Histoire de chats siamois, par Maurice Genevoix

En 1957, Ergy Landau collabore avec Maurice Genevoix pour publier Le Petit Chat, chez Arts et Métiers Graphiques. Si Ergy n’est pas familière des photographies d’animaux, Maurice Genevoix, lui, au contraire, est passionné par la beauté animale et célébrera à maintes reprises ses propres chats, dans comme le roman Rroû, publié en 1931.

« Maurice Genevoix (…) vient d’aborder avec Rroû un genre tout nouveau : ce n’est, en effet, que l’histoire d’un chat, depuis ses premiers pas hors du grenier où il a vu le jour jusqu’à l’époque où un renouveau de sauvagerie le pousse à abandonner, pour la seconde fois, la maison où il est choyé et à retourner vers la solitude des bois, vers la lutte pour la faim, vers la souffrance et les privations, mais aussi vers la liberté.

Pour réussir dans une telle entreprise, il ne fallait pas seulement être doué d’un sens très subtil de l’observation—et notre romancier le possède jusqu’aux limites du possible—tout n’est-il pas divination, intuition dans nos moyens de découvrir l’âme secrète des bêtes ? II fallait encore se garder de tout didactisme, de toute science apparente. L’auteur a réussi à concilier ces contraires en traitant son sujet autant par la poésie que par l’observation intuitive ».

Ce n’est pas le seul texte qu’il dédiera au chat. Dans Bestiaire Familier, un enregistrement sonore de 1957, on peut entendre son texte Les chatons.

Dans une interview de 1976, visible sur le site de l’Ina, il lit encore un texte dédié à sa chatte siamoise Mona.

27 photographies sont donc sélectionnées et ordonnées pour Le Petit Chat, dont le texte plein d’humour dresse à la première personne le portrait et raconte la vie de Pussy, un chaton siamois. Maurice Genevoix écrit à partir des photographies d’Ergy, les décrit parfois, mais déborde le plus souvent, leur donnant une signification particulière, enrichissant ce que contiennent les images, fournissant des informations que le jeune lecteur n’a pas. Confiez ces photographies d’ Ergy Landau à un autre auteur et un autre texte surgira sans doute…

 

Séminaires de l’ Afreloce, c’est reparti !

Je parlerai des livres pour enfants illustrés par la photographie le samedi  9 décembre.

« Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, historiens du livre, sociologues, spécialistes des
sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé par l’Afreloce, en partenariat avec le département LiLa (Littérature
et Langages) de l’ENS.

Cette année, il interrogera les rapports entre l’enfance et l’art : quelle place la création artistique fait-elle à l’enfance ? Et inversement, par quels moyens scolaires, institutionnels, éditoriaux, les enfants sont-ils initiés à la culture et à la pratique artistiques — arts plastiques, littérature, théâtre, cinéma, musique? La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés. »
Contact : mathilde.leveque@univ-paris13.fr et dbertherat@gmail.com

Programme 2017-2018
Samedi 7 octobre
Aurore Yamagata-Montoya (University of the West of England)
Photographies de l’enfance japonaise depuis la Deuxième Guerre mondiale: entre omniprésence et invisibilité.

Samedi 18 novembre
Perrine Boutin (Université Paris 3)
La didactique de l’image au prisme du cinéma et de l’enfance

Samedi 9 décembre
Atelier doctoral
Laurence Le Guen (Université de Rennes 2)
La photolittérature pour la jeunesse
&
Virine Hutasangkas (Université François-Rabelais, Tours)
Représentations de l’étranger et de l’immigré dans la
littérature contemporaine pour la jeunesse, France et
Thaïlande.

Samedi 3 février
Emmanuelle Chapron (Université d’Aix-Marseille)
Une littérature pour la jeunesse au XVIIIe siècle :le point de vue de l’historien

Samedi 24 mars
Colloque L’épopée des petites filles :
session littérature de jeunesse

Samedi 26 mai
Jeremy Howard (University of St Andrews, school of art history)Childhood, Education and Graphic Arts.

Samedi 16 juin
Séance hors les murs à la BnF avec Carine Picaud
Présentation de livres rares pour la jeunesse.

Premier Salon « Lettres du Maghreb », du 21 au 24 septembre, à Oujda, Maroc

En tant qu’auteure…, j’animerai des ateliers d’écriture autour de mon roman pour la jeunesse Les fabuleux voyages d’ Ibn Battouta, lors de cette première édition d’un salon du livre à Oujda.

Sur le site de l’Institut Culturel :

« L’ Agence de l’Oriental organise  le premier salon maghrébin du livre « Lettres du Maghreb » sous le thème « Dire la jeunesse, écrire l’espoir ».
Auteurs, poètes, romanciers, philosophes, éditeurs, libraires… du Maroc, du Maghreb, d’Afrique et d’ailleurs, seront à l’affiche et animeront le salon. Le Sénégal sera l’invité d’honneur.

Au programme :

34 tables rondes, 150 intervenants, des stands, un vernissage, une inauguration, une pièce de théâtre, 2 projections de films, des soirées artistiques, des formations, des animations, des contes et des ateliers jeunesse…

Les thématiques :

Jeunesse et migration,

Le Maghreb au féminin,

Au delà des frontières,

L’horizon africain,

Enjeux des régions au Maroc

Mémoires

Le Maghreb des idées

Littérature jeunesse
À travers les livres, les auteurs, les illustrateurs et les conteurs, le salon éveillera les sens de la jeunesse de l’Oriental afin de rêver le Maghreb.
Plus de détails sur le programme officiel du salon et sur nos réseaux sociaux. »

Jean Rouch et l’ethnologie différemment

 

« Si vous voulez sauver les connaissances, les faire voyager à travers l’espace et le temps, confiez-les aux enfants. » commente Jean Rouch, cinéaste-ethnologue et auteur de l’album photographique Le Petit Dan, paru chez Arts et Métiers Graphiques en 1948.

Est-ce ainsi qu’il faut voir cet album pour enfants ?

En 1947, Jean Rouch descend le fleuve Niger, photographie, prend des notes, dessine et recueille, à l’aide d ‘un traducteur, la tradition orale.  Il fait oeuvre d’ethnologue. Mais comme pour les 150 films qui jalonnent sa carrière, il pratique une ethnologie différente qui amène le spectateur occidental à reconsidérer sa vision qu’il a de l’Autre et de lui-même. Et si la Vérité était dans les  contes des origines venus d’ailleurs ? C’est ce que semble proposer ce petit Dan qui fixe le jeune lecteur occidental de l’après-guerre. Il ne lui faut pas chercher l’identique, mais avoir la capacité de s’étonner, d’être surpris, de s’ouvrir.

Après la mort de leur père, Dan est élevé par sa sœur Sara. Mais l’enfant multiplie les bêtises, instaure du désordre en toute chose, provoque la disgrâce du roi, et n’obtiendra son salut qu’après avoir vaincu un terrible dragon.

Photographies, dessins et textes s’allient pour transcrire sur le papier un conte transmis de génération en génération. La photographie des personnages et des lieux, ancre le mythe dans la réalité, effleure le documentaire, mais sa confrontation avec les dessins et les mots la fait basculer dans la fiction et la magie.

Centenaire Jean Rouch http://jeanrouch2017.fr/fr/