Les clefs et les serrures de la photolittérature

Si l’on se demande encore ce qu’est la photolittérature, il n’y a cas  se saisir Des clefs et des serrures, l’ouvrage de Michel Tournier paru en 1979.

La recette :

Choisir quarante sujets de réflexion parmi lesquels les animaux, les enfants, l’autoportrait, l’arbre et le chemin…

Laisser venir les images mentales et les transcrire en texte.

Choisir une photographie qui rebondit sur un mot, une idée, élargit la vision de l’ensemble ou qui en prend le contrepoint.

Ou bien encore, trouver une photographie qui résonne avec l’image mentale suggérée par les mots du titre, écrire un texte légende ou gloser à l’infini sur un point de l’image qui touche le spectateur-écrivain.

A moins que ce ne soit tout le contraire : rencontrer une photographie, laisser venir les mots que les apparences suggèrent, créer un passé et un futur à cette coupure du temps, bâtir une histoire et trouver un titre.

Les assembler dans un ouvrage, sans donner priorité à l’une ou à l’autre, en intercalant des pages blanches.

Le lancer dans la foule des lecteurs et attendre les réactions  : va et vient entre les deux langages, étonnement, reconnaissance, incompréhension, épanchement de l’imaginaire dans les blancs…

Quelles sont les serrures ? Quelles sont les clefs ? Tour à tour, texte et prose sont des « secrets à percer », des « obscurités à élucider », des « inscriptions à déchiffrer ».

Zipper the Zany, chat journaliste

Les facéties de Zipper le chat sont le sujet de cette série de 25 photographies : Zipper renversant une bouteille d’encre, Zipper au piano, Zipper à la machine à écrire, Zipper humant un appareil photo Ziper buvant un verre …

Pour que ces clichés forment une histoire, Richard M. Stevens,  chroniqueur au Chicago Sun, joue des apparences de l’image pour proposer une interprétation par les mots, qui va chercher dans les références culturelles du lecteur et dans son propre univers professionnel.  Si Zipper  découvre un appareil photo, elle s’exclame aussitôt  : « Je vais lui demander de me prendre en photo un de ces jours, pour l’offrir à mes amis ». Si Zipper s’assied en face d’une machine à écrire, c’est forcément pour écrire un livre…

Paru en 1945 chez Wn  Penn Publishing Corp. à New York, les photographies de Richard M. Stevens, font l’objet d’une chronique dans Popular Photography en avril 1946 : « These photographs are the type of pictures that would make any cat owners whish that he had been able to make similar shots of his cat ».

 

 

Peter and the Twin Giants of Umptyville, livre hybride

Un cirque arrive un jour à Umptyville, avec dans ses bagages deux géants jumeaux, Robin et Bobin,  qui ne manquent pas d’effrayer la population.  Seul Peter, un jeune garçon, a le courage de leur rendre visite et de clamer haut et fort que ces deux êtres différents sont finalement fort sympathiques !

Photographies  en noir et blanc pour figurer les personnages  et graphismes ultra-colorés pour les habiller ou représenter les décors,  se mêlent habilement dans ce conte, paru en 1954, chez Scylla Publishing à New York.

Notons qu’ « umpty » n’a pas de sens précis en anglais. Cette ville et ce qui s’y passe n’existent que dans un conte. Rien de tel qu’une illustration hybride pour rendre compte de ce « nonsense ».

L’ouvrage est signé Carol Brown  pour les textes, Beverly Clarke Roman pour les graphismes et A. Delaney Inc. pour les photographies.

« Mother and Child » et les frontières de la photolittérature pour la jeunesse

 

Pour Mother and Child, la photographe  Nell Dorr propose ses visions de l’enfance, dans un ouvrage composé de poèmes et de photographies d’enfants en regard, paru en 1954, chez Harper & Brothers, à New York.

Elle photographie ses enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants, dans de jolis décors champêtres ou marins. Ses photographies exaltent les beautés de la nature et de la vie.

Bien que cet ouvrage soit classé dans la catégorie des livres pour enfants,  la question se pose du destinataire de ce livre, comme pour les Enfants d’Ergy Landau ou de Jaboune en France, et ceux d’Elizabeth Brownell aux U.S.A. Il s’agit plutôt d’un livre sur l’enfance, avec des photographies d’enfants. Où s’arrête donc le territoire de la photolittérature pour la jeunesse ?

Sur le site du Center for Creative photography de New York :

« Ohio-born Nell Dorr grew up surrounded by photography; her father, John Jacob Becker, co-founded one of the largest and most respected photography studios of the late nineteenth century. She was interested in her father’s business at a young age but did not become a professional photographer until after she had moved to Florida with her husband and children in 1923. Dorr opened a portrait photography studio in Miami and worked on her own photographic projects. She was particularly interested in photomurals, and the International Gallery in New York City showed her pioneering efforts in this medium in 1932. In New York, Dorr met Edward Steichen and Alfred Stieglitz, as well as her second husband, John Van Nostrand Dorr, a chemical engineer, metallurgist, and inventor. She published books of her photographs, including In a Blue Moon (1939), Mother and Child (1934), and Of Night and Day (1968). After the death of her youngest daughter in 1954, Dorr devoted herself to photographing mothers and children.
Dorr believed that terror and misery were already abundantly documented in American culture and thus committed herself to eliciting beauty in her photographs. Her images evoke the dreamy atmosphere of reminiscence.  »

Quelques photographies extraites du livre sur ce site : https://www.youtube.com/watch?v=WRP4r-daF8A

 

 

 

Emma Justine Farnsworth’s books for children

Emma Justine Farnsworth (1860- 1952) est une des plus célèbres photographes américaines amateures de la fin du 19ème siècle. Frances Benjamin Johnston lui consacra même un article dans « Showing what American women have done with a camera » pour le Ladies’ Home Journal en 1901 : “A strong yet sensitive personality is reflected in the work of Miss Emma Justine Farnsworth, who, as a worshipper of the beautiful, lives in an atmosphere of art and poetry, and her photographs are delicately expressive of both. Miss Farnsworth’s studies of youth and classic beauty have commanded world-wide recognition.”

Celle qui débuta la photographie lorsqu’elle trouva un appareil photo au pied du sapin de Noël,  sera récompensée à de multiples occasions, aux Etats-Unis et en Europe et fera partie des artistes présentées à l’exposition parisienne de 1900  consacrée aux American Women Photographers.

En 1893, E. P. Dutton and Company publie Sunshine and Play-Time, dans lequel ses photographies de scènes enfantines illustrent les versets de William Croswell Doane. Célébrité naissante de la photographie amateure, son nom figure sur la couverture et la page de titre. Sur chaque photographie, on retrouve le même petit garçon costumé en marin.

En 1895, le même éditeur publie Little Lad Jamie, de  Mary D. Brine,  illustré avec 6 photographies dont on ne connaît pas l’auteur.  Pourtant, on y  retrouve les mêmes clichés que dans l’ouvrage paru deux ans plus tôt. Cette fois-ci, le jeune garçon est devenu un personnage avec un nom, un âge, une famille et des aventures …