Pas de bol ! de Susie Morgenstern et Theresa Bronn

Le point de départ du livre est un événement familial authentique, une dispute classique du matin au petit déjeuner, quand un frère veut forcément le bol que sa sœur a devant elle.

Les deux auteurs de l’ouvrage, l’écrivain Susie Morgenstern et l’illustratrice Theresa Bronn, ont confié à Miniphlit la genèse de cet album :

Susie Morgenstern : « Elle est venue prendre un thé et je lui ai donné le texte de « Pas de bol » sans savoir ce qu’elle allait faire, sans savoir qu’elle allait prendre le train pour Paris avec les bols et la nappe et les corn flakes pour mettre en scène mes propres petits enfants (qui sont la source de l’histoire) et ma fille avec la photo. J’étais éblouie. Mais c’était difficile de convaincre un éditeur jusqu’à ce que Thierry Magnier ait accepté de le publier. »

La fille de Susie Morgenstern, Aliyah Morgenstern, se souvient de l’enthousiasme des enfants pour jouer leur propre rôle, pour transformer la cuisine familiale en scène de théâtre : « On a adapté l’appartement, il n’y avait pas de table. On en a rajouté une ! Et après la scène finale terrible, il a fallu tout nettoyer ! »

Theresa Bronn : « Pour moi, dès le départ, je savais que la photographie allait être exploitée d’ une manière ou d’une autre. Quand Susie m’a dit que sa famille voulait bien faire la mise en scène, j’en ai profité !! Je ne sais même plus si c’était l’idée de Susie ou de moi pour tout faire en photographie dès le départ (…)Pour Pas de Bol, les petits personnages dessinés ont changé plusieurs fois, mais pas la partie photographique. Thierry Magnier voulait que l’album rentre dans une collection carrée particulière et ma maquette était rectangulaire (comme le format dans la viseur d’un appareil-photo). J’ai accepté de couper mes formats en carré même si j’ai eu beaucoup de mal au départ. »

Narration écrite et narration photographique se mêlent dans l’espace de la page. Le texte épouse les contours des objets présents dans le cadre, réalisation de Théresa, et invite le lecteur à plonger dans l’histoire.

La présence des petits personnages dessinés, doubles fictionnels des deux enfants réels, ancre définitivement l’album dans la fiction. Ce ne sont pas les photographies d’un moment familial de la famille Morgenstern qui sont fixés dans cet album, mais bien une histoire universelle que l’on présente au jeune lecteur et à laquelle il peut s’identifier.

Pas de bol ! a été réédité chez Actes Sud Junior en 2014, avec son format rectangulaire d’origine.

Theresa Bronn et Susie Morgenstern ont collaboré sur d’autres ouvrages :

Pas !, éditions du Rouergue, 2003

Confessions d’une grosse patate, La Martinière, 2003

L’agenda de l’apprenti écrivain, La Martinière, 2005

Une mère comment ça aime, La Martinière, 2006

Le lecteur pourra découvrir d’autres ouvrages sur le site officiel de Theresa Bronn : http://www.theresabronn.com/fr/

Merci à Aliyah et Susie Morgenstern, merci à Theresa Bronn.

Merci Mathilde Levêque.

L’alphabet de Dzim et Boum et l’ évolution de l’ abécédaire photographique

L’ alphabet de Dzim et Boum, abécédaire photographique, est publié en 1934 chez Delagrave. Il est signé Pierda, pseudonyme de Pierre Portelette, qui publiera également 15 petites histoires, chez le même éditeur, dans la collection des « albums de Pierda »

Chaque page contient une lettre, un mot commençant par cette lettre, une phrase dans laquelle on retrouve ce mot et une illustration photographique sur laquelle on retrouve l’objet nommé.

L’ouvrage semble obéir à la conception première de l’imagier : un mot de l’objet du quotidien de l’enfant illustré par sa représentation photographique.

Toutefois, si l’on examine cet ouvrage de plus près, certains mots sont des concepts abstraits, comme dans le cas de « bravoure », ce qui permet à l’enfant d’enrichir son lexique.

Les photographies, si elles contiennent bien l’objet désigné, sont des mises en scène photographiées de deux petits personnages en tissu, qui montrent comment agir avec cet objet.

La phrase, qui figure sous la photographie, fonctionne comme l’exemple dans un dictionnaire. Elle indique comment utiliser ce que le mot désigne . Cependant, la phrase , et l’image elle-même, prend parfois le contre-pied du sens attendu, ou joue sur les différents sens d’un mot : « Avec des lunettes, je n’y vois rien du tout ! »

C’est dans cet écart entre l’objet désigné et  son emploi  que se développe l’imaginaire de l’enfant.

Parfois même, il ne s’agit plus d’une seule phrase, mais bien d’un dialogue entre les deux personnages : « Boum, ce Marteau est un peu lourd !-C’est bien mon avis ! »

La conception de l’ouvrage, qui passe de la présentation traditionnelle d’un mot par double page, à deux mots par double page, entraîne également un enchaînement narratif,  préparation à la lecture de courtes histoires.

 

 

 

 

 

 

 

On our Farm, joyeux documentaire en pleine Grande Dépression

« Would you like to take some pictures of our farm  ? It’s not always easy to get good ones. Animals don’t remain still very long. They don’t know they are being photographed. Perharps that’s is the reason they look so natural.

Would you like to live in our farm ? It’s a busy place. There are many kinds of things to do. There is much to learn. One never learns it all. »

Ou Our farm, a picture story book for children, texte de John Y. Beaty, photographies de J. C. Allen, est publié en 1932 par la maison Saalfield publishing company,   Akron et New York.

Cet ouvrage, un documentaire sur  les animaux et le travail à  la ferme, a vocation à informer l’enfant, par la photographie et le texte. La photographie vient en support d’un texte qui y fait lui-même de fréquentes allusions.

Ce qui est assez extraordinaire dans cet ouvrage, c’est qu’il paraît dans la période de Grande Dépression que traversent les Etats-Unis, et qui conduira le gouvernement américain  à engager des photographes  pour documenter sur la crise qui frappe la population rurale américaine. 170 000 photographies de cette période, autant de documents ethnographiques, sont d’ailleurs visibles sur le site de l’université de Yale,  parmi lesquelles celle fameuse de Dorothea Lange : http://photogrammar.yale.edu/about/fsa_owi/

Pas d’enfants affamés, ni de terres arides dans cet ouvrage, mais bien des enfants souriants, des animaux gros et gras et une terre fertile…Images d’Épinal…

Les auteurs réalisent la même année Baby’ s first book, for the very young child.