunisie, d’Egypte, pratiquait aussi abondamment les tableaux photographiques, pour lesquels il bricolait des décors  et intégrait ses amis, les membres de sa famille, dont ses nombreux enfants, dans ses  scènes pittoresques.

Dans les roseaux, scènes enfantines, est publié à Genève  en 1896, avec 40 tableaux photographiques et des poèmes de D. Mon.

Sur le site de la Bibliothèque de Genève Numérique, d’autres trouvailles : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bge/bge-numerique/personnalites/boissonnas

 

Mother Goose et la photographie

mothet-goose-93

En 1893, la maison Joseph Knigth Company, à Boston, publie Mother Goose of 93. Dans le même espace d’une pièce de tissu rectangulaire, elle-même collée sur une page de papier, sont imprimés une photographie, un texte calligraphié et des petits dessins.

Dans ces dix tableaux photographiques,  des enfants jouent et illustrent 10 Nursery Rhymes, ces comptines pittoresques  du folklore anglo-saxon, parmi lesquels « Dame Duck’ s lesson », « Little miss Muflet »,  « I’ll tell you a story about Jack a Nory »…

L’auteur, Mrs N. Gray Bartlett (1885-1951) indique son intention de proposer une autre illustration  pour ces petites  chansonnettes : « Rhymes quite old and jingles too, are fitted here to figures new ».

deuxieme

Chez le même éditeur et de la même photographe, en 1892, un autre recueil de  Nursery Rhymes   : Old Friends With New Faces.

 

 

 

Bildebuch, d‘Hannah Höch

original__63536-1480352644

Bildebuch, d‘Hannah Höch (1889-1972), paraît en 1945, à Berlin. Il est réédité en fac-similé avec une traduction en anglais en 2008 par la maison d’édition berlinoise The Green Box, qui le sort enfin de l’obscurité.

Hannah Höch, figure du dadaïsme allemand, fait du photomontage sa marque de fabrique, son mode d’expression. Avec ses photomontages réalisés à partir de découpages et collages de photographies, le plus souvent en noir et blanc, rehaussées de touches de peinture ou de papier de couleur vive, qui font face à autant de courts poèmes, elle créé pour cet ouvrage pour enfants, un jardin fantastique, imaginaire, plein de non-sens, peuplé d’animaux hybrides abolissant les frontières entre les espèces, jusque dans leur nom (The Runfast), qui peut-être existent dans l’imaginaire des enfants.

Ces animaux hybrides sont-ils l’image d’une société déréglée, dévastée, menaçante après la seconde guerre mondiale ? Et ce jardin,  dans lequel ils, évoluent est-il le Paradis perdu ?

JE « Théâtre et photographie », université de Montpellier

img_0620

 Extrait :

« L’album pour la jeunesse Alice in Wonderland, quand la photographie nous fait accéder au  « petit théâtre de l’enfance »

Nombreux sont les ouvrages de la littérature pour enfants contemporaine à multiplier les emprunts au théâtre, par la présence dans certains ouvrages de traditions théâtrales, comme le théâtre de marionnettes et le théâtre d’ombres, par la présence d’éléments visuels  de la scène, comme le rideau rouge. Les spécialistes de la littérature de jeunesse soulignent également la ressemblance métaphorique entre les comédiens d’un spectacle et les personnages du livre, la mutation de l’espace de la page en espace scénique, celle de l’illustrateur en metteur en scène, jusqu’au lecteur qui se mue en spectateur. La complicité entre théâtre et album pour enfant est désormais un fait reconnu.

Mais, lorsque la photographie se mêle de la création des illustrations, de leur insertion dans l’espace visuel du livre, comme dans le Alice in Wonderland, de Suzy Lee, c’est la lecture de l’image de l’album qui s’en trouve complexifiée, par ses rapports à la réalité et à l’imaginaire. »

Doisneau, encore !

doisneau-la-vie-d-un-photographe

Paru en 2012, aux éditions Hoëbeke, cet ouvrage est une mine de renseignements précieux sur le travail de Robert Doisneau, d’autant qu’il contient plusieurs entretiens avec le photographe :

http://www.hoebeke.fr :

« Cette monographie est le dernier livre auquel il participa activement. Pendant plus de soixante ans, il a créé une  incomparable documentation, tout particulièrement sur la vie des Parisiens et des banlieusards: des Halles au Gentilly d’avant-guerre, sa banlieue sud natale ; du Saint-Germain des Prés existentialiste aux villes nouvelles des années quatre-vingt… Ses milliers d’images dépassent largement leur valeur documentaire, obéissant à une perspective d’ensemble, elles forment une œuvre exprimant une vision unique.On a pu étiqueter le regard de Robert Doisneau de diverses façons: reportage humaniste, réalisme poétique…, mais au fond, aucune catégorie n’est parvenue à définir la richesse et la diversité de son travail. Davantage que «ce charmant photographe plein d’humour» auquel il fut souvent réduit, Doisneau est avant tout le témoin engagé d’une histoire en mouvement, hanté par une réflexion profonde sur le temps qui passe, le superflu, l’inachevé, la modernité au sens Baudelairien du terme…. C’est la raison pour laquelle il sut si bien capter ce qui allait irrémédiablement disparaître. S’appuyant sur de longues conversations avec Doisneau durant les dernières années de sa vie, cette monographie explore toutes les facettes de son travail y compris ses aspects techniques. Robert Doisneau souhaitait être porté par la magie des rencontres, «laisser toujours son pied un peu dans la porte pour que le hasard pénétre». Tranches de vies, contacts fortuits, amitiés soudaines et durables : tel est le portrait kaléidoscopique que brosse Peter Hamilton du photographe. Un éternel promeneur qui se lia avec Blaise Cendrars, Maurice Baquet, Jacques Prévert mais aussi avec tel ou tel anonyme : concierge, boucher ou forain… Autant d’images vivantes du «petit théâtre» des univers qu’il traversa. Illustré par quelque cinq cents photographies et documents, cet album dévoile un grand nombre d’images inédites ou oubliées. »

Rencontre photolittéraire avec Colette Fellous (Fondation Michalski, Montricher, Suisse VD)

http://www.fabula.org/actualites/rencontre-photolitteraire-avec-colette-fellous :

« En marge de l’exposition Photolittérature, la romancière et éditrice Colette Fellous sera l’invitée de la Fondation Jan Michalski pour un entretien avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition. Sa pratique d’écriture ainsi que la collection « Traits et portraits » qu’elle dirige au Mercure de France témoignent d’expériences photolittéraires variées où s’entremêlent mots et images pour raconter et se raconter.

Née en 1950, Colette Fellous a passé son enfance et son adolescence à Tunis. À l’âge de dix-sept ans, elle s’établit à Paris où elle vit toujours aujourd’hui. Productrice d’émissions radio sur France Culture pendant plus de trente ans, elle est également une romancière au parcours fécond qui porte souvent l’empreinte des paysages tunisiens. Son œuvre d’écrivain compte notamment un cycle autobiographique paru aux éditions Gallimard – Avenue de France(2001), Aujourd’hui (2005) et Plein été (2007) – qui explore les liens entre la Tunisie et la France à travers sa mémoire personnelle. Dans le premier opus de cette trilogie, l’auteur intègre à sa démarche d’écriture une iconographie – photos de famille, cartes postales, images d’époque – qui laisse entendre une nouvelle voix dans le récit et l’éclaire d’une lumière d’« arrière-pays » : une découverte qu’elle déclinera dans de nombreux ouvrages. Vient ensuite un cycle sur ses années de jeunesse françaises avec Un amour de frère (2011) et La préparation de la vie (2014) en hommage à son maître Roland Barthes. Son prochain livre Pièces détachées est prévu pour janvier 2017.

Également éditrice, Colette Fellous dirige la collection « Traits et portraits » qu’elle a créée en 2004 aux éditions Mercure de France, inspirée par ses propres expériences photolittéraires : écrivains, cinéastes, peintres, photographes et autres créateurs y sont invités à un exercice d’autoportrait libre liant le texte à l’image.

C’est de la richesse de ces jeux de croisements mots-images et de la créativité des phénomènes photolittéraires dont Colette Fellous s’entretiendra avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition Photolittérature, lors de la rencontre du samedi 17 décembre à 15 h. »

Photolittérature pour la jeunesse