What American women have done with a camera ? Elizabeth Brownell

 

Le titre est largement emprunté à Frances Benjamin Johnston, photographe et promotrice de la photographie féminine américaine,  qui, dans un article écrit en 1902 pour The Ladies Home Journal, présente le travail d’Elizabeth Brownell.

Cette dernière réalise trois ouvrages avec ses photographies : Dream Children, publié en 1901, est une compilation de textes de la littérature pour enfants, parmi lesquels Hiawatha’s Childhood, d’Henri Longfellow, Alice and Her Kitten de Lewis Carroll, The Little Match Seller d’Hans Andersen, Red Riding Hood de Riley, et une adaptation des Misérables de Victor Hugo,  The story of Cosette and her dolls .

Ces textes sont illustrés par des portraits d’enfants jouant le personnage principal de l’histoire. Mais s’agit-il vraiment d’illustrations ? Elizabeth Brownell propose  au lecteur  une nouvelle image des personnages de fiction, entre vision de la réalité qu’offre la photographie au tournant du siècle, et imaginaire de l’enfant. Notons que le décor est largement absent sur les photographies et les personnages sont parfois même détourés.

Alice :

Ces photographies peuvent être considérées comme une forme de réception des textes littéraires, puisque elles sont réalisées longtemps après l’ écriture de ces derniers. La photographe compose ses scènes à partir du texte,  d’abord par le dessin, puis photographie sa mise en scène : « Mrs Brownell’s photographs are the result of patient study. Her models are often first sketched in pencil for composition, and they are always carefully trained both for pose and expression».

Le petit chaperon rouge :

Certains textes sont toutefois des adaptations ou réécritures du texte original et par conséquent, ces photographies fonctionnent cette fois comme des illustrations réalisées en même temps que l’ écriture.

Cosette :

Posters of the vision children in childhood paraît en 1903. Il contient 20 portraits photographiques d’enfants accompagnant des poèmes sur l’enfance écrits par différents auteurs.

En 1908 paraît son dernier ouvrage, Really babies, photographies d’enfants accompagnées de versets.

 

 

 

«

Merry Jingles : a book for the little ones.

 

Petite trouvaille dans les livres de mon corpus américain, cet ouvrage  de 1901, signé Sarah L. Moore : Merry Jingles : a book for the little ones.

Sur la couverture, le portrait photographique d’une fillette surplombe un oriflamme, dans lequel figurent le nom de l’auteur et celui de l’illustrateur Harry Webster. Le tout est encadré d’une frise décorée de motifs floraux. Il faut attendre la page de garde pour trouver le nom de la photographe, Helen Nichols.

Le livre commence sur une adresse aux enfants sous le titre « Good Morning » et se termine, 61 pages plus tard,  par un « Good night ». Le livre est entièrement consacré aux activités de l’enfant, avec ses abécédaires, dont un entièrement illustré par la photographie, ses comptines, fabulettes, et autres petites histoires d’animaux ou de cirque.

L’ouvrage est illustré de multiples illustrations, dessins ou ornementations florales, dont certaines en couleurs, mais surtout de 48 photographies.

Portraits d’enfants, en médaillon, ou photographiés dans de petites mises en scène, elles sont régulièrement imprimées sur la page de gauche, et le texte, poésie ou comptines, est imprimé en page de droite. Texte, illustrations dessinées et photographies se répondent.

A l’éclectisme du contenu du livre répondent une typographie et une mise en page du texte variées, les illustrations se mêlant aux mots, les recouvrant parfois. Le lecteur, dont l’attention zigzague des unes aux autres,  se trouve face à un livre-jeu.

On notera une prédominance du dessin sur la photographie, laquelle est régulièrement encadrée de motifs floraux, comme si  les auteurs avaient voulu tempéré  son aspect moderne ,  en réintroduisant des motifs auxquels le lecteur s’est habitué dans sa fréquentation d’ ouvrages plus classiques.

« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? »

« Pourquoi n’y-a-t-il jamais d’enfant noir dans les livres pour enfants ? » demanda un petit garçon afro-américain à Stella Gentry Sharpe, qui se mit en devoir de réparer ce manque avec Tobe, paru en 1939, tant il est vrai que se reconnaître dans le personnage blanc d’un livre devait être bien difficile pour cet enfant !

Tobe, personnage imaginaire, prend les traits de cet enfant photographié par Charles Farrell dans un township de la région de Greensboro, pour illustrer le texte de Stella Gentry qui, elle, s’inspire de la vraie vie d’un enfant noir de Caroline du Nord.

Les 61 photographies en noir et blanc présentent Tobe, ses quatre frères, ses animaux, ses jeux dans la ferme ou dans les bois. Ce ne sont pas des mises en scène mais des photographies de personnages ou de la vie quotidienne qui accompagnent les courts textes écrits à la première personne, autour de thématiques comme Thanksgiving, Santa Claus, picking peaches, finding a bee tree…Réalisées bien après l’écriture du texte, les deux se complètent pourtant. Le lecteur trouve dans les images des informations que le texte ne donne pas, sur les décors, les personnages, et le texte renseigne sur ce que l’image ne montre pas, sur ce qui est dans le hors-champ visuel, sur les actes qui ont précédé.

Cet ouvrage est une fiction. Pourtant il fonctionne comme un documentaire sur la vie quotidienne et heureuse d’un jeune garçon en Caroline du Nord. Stella Gentry Sharpe s’écarte des écueils des livres pleins de stéréotypes sur les noirs qui peuvent peupler d’autres ouvrages. Ce n’est pas non plus un livre engagé comme pourra en produire Shackelford qui cherchera à construire l’identité noire dans son livre My Happy days en ancrant son personnage Rex dans la modernité ou Sandra Weiner avec son  it’s wings that make birds fly, qui narre les bonheurs et malheurs d’Otis

Cet ouvrage a connu un réel succès auprès du public, avec un premier tirage à 5000 exemplaires, suivi d’une ré-édition à 10 000 exemplaires.

 

 

Pourquoi les ouvrages pour enfants ne sont-ils pas tellement illustrés de photographies ?

http://www.ina.fr/video/CAF97036001/exposition-internationale-du-livre-illustre-pour-enfant-a-clamart-video.html

Interview réalisée à la bibliothèque de Clamart en 1967, à la suite de l’Exposition internationale du livre illustré pour l’enfant.

La photo est un frein à l imagination et ne reflète pas l’idée que l’enfant se fait dans sa pensée. Elle stérilise l’imagination. La photo est une chose toute faite….

Une parfaite illustration des débats qui animent la critique pour enfants dans les années 60 et des reproches que l’on peut faire à l’illustration photographique.