Archives de catégorie : Conférence

Conférence à l’université de Tucson, Arizona, 3 avril

« Photolittérature pour enfants, l’importance des archives »

« Si aujourd’hui il est communément admis de trouver des photographies dans le livre pour enfants, nombreuses ont été les réticences des créateurs, éditeurs et lecteurs pour associer littérature pour le jeune public et illustration par la photographie. Il existe néanmoins un important corpus photolittéraire destiné à la jeunesse, en France, en Europe et aux Etats Unis, qui n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique. Le recours aux archives des maisons d’édition et des créateurs est fondamental pour retracer la genèse de cette production, saisir l’héritage qu’elle a légué aux productions actuelles et lui redonner sa pleine signification historique et culturelle ».

Laurence Le Guen is a doctoral student at the University of Rennes in France. She is a member of the CELLAM research center. The CELLAM is characterized by the presence within it of specialists of the relationships between literature and the visual arts. From 2003 to 2013, it was run by Professor Jean-Pierre Montier, Laurence Le Guen’s dissertation advisor, who works on the literary inventions of photography and who has created an international research group devoted to photoliterature. Laurence Le Guen is carrying out research in French children literature. She specializes in children’s books illustrated by photographs and analyses the interactions between literature and photography. She is the author of several books for children.

 

JE « Théâtre et photographie », université de Montpellier

img_0620

 Extrait :

« L’album pour la jeunesse Alice in Wonderland, quand la photographie nous fait accéder au  « petit théâtre de l’enfance »

Nombreux sont les ouvrages de la littérature pour enfants contemporaine à multiplier les emprunts au théâtre, par la présence dans certains ouvrages de traditions théâtrales, comme le théâtre de marionnettes et le théâtre d’ombres, par la présence d’éléments visuels  de la scène, comme le rideau rouge. Les spécialistes de la littérature de jeunesse soulignent également la ressemblance métaphorique entre les comédiens d’un spectacle et les personnages du livre, la mutation de l’espace de la page en espace scénique, celle de l’illustrateur en metteur en scène, jusqu’au lecteur qui se mue en spectateur. La complicité entre théâtre et album pour enfant est désormais un fait reconnu.

Mais, lorsque la photographie se mêle de la création des illustrations, de leur insertion dans l’espace visuel du livre, comme dans le Alice in Wonderland, de Suzy Lee, c’est la lecture de l’image de l’album qui s’en trouve complexifiée, par ses rapports à la réalité et à l’imaginaire. »

Rencontre photolittéraire avec Colette Fellous (Fondation Michalski, Montricher, Suisse VD)

http://www.fabula.org/actualites/rencontre-photolitteraire-avec-colette-fellous :

« En marge de l’exposition Photolittérature, la romancière et éditrice Colette Fellous sera l’invitée de la Fondation Jan Michalski pour un entretien avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition. Sa pratique d’écriture ainsi que la collection « Traits et portraits » qu’elle dirige au Mercure de France témoignent d’expériences photolittéraires variées où s’entremêlent mots et images pour raconter et se raconter.

Née en 1950, Colette Fellous a passé son enfance et son adolescence à Tunis. À l’âge de dix-sept ans, elle s’établit à Paris où elle vit toujours aujourd’hui. Productrice d’émissions radio sur France Culture pendant plus de trente ans, elle est également une romancière au parcours fécond qui porte souvent l’empreinte des paysages tunisiens. Son œuvre d’écrivain compte notamment un cycle autobiographique paru aux éditions Gallimard – Avenue de France(2001), Aujourd’hui (2005) et Plein été (2007) – qui explore les liens entre la Tunisie et la France à travers sa mémoire personnelle. Dans le premier opus de cette trilogie, l’auteur intègre à sa démarche d’écriture une iconographie – photos de famille, cartes postales, images d’époque – qui laisse entendre une nouvelle voix dans le récit et l’éclaire d’une lumière d’« arrière-pays » : une découverte qu’elle déclinera dans de nombreux ouvrages. Vient ensuite un cycle sur ses années de jeunesse françaises avec Un amour de frère (2011) et La préparation de la vie (2014) en hommage à son maître Roland Barthes. Son prochain livre Pièces détachées est prévu pour janvier 2017.

Également éditrice, Colette Fellous dirige la collection « Traits et portraits » qu’elle a créée en 2004 aux éditions Mercure de France, inspirée par ses propres expériences photolittéraires : écrivains, cinéastes, peintres, photographes et autres créateurs y sont invités à un exercice d’autoportrait libre liant le texte à l’image.

C’est de la richesse de ces jeux de croisements mots-images et de la créativité des phénomènes photolittéraires dont Colette Fellous s’entretiendra avec Jean-Pierre Montier, co-commissaire de l’exposition Photolittérature, lors de la rencontre du samedi 17 décembre à 15 h. »

Journée d’étude « Théâtre et photographie », 8 décembre, Université de Montpellier

Dans le cadre de cette journée d’étude, je donnerai une communication sur Alice in Wonderland, de Suzy Lee.

  1. Le matériau photo-scénographique et son traitement (Modérateur : Jean-Pierre Montier)

9h30-10h00 : Thomas Bruckert (ENS de Lyon)

Penser la notion de réalisme au théâtre avec la photographie.

10h00-10h30 : Cosimo Chiarelli (Université Paris 8)

Edward Gordon Craig et la photographie. La contribution de l’image au combat esthétique de la mise en scène.

10h30-11h00 : Julie Noirot (Université Lumière-Lyon 2)

Les mises en scène de l’image de Claude Bricage.

  1. De la scène théâtrale à la scène photographique et littéraire – Archiver, documenter, recréer (Modératrice : Marianne Drugeon)

11h30-12h00 : Cécile Marshall (Université Bordeaux-Montaigne)

“Keep all the arts away” : frictions intersémiotiques dans le théâtre de Tony Harrison.

12h00-12h30 : Carole Cotaya (chercheur indépendant)

La pratique photographique comme quête d’identité dans le N051 “Ma femme m’a fait une scène et a effacé toutes nos photos de vacances” de la troupe TEATER N099.

12h30-13h00 : Valérie Cavallo (Université Paris 8)

À contrechamp, photographier le théâtre de ceux qui voient : Ito Josué et Louis Caterin pour Jean Dasté à la Comédie de Saint-Étienne (1948-1963) 

  1. Poétiques de la photographie de théâtre (Modératrices : Julie Noirot et Christine Kiehl)

14h30-15h00 : Gwendoline Koudinoff (Université Lumière-Lyon 2) 

La théâtralité des tableaux vivants de Julia Margaret Cameron et de ses contemporains (Oscar Rejlander, Henry Robinson et Lady Hawarden).

15h00-15h30 : Gyöngyi Pal (Université de Szeged, Hongrie)

Le pantomime sous le prisme de la photographie – les œuvres photolittéraires de Károly Gink.

15h30-16h00 : Laurence Le Guen (Université Bretagne-Rennes 2)

L’album pour la jeunesse Alice in Wonderland, quand la photographie nous fait accéder au petit théâtre de l’enfance.

16h30-17h00 : Arianna Novaga (Université  Ca’ Foscaride Venise)

Retourner le regard. Iconoclastie et photographie dans le théâtre de la Socìetas Raffaello Sanzio.

17h00-17h30 : Aurélie Pétrel et Vincent Roumagnac (artiste visuelle et photographe, HEAD (Haute école d’art et de design, Genève) / metteur en scène, Université des Arts d’Helsinki) de rêves, une pièce photo-scénique. Par Pétrel I Roumagnac (duo)

 

 

ESSE 2016, Suzy Lee’ s « Alice in wonderland », rewriting by images

IMG_4143

Dans le cadre du Congrès ESSE qui se tient cette semaine à Galway, en Irlande,  je présenterai cet ouvrage de Suzy Lee, mardi 22 août, à 17h, salle 15.

Introduction :

« The book Alice in Wonderland belongs to this production of children’s albums and books, which give new borders to children’s books. Images used to be a way, added to orality and words, to give the child the opportunity to meet literature. In this book, Images without words wonder us whether it’s still necessary to use verbs and words, in children’s books.

Well, here are three possible ways we might go about this book.

First of all, we are going to introduce this book which is at the junction of different artistic currents.

In a second part, we will try to analyze how this book, taking roots in Charles Ludwig Dodgson’s work, is able to escape from it, given images a voice.

In a final part, we will study how the viewer-reader is deeply involved in the act of reading. He has to re-build the book. Using the photographic medium, Suzy Lee puts him on the border between reality and dream. »

 

ESSE Galway Monday 22nd – Friday 26th August 2016

 “Word and Image in Children’s Literature”

« This seminar will consider the interaction between words and pictures which lies at the heart of children’s literature. Meant to entertain and instruct, children’s literature stages the complicity between two semiotic codes engaged in a relation which is alternately, or simultaneously, didactic, hermeneutic, emblematic, aesthetic or ludic, as words and pictures serve or subvert each other, complete or compete with one another. In our discussion of the ways in which the hybrid combination of text and image is what produces meaning as well as provides verbal and visual pleasure, we will also examine the status of the reader/viewer of such texts, thus broadening the emphasis on formal issues to cultural and historical issues of power and gender. »

Session A: Monday 16:00-18:00

  1. Nature and Form of Picture Books

Véronique Alexandre (Université de Caen Normandie, France)

Taking a closer look at The Stranger by Chris Van Allsburg (1986) – the intersection of art forms as meaningful clue.

Rachel Dickinson (Manchester Metropolitan University, England)

‘Drawn by Me and Mr Shepard Helpd’: Authority and the ‘Child’ Illustrator in Children’s Fiction.

 Magdalena Sikorska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Beyond the verbal and the visual: the ‘sensual’ in picturebooks.

  1. On Editorial Choices and How They Affect Picture Books

Linda Pillere (Aix-Marseille Université, France)

Convergence and Divergence of Verbal and Visual Modes of Representation in Children’s Fiction

Jiri Rambousek (Masaryk University, Czech Republic)

Translations Illustrated

Session B: Tuesday 08:30-10:30

  1. To Divert and To Instruct: The Educational Dimension of Picture Books

Justine Breton (Université de Picardie Jules Verne, France)

Representing Political Education in Child-Oriented Media: The Case of T. H. White’s The Sword in the Stone

Alice Mahon (University of Cambridge, England)

Dorothea Tanning’s Chimerical World in an Age of Terror.

Katarzyna Smyczyńska (Kazimierz Wielki University, Poland)

Contemporary Tales of Terror in Words, Images, and In Between

  1. Moods and Ideas: The Political and Philosophical Dimension of Picturebooks

Shona Kallestrup (University of St Andrews, Scotland)

Life imitates art: word, image – and interior design – in the children’s tales of Queen Marie of Romania

Isabelle Gras (Université Bordeaux Montaigne, France)

Metaphorical Display of Moods and Ideas in Picturebooks by Neil Gaiman and Dave McKean, by Shaun Tan and by Brian Selznick

Jade Dillon (Mary Immaculate College, University of Limerick, Ireland)

Deconstructing Minds: A Psychoanalytical Deconstruction of the Brain as a Fantasy Island in Disney-Pixar’s Inside Out

Session D: Tuesday 17:00-19:00

  1. Animals and Animality in Picturebooks

Claudia Alonso (University of Valencia, Spain)

The animal seen, the animal read: A few considerations on the complex nature between nonhuman otherness and children’s literature.

Elizabeth and James Wallace (Boston College, USA)

Animals and Animalism in the Illustrations of Garth Williams

Hélène Gaillard (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Representing & Retelling the Three Little Pigs’ Story: Words and Images in Postmodern Variations

  1. Variations on Lewis Carroll

Rose Weeber (American University of Paris, France)

‘Curiouser and Curiouser’: Charles Robinson’s Invasion of Wonderland

 Laurence Le Guen (Université Rennes 2, France)

Suzy Lee’s ‘Alice in Wonderland’: Rewriting by Images

Raluca Petrescu (ENS Paris, France)

Nonsense as state of consciousness: The Mad Gardener’s Song and its
illustrations in Lewis Carroll’s Sylvie and Bruno